| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Promenade silencieuse - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Promenade silencieuse
Publié par mercier le 06-12-2021 10:18:25 ( 61 lectures ) Articles du même auteur



Promenade silencieuse
L’esprit nomade devine ton profil,
Une rumeur lambrissée de lueurs fauves
Décore tes jours de sarabandes invisibles
Pour tes yeux simples.

Chasseur de lunaisons,
Tu irises d’ombres somptueuses
Le rayon des âmes qui dévale les rivages du matin.

Les chevaux de pluie , fins stratèges,
Souhaitent enfin découvrir le corps souple des plaines
Où dorment encore les souvenirs et les vents originaux .

Point à l’extrémité d’une mélopée continentale,
Tu vibres en relisant le murmure pourpre de tes automnes…
Tu veux que nous en parlions?

Ravins de feuilles sentant la joie,
Miniatures impressionnistes au fil de l’eau suave…

Les arbres savants décrivent dans le ciel du crépuscule
Les gestes de tes ancêtres discrets:
Salamandres polyglottes,
Professeurs royaux,
Qui,
Aux escales de tes rêves nomment des mantes divines
S’appelant en ondes ultracourtes dans ton sang vert,

Tous concourent à donner à ton regard l’acuité des scarabées.
La lenteur des brumes sculpte sur le diadème des aulnes
Un épitaphe à ta mélancolie.

L’oubli
Devient une infusion de soleil
Que distillent d’étranges musiciens aux portes de l’horizon.

La menace était si proche
Que tes vols devenaient timides.

Pourtant tu étais si habile autrefois,
Bel étourneau ,
Pour tresser des arabesques parfumées de chèvre-feuille
Dans les airs surplombant tes paysages intimes.
Ici audace,
Là, peur,
Ailleurs
miroir teinté de nuages traversiers
Orangeant ton sourire de mille étincelles d’enfance.

Tu te rappelles les collines et les étangs,
Les murmures des geais égayant ton regard?
Tu te souviens finalement d’où tu viens...

Tu te rappelles ton existence silencieuse
Au bas des chapitres transparents
De ton livre d’images,

Celui qu’un jour un aïeul te donna
Avec comme marque page
Une plume de cygne

Afin de rejoindre le lac silencieux des silex
Dormant encore dans les gisements ondoyants
de quelque Olympe fascinante.

Ah tu te rappelles ces vibrations chaudes
qui concouraient à te donner des ailes!

Je me souviens de tout tu sais,
Et ton pas fut pour moi un sillage de sagesse
Dans les feuilles de ce sous-bois
Où ruisselait le souffle profond des étoiles….




5 Décembre 2021


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...