| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Fragiles Préambules - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Fragiles Préambules
Publié par mercier le 28-08-2022 18:14:59 ( 263 lectures ) Articles du même auteur



Fragiles préambules


L’azur était ton équipage,
Du ciel bleu à tous les étages,

Tu voyageais sur un horizon nouveau,
Tes voiles réduites à leur plus simple niveau.

Tu chuchotais tel un nuage de soie,
Les vastes calculateurs du vent d’autrefois

Te prirent en amitié
Éliminant le regret des âges décalés,

Tu dessinas sur le sable vermillon
Une silhouette d’étoiles qui fut ta définition .

Tu courrais encore sur la canopée de la nuit,
À la recherche d’ un papillon de l’aube séduit

Par la douceur des millénaires
Dont tu suivais en sourdine l’itinéraire,

Celui qui mènera ta descendance
Sur les chemins dédiés à cette incandescence:

Damier zébré de tes intuitions végétales
Partant de ton regard boréal

Jusqu’aux frontières de l’instant discret
Qui verra le trait

De ton esprit devenir un lendemain attentif
Puis arrêt pensif

De l’océan qui t’habite
Si près de ta vie fortuite...


28 août 2022

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
71 Personne(s) en ligne (27 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 71

Plus ...