| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Les accroche-coeurs - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Les accroche-coeurs
Publié par ironik le 04-10-2012 22:16:53 ( 732 lectures ) Articles du même auteur



D'après des vers de Th. Gautier


A deux, nous étions là, assis sur ce long banc,
Parlant de tout et rien, mais avant tout de rien,
Riant chacun de l’autre et de ses mots charmants,
Savourant le présent en bons épicuriens.

Le grand astre dorée et son embrasement
Brunissaient la rosée de tes joues, ces beautés ;
Le temps passait ainsi, avec empressement,
Sans nous laisser le temps de le voir s’échapper.

Je vis la double mèche aux reflets de carmin
Qui pendait aux côtés de tes boucles d’argent ;
Un double accroche-cœur se frayait un chemin
Au travers de tes mains, de tes doigts négligeant.

Elles s’arrondissaient, ces deux charmantes roues,
Au niveau de tes yeux, ces orbes magnifiques,
Faisant ainsi écho aux rousseurs de tes joues,
A leurs douce fraicheur, à leur charmes tragiques.

J’adore ces rondeurs dont le pourpre m’évoque
Les voiles de splendeur de l’Orient éloigné
Transportés par les nefs, à l’abris, sous la coque,
Vers la ville sacrée, maîtresse des marées.

Et pourtant,
Un doute persistant
Seule source de toute de douleur :
Pourquoi en as-tu deux quoique je n’ai qu’un cœur ?

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 08-10-2012 16:07  Mis à jour: 08-10-2012 16:07
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9075
 Re: Les accroche-coeurs
C'est trop charmant, tu nous ramènes en arrière, l'époque des accroche-coeurs qui sont ces pauvres, passés de mode et donnent un air encore plus précieux à ton poème.
C'est très plaisant à lire.
Des fofotes :
Le grand astre doré
de tes doigts négligeants.
à l’abri
Merci pour l'évocation.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
44 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 44

Plus ...