| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Matricule 78651 - Poèmes - Textes
Poèmes : Matricule 78651
Publié par till le 20-10-2022 15:20:21 ( 41 lectures ) Articles du même auteur



A Marguerite, Jacqueline, Hélène, Florence, Assia, Danièle et au... Matricule 78651


Pour témoigner des Loups les tentatives vaines
De se soustraire aux lois, maximes coutumières,
Pour dénoncer le sang noyé dans les rivières
Et que coule à jamais l’eau pure des fontaines

Pour subjuguer le flot des troupes inhumaines,
Que se taisent les peurs, que brillent les lumières,
Aux rendez-vous du cœur elle est dans les premières
Pour avoir méprisé le garde-à-vous des peines

De Nice à Birkenau, quand le Führer s’essaie,
De l’hydre germanique elle a mordu les dards
Pour rugir en lionne où plus un train ne passe,

Contrecarrer les coups donnés de toutes parts,
De la maternité ne pas faire une plaie,
La pasionaria sous le Dôme a sa place !





De Crayencour, de Romilly, Carrère d’Encausse, Delay, Djebar, Sallenave : les sept seules académiciennes à ce jour parmi l’Histoire des hommes. Marguerite Yourcenar ouvrit le chemin (1981) sous l’égide de Jean d’Ormesson.

Simone Veil est la sixième femme à avoir été élue à l’Académie Française (2008) ; elle a choisi de faire graver son matricule de déportée sur son épée de cérémonie. Elle a fait légaliser l’interruption volontaire de grossesse (loi Veil, 1975).

Loups : spadassins de la Wehrmacht et sbires de tout acabit de la Schutzstaffel dont la Waffen-SS.

Auschwitz-Birkenau fut le plus grand camp de concentration et d’extermination nazi.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Istenozot
Posté le: 24-10-2022 18:21  Mis à jour: 24-10-2022 18:21
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2285
 Re: Matricule 78651
Bonjour,

Je vous souhaite la bienvenue dans notre communauté de l'Orée et votre entrée est percutante avec un sonnet qui sonne bien. Je trouve que vous avez choisi la forme poétique la plus appropriée.

Votre poème remue, secoue, fait vibrer et fait sonner les émotions que vous souhaitez nous faire passer.

Merci à vous pour ce moment de poésie.

Au plaisir de vous lire encore.

Bien à vous.

Jacques
till
Posté le: 26-10-2022 15:11  Mis à jour: 26-10-2022 15:11
Régulier
Inscrit le: 12-10-2022
De:
Contributions: 44
 Re: Matricule 78651
Bonjour Istenozot,


J'en suis bien évidemment à prendre mes marques et comme je ne suis pas très doué techniquement cela prendra peut-être un peu de temps :)

Merci pour ce commentaire mélioratif sur Simone Veil dont je sais qu'elle peut être un personnage controversé. J'ai tenu à saluer ici un parcours exceptionnel, exceptionnellement humaniste où on la voit soutenir la liberté essentielle des femmes à disposer de leur propre corps, et à rappeler aussi l'épreuve ultime qu'elle a traversée, la déportation dont elle a voulu que cette barbarie ne fût pas oubliée en conservant son numéro matricule sur son bras et en le faisant graver sur son épée d'académicienne.

78651

Pour que nul n'oublie !

Encore merci à vous Jacques


Albert
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
25 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 25

Plus ...