| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> l'éveil - Poèmes - Textes
Poèmes : l'éveil
Publié par christine le 14-10-2012 20:20:00 ( 924 lectures ) Articles du même auteur



Juillet 2001 .

Le déluge la pluie; se préserver s'abriter;
Petites flèches décochées par un ciel morose et gris à l'ennui.
Les percussions raisonnent rythmant l'air lourd de leur tempo assourdissant.

Flaques de lune, zébrées par un éclair d'argent,
Myriade de pétales aux reflets métalliques,
Dansant dans le vent agressif chargé d'odeurs du lointain,
Qui claque à mes narines comme une invite à larguer les amarres.

J'entends l'appel à la prière de l'aube
Du muezzin perché sur son minaret,
Les lumières d'orient, coulées brûlantes d'or et d'épices
Fondent sur moi, réveillant mes sens engourdis
Par de longs hivers tristes.

Les senteurs enivrantes explosent dans ma tête
Parcourant mon corps de légers frissons,
Le rendant à la vie.
Partition aveuglante! Zéphyr coloré de safran et d'ocres brunes,
Chevauché fantastique au goût de sel.

Moiteur des corps échauffés à l'extrême alourdis de plaisirs,
Chaleur excessive qui accélère le pouls
Et habille les tempes d'un léger battement,
Gouttes de vie caressant la peau,
Reins creusés de désir,
Bassin se mouvant sur une musique silencieuse et précieuse,
Bras qui s'enroulent autour de l'espace et jambes lianes;

Fluidité de l'être rejoignant le ciel
Qui tari de ses émotions,
Recueille cette rosée sacrée
Comme un trésor qui engendre la vie,
Et rend au centuple les bienfaits dont on l'honore dont on le nourrit.

Genèse fragile et forte à la fois,
Augure d'une aube nouvelle
Prenant sa source dans la nuit des temps
Qui se redessine à la lueur de l'âme passionnée et volontaire.

Viens à moi déluge! pluie tombe sur moi!
Décoche tes flèches argent, cupidon céleste,
Que mon corps baigné de tout cet amour se régénère
Puise ses forces s'extirpe de la nuit ,s'évade de l'ennui
Emportant à tire d'ailes
La précieuse faculté qui va enfin me libérer.

Christine G

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
dumont011
Posté le: 15-10-2012 07:04  Mis à jour: 15-10-2012 07:04
Plume d'Or
Inscrit le: 10-02-2012
De: tunisie
Contributions: 308
 Re: l'éveil
belles images langoureuses, à l'opium et aux saveurs orientales :)
Loriane
Posté le: 15-10-2012 19:28  Mis à jour: 15-10-2012 19:28
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9079
 Re: l'éveil
Citation :
Partition aveuglante! Zéphyr coloré de safran et d'ocres brunes,
Chevauché fantastique au goût de sel.


Les images sont très belles, elles sont aussi nombreuses et se succèdent , puis vient, à temps la dernière strophe qui par sa prière rompt cette succession avant qu'elle ne semble s'éterniser
Citation :
Viens à moi déluge! pluie tombe sur moi!
Décoche tes flèches argent, cupidon céleste,
Que mon corps baigné de tout cet amour se régénère
Puise ses forces s'extirpe de la nuit ,s'évade de l'ennui
Emportant à tire d'ailes
La précieuse faculté qui va enfin me libérer.


Belle lecture
Merci
Iktomi
Posté le: 15-10-2012 19:36  Mis à jour: 15-10-2012 19:36
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 683
 Re: l'éveil
Oui, une belle lecture : de la poésie, réelle, subtile, féminine : la trinité parfaite, quoi.

Bien à toi.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
16 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 16

Plus ...