| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> retour des vendanges - Poèmes - Textes
Poèmes : retour des vendanges
Publié par christine le 16-10-2012 01:40:00 ( 1833 lectures ) Articles du même auteur



Dans la cuisine où craque le feu,
L'épaisse tartine gourmande,
Appelle à la morsure de lait.
Les petites joues lisses rougissent sous la confiture d'été
Tandis qu'un arc en lèvre de chocolat,
S'étire en fumant, sur la supérieur de la petite bouche édentée.

La douce lumière de l'âtre liée à la chaleur
Engendre après la satiété une délicate torpeur,
De tendres bras soulèvent le petit corps assoupi
Toujours barbouillé , la mine est réjouie!

L'escalier de chêne grince familièrement
Sous les pas du porteur qui lentement berce,
Et s'applique à déposer tout doucement
Son petit fardeau sucré, sur un moelleux duvet de plumes
Au gonflant assuré.

Un léger baiser est déposé sur son front
Tandis qu'une main légère efface toute trace
De ce masque à croquer.

Tout à sa félicité, se sentant repus, en sécurité
La petite âme s'enfonce dans les bras de Morphée
Emportant avec elle l'assurance d'être aimée
Et la promesse par ces belles journées d'automne
De délicieux goûters.

Christie G

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
christine
Posté le: 30-10-2012 19:41  Mis à jour: 30-10-2012 19:41
Plume d'Or
Inscrit le: 09-10-2012
De: La tour du pin
Contributions: 45
 Re: retour des vendanges
bonsoir ,coïncidence avec votre commentaire que je lis ce soir, effectivement ce matin je relisais vite fait mon "texte" et j'ai de plus en plus la sensation que au yeux du lecteur (et des miens) "cela cloche" l'enfant est présent et sous entendu ,les petites joues ,le petit corps assoupi, petit fardeau sucré, etc...
ensuite quand il s'enfonce davantage dans le sommeil il est représenté davantage sur un plan spirituel, "la petite âme"
cependant la transition est floue, mal faite! il est juste que à la lecture,
la phrase" tout à sa félicité, se sentant repus, en sécurité" s'accorde davantage sur le plan de l'orthographe(et non du sens) avec la petite âme .
j'écris souvent dans la foulée, je surf sur une émotion, une sensation,un souvenir ou une impression et ne me relis pas toujours, je rentre dans mon monde, c'est une partie que je ne transcris pas toujours de manière fidèle ou compréhensible pour d'autres. En fait je n'ai jamais fait lire ce que j'écrivais et c'est la première fois que je me "pousse" à le faire.
J'ai toujours refusé d’écrire pour d'être lu.
L'écriture est un risque, sur le papier les mots ne peuvent se perdre,il n'y a que le lecteur qui puisse perdre l'idée générée par l'auteur traduite avec ses mots et ne pas ressentir l'émotion matrice de cette réflexion (l'auteur peut également, ce qui est mon cas cette fois ci , induire le lecteur en erreur ,l'entrainer sur une fausse piste, par maladresse et étourderie)
Et pourtant quand j'écris, dix milles idées prennent formes et dix milles formes deviennent mots, je n'ai pas assez de mains et de stylos(ce n'est pas un appel aux dons) pour saisir et former les idées et émotions qui passent, les mots qui s'enchainent et les pensées qui fuient,qui fuient de peur d'être rattrapées et formulées de manière irrémédiable par l'assemblage de petits traits,courbes,arrondis,lacets entrelacés avec comme toile de fond une petite feuille d'éternité et la sincérité du moment .
Alors vous comprendrez la difficulté qui résulte de l'exercice.
Mais je m'emballe, revenons sur terre , nous ne sommes qu'un formidable produit (du hasard ??) de la nature. Mécanique complexe, structure magnifiquement organisée et si fragile à la fois. De la poussière d'étoiles!
Nous retrouvons dans toutes choses les éléments qui nous composent avec des combinaisons différentes et des résultats aussi surprenants que variés et nous avons l’indicible chance de faire partie de l’espèce animale la plus évolué (ceci serait à débattre). Un peu d'humilité et de reconnaissance s'imposent et en toute simplicité je pense qu'il ne faut pas perdre de vu qu'il faut savoir ne pas se prendre trop au sérieux. Bien des choses nous dépassent et nous faisons partie d'un tout dont nous ne sommes qu'une infime partie .
Alors je ne me poserais pas davantage de question sur" écrire ou ne pas écrire..."
Je vous dirais tout simplement (il était temps!)
Vous avez raison !
Merci à vous .

Répons(s) Auteur Posté le
 Re: retour des vendanges Iktomi 31-10-2012 17:25
    Re: retour des vendanges christine 31-10-2012 23:48
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
52 Personne(s) en ligne (22 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 52

Plus ...