| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Obscurité - Poèmes - Textes
Poèmes : Obscurité
Publié par dominic913 le 11-02-2013 12:58:19 ( 652 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



Tous les grands mystères de l'Univers, toutes les grandes Enigmes de l'Histoire, tous les Mythes, toutes les Légendes qui inondent notre monde d'Homme, ne pourront jamais rivaliser avec ce que tu porte dans ton cœur, mon amour.
Tu es cet Ange nocturne qui alimente mes pensées, Nuit et Jour. Tu es cette Enfant chérie dont je cherche continuellement à percer les Secrets les plus diffus, les plus intimes, les plus envoutants. Tu es cette Muse qui s'offre à mon regard, comme si elle venait de surgir de l'Océan Primordial. Tu es ce Soleil éclatant qui brille d'un feu ensorcelant. Tu es aussi cette Divinité en laquelle je crois de toute mon âme, et qui me condamne à errer pour des Eternités au sein de cet Au-delà de Ténèbres et de Lumière.
J'aurai beau chercher ton regard aux quatre Extrémités de la Terre, je sais très bien que c'est une course sans fin qui m'attend. J'aurai beau tenter de capter la luminescence dont tu es la porteuse, l'Obscurité est la seule issue que je suis capable d'emprunter. Je ne suis que l'humble Serviteur de tes volontés, de tes Désirs. Et malgré les cent mille morts qui m'attendent tout le long de ce périple auquel tu m'a condamné en me lançant dans cette Quête désespérée, celles-ci ne m'effraient pas. Je les subirai avec plaisir, uniquement parce que je sais que c'est toi qui les a choisi pour moi. Je ne pleurerai pas mon existence disparue, parce que c'est toi qui l'a remplacée. Je ne chercherai pas à échapper aux défis sanglants qui m'attendent, car chaque pas dans leur direction me conduira un peu plus près de toi. Et si je m'écroule de faim, de froid, d'épuisement ou de douleur, je ne hurlerai pas, puisque ce sera toi qui en auras décidé ainsi.
Alors, pars, mon amour ; file comme le vent. Devient Tempête et écoule-toi en dehors de ces voies obscures que je parcours malgré moi. Devient Orage en transperce moi de tes zébrures de feu. Je garderai au fond de mes yeux l'empreinte de ton Plaisir. Je clamerai haut et fort l'exceptionnel Destin qui m'a mené vers toi. Et je ne cesserai de prolonger cet instant Magique au cours duquel tu m'es apparu, telle une Déesse enchantée surgissant du Néant...
Dominique

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 11-02-2013 19:38  Mis à jour: 11-02-2013 19:38
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9084
 Re: Obscurité
C'est superbe, Dominic.
J'aime
Merci
emma
Posté le: 11-02-2013 20:06  Mis à jour: 11-02-2013 20:06
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Obscurité
Bonjour,

Elle a chaud, la jeune fille de la photo !

j'ai aimé ton texte, emprunt d'amour et de respect.

Il y a parfois des majuscules qui ne me semblent pas vraiment nécessaires.

Bonne continuation !
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...