| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Les habitants du lieu-dit les Joncherolles - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Les habitants du lieu-dit les Joncherolles
Publié par emma le 25-02-2012 14:10:00 ( 920 lectures ) Articles du même auteur



 

Les voisins du lieu-dit les Joncherolles, sont de braves gens tranquilles qui aiment le silence. Ils passent leurs journées à écouter les pigeons, les mouches et les anges voler. Ils s’accommodent de tout, même des ciels bas plombés d’Ile  de France tel un coffrage éternel qui tombe sur les têtes, ainsi que des froides journées de février qui glacent jusqu’à l’os.

Les habitants du lieu-dit les Joncherolles sont des gens de tous âges, de toutes origines, de toutes personnalités : vieux barbon, jeune casse-cou… qui pourtant ne connaissent pas les habituels problèmes de voisinage. Mixité, intégration, communautés… Tous ces thèmes d’actualités leur passent au dessus de la tête. On regarde peu la télé, on lit peu l’actualité, on consomme peu, c’est un autre monde vous savez…

Ils ne se plaignent jamais de la distance du centre ville, des problèmes de transports en commun, des travaux perpétuels de la ligne de tramway faisant trembler le sol au-delà des vibrations autorisées par la réglementation. La proximité de la friche industrielle n’incommode personne. Ça n’est qu’un élément du décor comme vous et moi, après tout....

Question architecture, la vieille pierre côtoie le mauvais goût. Les allées sont biscornues, tantôt fleuries, tantôt mal-entretenues. Chacun a fait à son idée ou selon ses moyens. Personne ne trouve à redire.

Tout le monde est mort de toute façon. Il règne une paix superbe au cimetière municipal. Il faut y venir sans avoir quelqu’un à pleurer pour véritablement s’en rendre compte.

 

 

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Iktomi
Posté le: 11-03-2012 09:41  Mis à jour: 11-03-2012 09:41
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: Les habitants du lieu-dit les Joncherolles
C'est mené avec une habileté démoniaque, emma.... je ne me suis douté de rien jusqu'à la dernière phrase.<br /><br />Tous mes compliments, mais il faut toutefois que je te fasse les gros yeux pour ça :&nbsp;<span><em>Ils passent leurs journées à écouter les pigeons, les mouches et les anges</em> <strong>volés.<br /><br /></strong></span>Oh ! &nbsp;Emma !<br />&nbsp;<br />&nbsp;
emma
Posté le: 11-03-2012 10:57  Mis à jour: 11-03-2012 10:57
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Les habitants du lieu-dit les Joncherolles
Oups ! Moi qui pensais m'être relue suffisamment... J'ai une orthographe lamentable ! <br />Grosse faute corrigée ! <br />Ce n'est pas tant la chute qui m'intéressait, je la trouve pour ma part évidente (n'est-ce pas toi qui parlait de boulevard des allongés dans l'un de tes textes ?), mais plutôt l'idée que pour être en paix avec ses voisins, il faut être tout simplement mort. Mais c'est une idée fort cynique que j'espère ne partager avec personne...
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...