| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Rèves incertains - Poèmes - Textes
Poèmes : Rèves incertains
Publié par dominic913 le 05-03-2013 14:03:06 ( 597 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



Depuis plusieurs heures que je marche seul sur la lande ; je lève les yeux vers ce Ciel étoilé ; et je songe immédiatement à ces Ailleurs qui n'appartiennent qu'à mon imagination. Mon regard se perd au cœur de ces lieux qui n'ont pas de nom. Mon Esprit s'embarque vers une destination où il n'y a pas de prison. Tandis qu'il se met à dériver aux confins de cet Univers infini, je m'égare aux limites de la folie. Et je plonge sans remords aux tréfonds de cet Abysse névrotique.
Car, si ce n'est cette convocation à laquelle je réponds, nul autre Etre que celui que l'on corrompt, n'est guidé par toute autre ambition ; que de découvrir aux plus profond de ces Eons, qui est à l'origine de cette invitation. Et puisque je celui qui est habité par ces mille Démons, qui d'autre en ses Contrées désertiques ; est susceptible d'être entrainé malgré lui dans ce cauchemar que même les Dieux les plus vils n'ont jamais admis ; aux abords des Axes de leurs Antres de Bannis.
Dès lors, survolant Galaxies en mouvement, Chaos incessant, et Nébuleuses géantes, j'apprivoise lentement ces éléments ; élevant au-delà des immondes cloaques surgissant une fois de plus du Néant ; cette Ame impure et dégénérescente qui m'appartient désormais définitivement. Puisque celle qui m'en a fait l'offrande ; s'est aujourd'hui muré au sommet des terrifiantes fortifications ; à l'intérieur desquelles sont enchainés Esprits déments et Monstres nés de ses Expérimentations ; improbables certainement, mais Diaboliques probablement.
Et tandis que je marche seul au milieu de la lande, je ne peux me fier qu'à mes propres visions d'un Cosmos en permanente mutation. Afin de ne pas basculer encore une fois brutalement, au sein de cet Enfer dont je me suis échappé miraculeusement. Pour m'approprier ces hallucinations de mondes vivants ; puis également, de Créatures rampantes et purulentes les parcourant ; au gré de mes seules divagations. Je ne puis donc nier indéfiniment ; que mes représentations de ces Créations évoquant l'autre extrémité du Firmament ; ne sont rien d'autre que des Chimères qui m'entrainent toujours plus loin vers cette frontière inexistante. Et qui me font oublier comment, toi, mon Ennemie adorée, tu m’as emprisonné dans cette Crypte infamante installée dans les bas-fonds de ce Donjon où tu demeure éternellement...
Dominique

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 08-03-2013 22:03  Mis à jour: 08-03-2013 22:03
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9084
 Re: Rèves incertains
Une promenade sur la lande qui nous emmène loin, très loin, c'est vrai que sur la lande on à envie de lever les yeux vers le ciel.
C'est très beau.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
32 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 32

Plus ...