| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Evolution - Poèmes - Textes
Poèmes : Evolution
Publié par dominic913 le 06-03-2013 12:52:18 ( 582 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



Lorsque je contemple cette cité aux reflets d'Apocalypse, je ne peux m'empêcher de songer à tous ceux qui, comme moi, lui ont survécu. Combien ont vu leurs proches périr sous les feux de l'Enfer ? Combien, aux premières lueurs de l'Aube, ont, impuissants, découvert ; leur père ou leur mère, leur frère ou leur sœur, les traits figés par les affres de la souffrance. Nul ne le sait ; et je gage sur ma foi en Ceux jadis surgis du Ciel, que nul ne le saura jamais ; irrévocablement.
Je me souviens encore de ce moment d'effroi qui s'est emparé de nous ; lorsque cette Terreur a commencé à dévorer l'Univers et que nous sommes tombé à genoux ; en dévisageant cette Nuée semant indéfiniment mort et démence. Décimant cruellement Contrées et multiple humaines Créations ; pour l'entrainer dans le Néant ; jusqu'a la briser dans ses fondements. C'est pour cette raison, je m'en souviens encore, qu'un cri glacé d'Horreur absolue a soudainement traversé le Firmament ; que nous nous sommes figés, comme si nous avions été foudroyés sur place brutalement ; en réalisant que jamais nous ne pourrions contrarier cet immonde déchainement. Car, effectivement s'en est suivi au sein du vaste océan ; de douleur et de tourments, l'apparition d'une immonde vague qui a déferlé avec saisissement. Et a déchiré l'espace et le temps frénétiquement ; emprisonnant au sein de ses eaux boueuses et teintées d'abominations ; les Enfants tentant désespérément d'échapper à ces improbables changements d'Age et de Civilisation.
Et si aujourd'hui, tandis que tant de décennies se sont écoulé si lentement ; j'ose évoquer cet instant terrifiant ; durant lequel nous avons subi ces bouleversements ; c'est parce que miraculeusement, je suis de ceux qui ont compris ; que chaque pas en avant de cette Humanité sans espérance ; est condamné destiné à vivre de nouveaux déplacements ; de cette Terre qui, cela ne me surprend désormais aucunement, ne vois en nous que des Etres indignes et insignifiants. Puisqu’incapables d'entreprendre pour le bien commun ; cette avancée fondamentale nous ouvrant les portes du prochain degré de l'Evolution...
Dominique

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
saulot
Posté le: 07-03-2013 09:53  Mis à jour: 07-03-2013 09:53
Plume d'Or
Inscrit le: 23-06-2012
De:
Contributions: 411
 Re: Evolution
Je ne sais pas si les humains sont des êtres indignes, mais si la Terre avait une conscience comme dans ton poème Dominique, elle aurait un regard sévère sur les hommes. Autrement bravo tu sais faire de très bons poèmes.
Loriane
Posté le: 09-03-2013 21:33  Mis à jour: 09-03-2013 21:33
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9084
 Re: Evolution
Mais non, mais non, l'humanité est adolescente, rien n'est joué, l'espoir est permis, quoique ... quoique parfois !
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
35 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 35

Plus ...