| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Quète sans fin - Poèmes - Textes
Poèmes : Quète sans fin
Publié par dominic913 le 13-03-2013 15:19:22 ( 554 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



J'ai contemplé mille choses terribles et merveilleuses en ce Monde. J'ai parcouru ses déserts glacés et ses plaines arides. Je me suis élevé au sommet de ses hauteurs les plus vertigineuses. Je suis descendu au plus profond de ses Abysses les plus colossaux. J'ai traversé ses forêts et ses marais les plus nauséabonds. J'ai franchi ses océans les plus tempétueux ; défiant ouragans et orages monstrueux. J'ai découvert nombre de ses cités aux toits d'or et d'argent. J'ai longé leurs rues pavées s'étendant au loin ; j'ai observé leurs gratte-ciel se dressant jusqu'au cœur de cette nappe nuageuse qui les surplombe continuellement. J'ai longé leurs remparts monumentaux sculptés aux armes de leurs Dieux d'antan. J'ai visité leurs Temples s'élançant à l'assaut du firmament ; leurs reflets étincelant sous la nuit étoilée ; leurs luminescences pétillant à l'ombre d'une Lune sublimée.
Pourtant, nul lieu que croisé sur ma route ne m'a jamais autant subjugué que celui où je t'ai rencontré. Nul humain ne m'a autant ensorcelé que toi. Et bien que les instants que j'ai passés en ta compagnie aient été brefs, ils resteront pour toujours gravés dans ma mémoire. Comment décrire cette sensation qui m'a submergée quand je t'ai vu pour la première fois de ma vie ? De quelle manière décrire la ferveur qui s'est emparée de mon honneur ? Nul mot au monde n'en est capable ; et je désirerai pouvoir subir mille morts, mille atroces souffrances, afin de connaitre de nouveau l'émotion qui m'a étreint le cœur ; et ne l'a plus jamais quitté depuis. Car, tel une déesse surgissant du Néant pour embraser l'Horizon, tu t'es subitement dévoilé à moi. Magnifique de sensualité, étonnante de féminité, d'un charme à faire fondre la roche la plus dure, d'une grâce éblouissante, et d'une délicatesse incomparable, je n'ai pu que m'incliner devant la force de cette vague déferlante qui m'a dévastée.
Mais, tu a presque aussitôt disparu. A peine ais-je eu le temps de graver chacun de tes traits dans ma mémoire ; à peine ais-je eu l'opportunité d'ancrer tes formes les plus gracieuses dans les profondeurs de mon Ame, que tu t'es évaporée. Et je n'ai pu que conserver en moi cet instant fugace, presque irréel, et pourtant tellement magique. Je n'ai pas eu d'autre choix que de quitter ce monde de désolation et de misère. Et j'ai commencé à m'aventurer le long de ses travées les plus obscures et les plus irréelles ; avec pour unique but de te rencontrer à nouveau.
Dès lors, j'ai assisté, impuissant, à sa déliquescence infamante. J'ai suivi son agonie. Et j'ai envié tous ceux qui l'ont fui en se réfugiant au sein de ce sombre Donjon dont on ne ressort pas. J'ai envié celles dont la démence s'est emparée, jusqu'a leur faire oublier d'où elles venaient. Puis, j'ai pleuré les ruines de cette Civilisation sans avenir qui m'a envouté ; au point de m'obliger à abandonner mes rêves de Géant ; pour me consacrer à cette escapade sans fin mais pleine de passion. A la recherche de celle qui, un jour de divagation, a capturé mon cœur et mon Ame ; que je lui ai offert avec dévotion.
C'est pour cette raison que je poursuis cette Quête sans nom ; et que je parcours sans cesse ce Monde en sursis ; et dont l'avilissement s'accroit au même rythme que ma désespérance ; de te revoir enfin, dans le but de t'offrir sublimement ; cet amour inopportun que je te voue immodérément...
Dominique

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 14-03-2013 15:15  Mis à jour: 14-03-2013 15:15
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9084
 Re: Quète sans fin
Ces passions de l'être sont bien décrites et agréables à lire.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
16 Personne(s) en ligne (1 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 16

Plus ...