| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Adieux Cosmiques - Poèmes - Textes
Poèmes : Adieux Cosmiques
Publié par dominic913 le 27-03-2013 13:50:00 ( 710 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



Combien de fois ais-je regardé l'Univers au fond des yeux, moi qui suis depuis toujours en Quête de cet Amour absolu ; interdit à ceux qui, comme tous ceux de ma Race ont violé cette Loi intangible et uniquement dévolue ; à ces Etres Supérieurs qui ont jadis décidé ; que nous ne sommes que des Esclaves auxquels il ne doit jamais être confié ; cet Ultime Secret capable de déclencher ; mille Cataclysmes capable de détruire cette Terre qui nous été octroyée.
Moi qui ait autrefois contemplé cet Eon Cosmique et franchi les Frontières de cette Infinie ; Dimension dont cordes d'Or et d'Argent qui se croisent depuis la nuit des Temps en un inouï ; et complexe canevas dépassant l'entendement ; je ne peux que pleurer cet Avenir dont nous ne sommes ni les Maitres ni les instruments. Car je n'oublie pas que nous sommes uniquement les jouets d'Etres Célestes cruels et insoumis ; aux lois Chaotiques que j'ai hier entraperçu et voulu ; défier de manière inconcevable, frénétique et irrésolue.
C'est pour cette raison qu'aujourd'hui je ne puis ; que rêver de ces instants fugaces durant lesquels j'ai espéré ; détourner de mes semblables ce que ceux qui nous ont enchainé à nos tourments ; ont inscrits à l'aide de leur propre sang au cœur indélicats raisonnements. Puisque je subis depuis lors leur vindicte qui m'oblige à aller au-delà ; de cette autre Rive pleine de Songes et d'Obscurs Désirs ; et explorer enfin ce Continent sans mémoire qui accepte de m'accueillir. Je suis déterminé, en tant qu'Humain et non en servile ; séide de Créatures jadis venues d'étoiles lointaines et décadentes ; à échapper à ce Monde futile et gémissant ; ainsi que cette Humanité irresponsable et démente ; sur le point de laisser sombrer dans le Néant ; une Civilisation qui a survécu si longtemps ; aux pires fléaux que nos Dieux d'Antan ; ont lancé à l'assaut de cet asile à la beauté irradiante ; dont nous sommes les légataires ignorants.
Alors, pardonnez moi si j'abandonne en chemin ; cette idée incroyable et époustouflante qui veut que nous, pauvres humains ; nous détenions les clefs de notre Destinée élaborée ; par d'autres que nous et en des lieux plus éloignés ; que l'Antique Atlantide et Mu réunis ; et que ce Graal après lequel je cours depuis toujours ; m'importe désormais davantage que cet Elan de mes semblables vers un Firmament ; dont j'ai déjà appréhendé les multiples mécontentements...
Dominique

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Terra
Posté le: 28-03-2013 02:22  Mis à jour: 28-03-2013 02:22
Plume d'Or
Inscrit le: 19-02-2012
De: Snake eye
Contributions: 369
 Re: Adieux Cosmiques
Tu as une très belle prose, j'aime beaucoup !

Terra, oui Terra et alors ?
saulot
Posté le: 29-03-2013 09:57  Mis à jour: 29-03-2013 09:57
Plume d'Or
Inscrit le: 23-06-2012
De:
Contributions: 411
 Re: Adieux Cosmiques
Sacré poème, tu pourrais essayer de publier un recueil, ton oeuvre poétique commence à être étoffée, et tu as beaucoup de talent.
Loriane
Posté le: 29-03-2013 16:40  Mis à jour: 29-03-2013 16:40
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9123
 Re: Adieux Cosmiques
Les humains n'ont pas une grande confiance en eux, ils ne s'aiment pas beaucoup.
C'est toujours joliment écrit.
Un poutou en passant Dominique
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...