| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Mourir d'Amour - Poèmes - Textes
Poèmes : Mourir d'Amour
Publié par dominic913 le 01-04-2013 13:00:00 ( 696 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



Si je dépéris aujourd'hui peu à peu des suites de ce long Calvaire que la vie m'inflige depuis que je t'ai aperçu ; je ne regretterai jamais d'avoir pu admirer en toi toute cette Beauté emprunte d'Absolu. Car, s'il y a bien une chose qui m'a permis de poursuivre cette Quête dont tu es le fruit ; c'est ce Souvenir incertain au cœur duquel tu es enfouie. Je n'oublierai en effet jamais cet Instant à la fois Magique et Poétique ; au cours duquel j'ai pu approcher cette Déesse dont l'Ame diffuse une aura Idyllique ; capable d'enflammer de sentiments frénétiques. Puis, d'amener les Etres les plus vils et les moins susceptibles ; à vénérer avec Ardeur passionnée, ce que je cherche vainement à retrouver par ces mots qui m'abreuvent et me rendent ivre ; d'espoir mêlé de tourments jusqu'a l'inconscience ; et au-delà, me conduisent vers toi, puis en des lieux entourés de démence.
Or, si je rêve, encore et toujours, de conquérir cette Divine Aphrodite ; dont tu es la digne représentante, et qui comme elle, continuellement médite ; sur la futilité d'émotions qui échappent à tout contrôle et à toute perception ; c'est parce je sais qu'outre ce Désir de toi qui, à mes yeux, frôle la Perfection ; je me voue depuis lors à te dévoiler par ces vers tout ce que mon Ame indigne recèle en son sein.
Mais, je suis aussi conscient combien ce cheminement permettant de t'atteindre est encore long et épuisant ; et qu'avant d'avoir le bonheur et la joie de te tenir dans mes bras évanescents ; je suis condamné à arpenter toutes les Contrées de l'Univers. Afin de briser cette infâme Malédiction qui joue avec moi et qui est né du génie pervers ; de ceux et celles qui utilisent l'Esprit des plus humbles et des plus impressionnables. Je tente d'échapper à leurs tentatives d'annihilation de ce Songe merveilleux et incroyable ; qui est le mien et qui dissimule si bien ; les blessures que leurs Démons m'ont octroyé au cours de mon parcours terrifiant. Car, sais-tu que j'ai parcouru les Territoires les plus sombres et les Contrées les plus sidérantes ; dans l'unique but de connaitre le moyen de t'aider à échapper aux Cauchemars qui te hantent ? Et si je dois maintenant m'éteindre au milieu de cette plaine couverte de cadavres purulents ; vaincu par les élans des Gardiens qui me haïssent tant ; sache que, jusqu'a mon ultime souffle d'existence ; je garderai en moi cet Amour que je te voue avec insistance...
Dominique

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
dominic913
Posté le: 01-04-2013 19:58  Mis à jour: 01-04-2013 19:58
Plume d'Or
Inscrit le: 06-02-2012
De: Valognes
Contributions: 312
 Re: Mourir d'Amour
Merci pour ta rectification, je corrige
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
36 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 36

Plus ...