| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Fifine - Poèmes - Textes
Poèmes : Fifine
Publié par modepoete le 04-04-2013 14:03:33 ( 579 lectures ) Articles du même auteur



Affect

ion de ma vie
J’avais une bonne amie intime
Une furette extravertie

Je la hélais, Fifine
Souvenir de l’Ile bourbon
Réunion de mes jeux de quine*

Elle se promenait
En toutes latitudes
Sur mes grands parquets

Jour de canicule, j’ai ouvert
Le petit vasistas du vent
Pour avoir de l’air

Furette éprise de liberté
Tu as trouvé le chemin entrouvert
Et tu t’en es allée

A mon nouveau lever
Tu ne m’as pas étreint
Avec ton petit bout de nez

J’ai contourné le grand pâté
De ces maisons concentrées à mon autour
Toutes souhaitaient me consoler

Je t’ai retrouvé sur la petite route
Instant de mes pleurs en débâcle
Me signifiant de ne plus penser au doute

Yeux perdus, tu ne me regardais plus
Nez abattu, tu ne me parlais de nous
Membres déchus, tu n’étais plus

Tremblements stimulant ma rage
Pourquoi toi Fifine la tolérante !
Jamais tu ne fus en esclavage

Tu étais plus que mon amie
Tu étais un animal pour sûr
Mais on se comprenait ; C’est dit !

J’ai toujours vécu avec elle
Des temps en dentelles quotidien
Ceux qui vous tissent une vie belle

O désir d’être prés d’elle
Mes yeux à la nuit infinie
Se ferment, plainte cicatricielle
☼ƑƇ
Nota : *quine : mot désignant à
L’Ile de la Réunion le jeu de loto,
Très prisé par les Réunionnais.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 04-04-2013 22:41  Mis à jour: 04-04-2013 22:41
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9033
 Re: Fifine
C'est trop triste, beaucoup trop.
Citation :
Tu étais plus que mon amie
Tu étais un animal pour sûr
Mais on se comprenait ; C’est dit !

Tous les deuils se ressemblent et toutes les souffrances aussi.
La tristesse ne connait pas de hiérarchie.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...