| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Rève de mourant - Poèmes - Textes
Poèmes : Rève de mourant
Publié par dominic913 le 22-04-2013 12:40:00 ( 582 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



Si jamais les Dieux qui nous contemplent depuis leur céleste palais étincelant ; pouvaient accomplir le Rêve de l'un de leurs Enfants ; je leur demanderai humblement avec ensuite moult remerciements ; de m'accorder ce privilège qui n'est octroyé qu'aux plus grands. Car, si jamais je ne m'aventurerai à les interpeller habituellement ; aujourd'hui, j'ai réalisé qu'ils tenteront continuellement ; de m'empêcher à trouver cette Paix qui m'échappe inconsidérément. Dès lors, pourquoi ne pas entreprendre moi aussi ; cette Quête effrénée que beaucoup réclament avec indécence et frénésie ?
Peut-être suis-je fou d'escompter leur clémence ; je conçois aisément que je suis enclin à déchainer leur véhémence. Et si je progresse encore au cœur de cette existence ; qu'ils ont de multiples fois mutilée au cours de mon itinérance ; c'est uniquement parce que je me suis appuyé sur le souvenir ; de ces rares et mirifiques instants teintés de plaisir ; que j'ai éprouvé au creux de tes bras mon Aimé.
Il faut en effet bien avouer que je n'ai oublié ni un jour ni une nuit ; ce moment de douce folie durant lequel chacun de nous a jouit ; de cet acte mille fois accompli à l'intérieur de ce lit ; témoin de ces ébats enflammés qui nous ont uni. Et si je m'attache à faire ressurgir ; en moi cet ultime élan de bonheur extatique qui t'a fait rugir ; au point d'ébranler les fondations de cette chambre étonnante ; c'est parce qu'il nous a permis de magnifier ce sentiment équivalent à l'Eden de nos parents de manière permanente. Et, bien sûr, cela me semble évident ; de poursuivre ensuite cette route m'ayant depuis, et définitivement ; précipité au sein de ce Néant qui ne possède en ce monde aucun équivalent.
Donc, je supplie ces Divinités qui nous observent depuis le commencement de Temps ; débutés longtemps avant la fin cet Age Sombre et décadent ; que je devine cataclysmique et imminent ; de combler l'ultime vœu de cet Humain dont je suis l'un des derniers représentants. Je voudrais terminer mon voyage ici-bas en revivant finalement ; cette explosion de plaisir infini en lisant dans tes yeux étincelants ; cette ivresse admirable qui te surprend ; lorsque mes mains caressantes, mes lèvres frémissantes, et la partie la plus intime de ce corps si ardent ; s'offrent à toi totalement sans qu'ils interviennent pour nous séparer à nouveau et inconsidérément...
Dominique

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 22-04-2013 22:47  Mis à jour: 23-04-2013 18:59
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9084
 Re: Rève de mourant
Tu pries encore les dieux , tu es plus opiniâtre que moi.
Plaisir
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
48 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 48

Plus ...