| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Vieillir ne rend pas plus sage - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Vieillir ne rend pas plus sage
Publié par Iktomi le 12-03-2012 04:30:00 ( 761 lectures ) Articles du même auteur



J’approche de la cinquantaine et cela fait plus de quarante ans que je fréquente le genre humain.

Les huit premières années comptent pour rien : je ne faisais attention à personne. Même pas à moi.

Je n’ai retiré de cette longue fréquentation qu’une seule certitude : chacun de nous est condamné à surnager comme il peut dans un océan infini de misère morale et de détresse intellectuelle.

Ce constat aurait pu me porter à l’indulgence. Des paumés qui ne seraient pas foutus de dire quel mois on est, depuis 1971 j’en ai croisés… combien ? Une chiée plus quinze ? De quoi remplir un autobus ? Un train de banlieue ? Sais pas. Au moins autant que ceux aux yeux de qui c’était moi le paumé, peut-être.

En revanche je ne sais que trop comment il est facile de perdre contact avec la réalité. Avec quelle facilité aussi – parfois teintée de complaisance – on peut s’abuser sur son propre compte.

Il y a quarante ans j’étais très effacé et très timoré mais déjà je n’hésitais jamais à réagir avec brutalité et violence quand je m’estimais provoqué stupidement : à mon sens on n’a pas encore découvert de manière intelligente de provoquer ses semblables.

La représentation que je me fais de ce qu’est une véritable et intolérable provocation est, au diable si je passe pour un poseur, d’une grande complexité et d’une grande subtilité à la fois.
Je pourrais succomber à une mythomanie hybridée de mégalomanie et prétendre que si j’avais vécu au XVIème siècle ou même bien avant mais sûrement pas après, j’aurais pu enseigner aux Espagnols (j’ai paraît-il quelques aïeux de ce côté) et aux Japonais (non, aucune parenté par là que je sache) que la provocation doit s’effacer au fil d’une lame bien tranchante, comme on efface un sourire sur le visage d’un niais.

Et voilà qu’à 49 ans passés je me découvre inchangé : prêt à en prendre plein la gueule, juste pour ne laisser à personne la joie d’avoir cru appuyer là où c’est censé faire mal.

On ne peut rien faire de bon avec des types comme moi : pas de bons citoyens, pas de bons soldats, pas de bons fils, pas de bons pères, pas de bons époux, et sûrement pas de bons écrivains.

Tant pis, que voulez-vous. Mais le jour où je ne serai plus capable que d’opposer un silence compassé (le mépris n’est pas une option), il sera temps de me déclarer en état de mort cérébrale, même s’il doit se passer encore des lustres avant que j’aille habiter pour de bon Boulevard des Allongés.

Non, décidément aucune sagesse ne m’est venue avec l’âge, et aucune prudence non plus.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
ameliemymy
Posté le: 13-03-2012 17:37  Mis à jour: 13-03-2012 17:37
Plume de Bronze
Inscrit le: 03-03-2012
De:
Contributions: 2
 Re: Vieillir ne rend pas plus sage
J'aime énormément, c'est sincère, simple et à la fois complexe comme la vie.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...