| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Etude sur les Tuatha Dé Dannan : - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Etude sur les Tuatha Dé Dannan :
Publié par dominic913 le 23-11-2013 20:07:08 ( 672 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles confirmées



D’autres Récits issus du Livre des Invasions évoquent des versions différentes de l’histoire des Tuatha Dé Dannan En effet, pour l’une d’elles, disent les Carnutes, « il s’agit d’une Race de Géants très antiques qui ont habité le Monde avant eux : « Ils sont nés sur le Continent Polaire de Thulé ; « Thu-al », ou « Thulé » signifiant « Nord ». Autour de lui a existé un océan figé, un endroit où le dernier rayon d’un Soleil qui s’est couché a attendu son retour. C’est la déesse Dana qui les a enfantés dans sa région centrale.
Mais, au moment où leur Civilisation a été la plus prospère, certains d’entre eux se sont rebellés contre l’autorité royale. Ils ont déclenché une guerre fratricide. Et les fidèles de cette dernière ont été impitoyablement traqués à travers la zone Atlantique.
Les fugitifs se sont alors subrepticement emparé des quatre Talismans Primordiaux – le glaive, la lance, le chaudron et la pierre du destin - désignant chaque Année Cosmique le nouveau souverain de leur peuple. Ils ont gagné les mers du Sud et atteints la mer Baltique. Ils ont débarqué en Europe, où, aussitôt, ils ont été divinisés par les autochtones.
Arrivés en Angleterre, puis en Irlande, se sont ensuite scindés en deux tribus : les Fomores et les Guenagog. Chacun des deux nouveaux groupes voulant garder pour lui seul la primauté sur les quatre Talismans, la solidarité de départ s’est vite transformée en animosité et suspicion, avant de devenir haine et provocation. Le conflit a rapidement dégénéré en guerre ouverte ; les Fomores assimilant désormais les Guenagog aux Géants Ténébreux et antédiluviens des Légendes d’autrefois ; incarnant les forces telluriques obscures et destructrices associées aux extrêmes profondeurs de la Terre.
Les Fomores ont aussi bâti un Sanctuaire sur le site de Glastonbury ; ils ont fait en sorte que celui-ci soit le reflet exact de l’un des Grands Temples de leur Continent d’origine. Puis, ils y ont caché leurs Objets Mythiques ; leur Chaudron ne tardant pas à devenir la coupe d’où ils font jaillir l’Essence de Vie Eternelle dont le Créateur les a doté.
Puis, les Fomores ont protégé le Temple en le ceignant d’une muraille monstrueuse. Ils ont fait en sorte que ce lieu béni entre tous leur soit inaccessible. Puis, ils se sont rassemblés aux abords de la plaine de Mag Tured dans l’intention de repousser les Guenagog au-delà des frontières de leur royaume. Ils les ont attendus longtemps. Et enfin, lorsque ceux-ci sont venus à leur rencontre, ils les ont combattus avec acharnement, frénésie, pendant des jours. La bataille s’est vite transformée en véritable carnage pour chacun des deux camps en présence : aucun des deux partis n’ayant de pitié pour son adversaire. Il y a eu beaucoup de morts et la plaine s’est imbibée pour jamais de flots de sang. D’innombrables cadavres ont jonché son sol tandis qu’un épais brouillard pestilentiel a envahi les lieux et s’est élevé jusqu’aux cieux. Mais, finalement, les Fomores ont rejetés les Guenagog loin du périmètre du Temple aux Objets Mythiques.
Après leur défaite, les Guenagog ont bientôt accepté – contraints et forcés – la paix que les Fomores leur ont proposé. Pour sceller celle-ci dans la durée, les Fomores et les Guenagog ont décidé de plusieurs mariages interclaniques. Puis, ils ont érigé ensemble un nouveau lieu de culte pour honorer leurs ancêtres communs ayant jadis vécu de l’autre coté de l’océan. Les Fomores ont ainsi appelé des pierres mystiques douées de vertus curatives depuis un pays lointain. Ils les ont érigés en cercle en compagnie des Guenagog au centre de la plaine de Mag Tured. Puis, ils y ont sculptés des symboles et des représentations issues de leur patrie originelle évoquant l’unité du peuple des Tuatha Dé Dannan retrouvée. ».
Une Tradition Ultérieure à ces événements, renchérissent les Carnutes, affirme : « Autrefois s’est trouvé en Irlande un formidable amas de pierres appelé « la Danse des Géants ». Celui-ci a été nommé de cette manière parce que d’antiques Géants ont amené ces roches gigantesques depuis les régions les plus éloignées. Ils les ont ensuite entassé dans la plaine de Killarney. Et, pendant longtemps, on a pu admirer leur harmonieuse disposition au milieu de la lande sauvage. ».
Puis, peu à peu, ils se mettent à confondre le pays de naissance des Tuatha Dé Dannan avec le « Gwenved » - « le Monde Blanc » - ; là où les Ames Bienheureuses attendent, après leur mort, leur descente en « Abred » pour réaliser leur nouvelle Evolution. Ils y rattachent d’ailleurs la rune de l’Aigle, qui symbolise le Soleil autant que le feu originel.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 26-11-2013 18:30  Mis à jour: 26-11-2013 18:30
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9084
 Re: Etude sur les Tuatha Dé Dannan :
La civilisation de Thulé se situe plutôt vers l'Islande.
Bien que oui, elle navigue dans les imaginaires entre le Groenland et les îles britannique.
C'est une légende puissante et riche.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
32 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 32

Plus ...