| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La petite maison du bonheur. - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : La petite maison du bonheur.
Publié par Bacchus le 07-02-2014 19:20:00 ( 1081 lectures ) Articles du même auteur



- Non mon lapin, cela ne me dérange pas de t'en parler encore, mais puisque tu la verras demain, tu te rendras mieux compte de ce à quoi elle ressemble, non?
- Oui..Demain. Mais dis encore. Tu en parles si bien que j'ai déjà l'impression de la voir. Les volets ! Comment tu m'as dit, pour les volets ?
- Ah ça, y'aura du travail. Pour le moment, ils n'ont plus de couleur. Mais je te connais, tu voudras les repeindre en rose. C'est bien ça ?
- Oui. Rose...( elle a un petit sourire, comme pour s'excuser ). Je sais bien que ça fera rococo, mais c'est comme cela que je les vois.
- Alors, ils seront rose.
- Et la cheminée ? C'est une vrai cheminée ? avec des grosses bûches ?
- Bien sur ! avec une crémaillère où est accroché un gros chaudron. Va falloir que tu apprennes à faire la vraie soupe paysanne !
- A oui..apprendre..J'étais une mauvaise cuisinière, hein...
- La plus mauvaise que je connaisse. C'est pour ça que j'ai eu du mal à te trouver.
- On part demain matin, alors ?
- Comme je t'ai dit. Dès le lever du jour.
- Tu rouleras lentement, s'il te plait. Il y a si longtemps que je n'ai plus vu de champs, de forêts...des maisons au bord des routes. On verra des fleurs?
- Houla ! on est en pleine saison ! des fleurs, il y en a partout ! Tu vas voir tous ces hortensias, en approchant de la maison.
- Tu...
Le visage pâle , durant un instant, semble exprimer une souffrance profonde et lointaine. Il lui prend la main avec infiniment de douceur et la pose sur sa joue, en serrant les dents aussi fort qu'il peut. Elle plante son regard dans le sien et durant une longue minute, elle lui communique, sans un mot, tout ce qu'elle peut encore lui dire
- Tu...es le menteur que j'aime le plus au monde..
Ses derniers mots semblent soufflés
Il n' a plus besoin de contenir les larmes qu'il retient depuis trop longtemps.
Il tend la main pour lui baisser les paupières, dans une dernière caresse.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
couscous
Posté le: 07-02-2014 19:59  Mis à jour: 07-02-2014 19:59
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: La petite maison du bonheur.
Tu ne nous as pas habitués à un texte aussi triste. C'est très touchant. Tu as ce don de toucher le lecteur que ce soit pas le rire ou les larmes.

Merci

Couscous
tchano
Posté le: 08-02-2014 13:41  Mis à jour: 08-02-2014 13:41
Plume d'Or
Inscrit le: 18-01-2012
De:
Contributions: 297
 Re: La petite maison du bonheur.
Je pense également que la dernière maison à laquelle je rêverai ne sera pas une somptueuse demeure cossue.
Merci Bacchus, j'ai été surpris et ému par la chute.
Loriane
Posté le: 08-02-2014 14:15  Mis à jour: 08-02-2014 14:15
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9500
 Re: La petite maison du bonheur.
Je suis frissonnante.
L'émotion est montée doucement devant tant d'amour partagé.
je sais que chaque fois que je verrais des volets roses, je verrai une femme dans son lit et un couple qui se sépare.
Seule la simplicité pouvait porter un récit aussi bouleversant.
Bravo maître.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
58 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 58

Plus ...