| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Je n'aurais pas dû y aller - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Je n'aurais pas dû y aller
Publié par arielleffe le 28-02-2014 09:16:29 ( 864 lectures ) Articles du même auteur



Dans ma boîte aux lettres, je trouve une enveloppe blanche, le papier est gaufré, l’écriture élégante et fine. A l’intérieur se trouve probablement un bristol. J’ouvre avec précaution cette jolie lettre à l’aide d’un coupe-papier.
Le 15 Mars 1814 se tiendra notre réception séculaire. C’est avec une immense joie que nous vous accueillerons à cette occasion.
Cette cérémonie se tiendra au sein du Château de Mortemer, cadre tout à fait approprié à cette célébration.
Nous comptons sur votre présence à partir de 20 heures. Tenue de soirée exigée.
Merci de nous confirmer votre participation par le biais d’un billet retour avant le 30 Janvier 1814.
Dans l’attente de vous voir,
Bien cordialement,
Comte Philibert de Mortemer

Je ne connais personne de ce nom. Une cérémonie séculaire, ça doit être quelque chose ! Ils se sont trompés sur l’année visiblement. Aller à une soirée dans un château ? Pourquoi pas. Je vérifie le nom sur le carton d’invitation, c’est bien de moi qu’il s’agit, il n’y a pas d’erreur. Une petite voix dans ma tête me dit :
- N’y va pas pauvre gourde, c’est une erreur, pourquoi veux-tu qu’un comte t’invite ?
Et pourquoi pas après tout ?

Le 15 Mars je suis prête. J’ai choisi une longue robe noire avec un joli décolleté, le noir c’est distingué et discret. Je ne veux pas me faire trop remarquer. J’ai ressorti de l’armoire la cape en vison de ma mère, une paire de stilettos et me voilà prête ! Un sautoir en perles complètera ma tenue.
Je programme l’adresse sur le GPS et me voilà partie ! Après 50 kilomètres de route nationale, la voix énervante de ma machine me dit de prendre un chemin sur la gauche. Je m’enfonce dans les bois. J’espère que je ne vais pas avoir un accident, il fait nuit. Après une dizaine de kilomètres il faut tourner dans un chemin forestier, ma voiture va être couverte de boue ! Je n’aurais peut-être pas dû y aller.
- Tu as l’air malin dans la bouillasse avec ta robe du soir, tu es ridicule ma pauvre fille, tu vas arriver couverte de terre à ta soirée !
Tout au bout un château médiéval apparaît au milieu des arbres. Il est lugubre avec des tours, brrrr, pas bon tout ça !
- Si tu veux mon avis, ça sent la grosse galère, tu t’es faite avoir, c’est une plaisanterie, on dirait un décor de film d’horreur.

Un type chauve et bossu habillé en redingote me fait signe d’aller me garer sur un parking caché derrière des fourrés. Le parking est absolument vide.
- C’est la famille Adams ma parole ! Tu vois il n’y a personne, ils vont te piquer ta voiture et te zigouiller, personne n’entendra plus parler de toi.
Le bonhomme bizarre ferme une grille qui me sépare de ma voiture, il m’emmène près d’un ruisseau, il n’y a pas de pont levis, il va falloir monter dans une barque. Je ne sais pas si je dois le suivre. Mes talons n’ont pas aimé le chemin couvert de gravillons, ma robe longue et mes collants n’aiment pas l’embarcation.

Le valet ne dit pas un mot et ne répond pas à mes questions, il ne me regarde même pas. Si je veux partir, je vais forcément me faire remarquer, il faudra que j’arrive à convaincre ce demeuré de me ramener de l’autre côté du ruisseau, ça ne va pas être simple ! Je n’aurais pas dû y aller !
- Tu es faite comme un rat !
Une énorme porte en bois munie de rivés en cuivre, s’ouvre en grinçant. Le domestique étrange referme derrière moi avec une clé gigantesque. Je suis prise au piège !
Au bout d’un couloir sans fin mon hôte se présente enfin. Sa voix est caverneuse, il est habillé avec un costume noir, ses cheveux couleur corbeau arrivent jusque sur ses épaules.
- Bonsoir, je vous attendais.
- C’est le Comte Dracula, MDR.

La salle est décorée de bougies allumées, visiblement il n’y a pas l’électricité. Au fond de la pièce il y a un feu de cheminée, c’est le seul aspect chaleureux, même le rouge des tentures est inquiétant.
Une table est dressée près du feu. Il n’y a que deux couverts…
- Je pensais qu’il y aurait d’autres invités.
- Ma chère votre compagnie vaut bien la présence d’une centaine d’invités !
- Ben voyons ! Tu ne vois pas que c’est bizarre ?
Je n’aurais pas dû y aller ! Je me sens comme une souris entre les pattes d’un chat.
Les plats se succèdent : boudin noir en entrée, canard au sang et oranges sanguines, les verres se remplissent régulièrement d’un vin couleur rubis.

C’est un vampire ! Je n’aurais pas dû y aller !
- Je t’avais prévenue !

- Vous avez l’air tendue, quelque chose ne va pas ?
- J’ai la tête qui tourne, je ne me sens pas très bien.
- C’est le vin, il vient d’Espagne il est peut-être trop alcoolisé pour vous, vous paraissez si délicate. Votre teint est bien pâle, voulez-vous vous allonger ?
- Comme par hasard !

Je suis trop bête décidément, je me suis faite avoir comme la dernière des imbéciles ! Soudain ma vue se brouille et je m’évanouis non sans avoir vu la tête du comte se pencher dangereusement vers moi, sa bouche est ouverte et ses canines immenses se rapprochent de mon visage.
Quand je me réveille, il fait grand jour. Je regarde autour de moi, je suis dans mon lit, dans ma chambre, dans ma maison. Ouf ! Tout va bien, ce n’était qu’un mauvais rêve. La petite voix qui me fait tourner en bourrique a disparu, quel soulagement !
Je vais dans la salle de bain et je me regarde dans le miroir. Deux petits points rouges sont visibles sur mon cou.
- Je n’aurais pas dû y aller !!!
FB arielleffe

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
couscous
Posté le: 28-02-2014 18:51  Mis à jour: 28-02-2014 18:51
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Je n'aurais pas dû y aller
Personnellement, je fais comme toi ! Si un Comte m'invite, je n'hésite pas une seule seconde. Manger à l'oeil, c'est sympa ... sauf quand c'est nous le plat principal.

Je t'ai suivie tout au long de ce périple mystérieux et j'ai visualisé les décors que tu nous décrivais. Une belle balade dans l'étrange.

Merci

Couscous

Auteur Commentaire en débat
aliv
Posté le: 01-03-2014 12:40  Mis à jour: 01-03-2014 12:40
Plume d'Argent
Inscrit le: 25-03-2013
De:
Contributions: 290
 Re: Je n'aurais pas dû y aller
Une très bonne histoire. Elle est bien relatée.
Par contre on se perd dans les dialogues et de toute évidence les pensées de ton personnage.

Répons(s) Auteur Posté le
 Re: Je n'aurais pas dû y aller arielleffe 02-03-2014 10:57

Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 03-03-2014 15:45  Mis à jour: 03-03-2014 15:46
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9132
 Re: Je n'aurais pas dû y aller
Gonflé ce vampire, il t'a fait manger du boudin ! boudin fait avec le sang de sa visite précédente ?
Et le tien servira à la prochaine réception ?
Non ça tu n'aurais pas dû y aller !
Ça c'est histoire à foutre la pétrouille, heureusement je ne crois pas aux vampires et d'abord même pas peur !!
Mais très drôle.
Belle histoire bien racontée.
Merci

Répons(s) Auteur Posté le
 Re: Je n'aurais pas dû y aller arielleffe 08-03-2014 18:40
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
28 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 28

Plus ...