| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Je ne voulais pas y aller - Poèmes - Textes
Poèmes : Je ne voulais pas y aller
Publié par violette12 le 01-03-2014 10:28:04 ( 747 lectures ) Articles du même auteur



Je ne voulais pas y aller

Sur les mornes sentiers aux arbres déployés
J'avance à petit pas, l'esprit vif, écorché
Chantant, psalmodiant, sans aucune liesse
Souffles de l'amère à personne ne confesse
Je le sais on m'attends, tout de rire et de joie
La fête bat son plein, mon corps au désarroi
La lune amoureuse, accalmie en promesse
L'écouter de mon lit, je préfère la paresse
Demi tour faisant, j'avance ardemment
Vers cette inertie , je la souhaites prestement
Sans regard nécessaire, les silhouettes m'apparaissent
Échangent billevesées, vibrent d'allégresse
Virevoltant et dansant, les lampions du printemps
S'insurgent, délicatesse, sous le souffle du vent
Etoiles en anathèmes , par le firmament bercés
Eclairent contre leurs gré mon antre enfermée
Bercée par la musique bleu azur de la foule
Je m'apaise doucement, absorbée par la houle
Je m'étire, respire, me laisse aller
Au loin, notes s'affolent, festivité et gaité
Musique mélodieuse, effleurements soupçonnés
Coupe pleine se heurtant, gestes déplacés,
Les robes bruissent, se froissent , s'abhorrent,
Les talons claquent, s'affolent, murmurent
Des chemises ploient sous des ventres bedonnant
Une bretelle dévoile une chair rosée à peine éclose
Les mains se frôlent, les paroles se heurtent, se posent
Violence des mots, moiteur des gestes, fragrance, exaltation
Tous se mélangent, se mêlent, se démêlent, sans passion
Sans amertume aucune, je garde ma maison
Je respire leurs ardeurs, leur indolence
Au loin, je m'apaise, je me panse
L'invitation m'est parvenu
Je ne voulais pas y aller
Je ne suis pas venu

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
EXEM
Posté le: 02-03-2014 03:35  Mis à jour: 02-03-2014 03:35
Plume d'Or
Inscrit le: 23-10-2013
De:
Contributions: 1480
 Re: Je ne voulais pas y aller
Violette, je vous découvre! Quelle honneur et quelle joie. Votre don d'observation de la nature humaine et de ce qui nous entoure m'a impressionné. Style mi classique mi Violette, qui m'a transporté dans un rêve-cauchemar. Quelles émotions.
Ravi d'avoir fait votre connaissance (littéraire)
violette12
Posté le: 02-03-2014 08:27  Mis à jour: 02-03-2014 08:27
Semi pro
Inscrit le: 08-09-2013
De: le havre
Contributions: 99
 Re: Je ne voulais pas y aller
Merci de ces encouragements, avant tout, je me découvres, j'apprends, je ressents, et j'essaie de transmettre mes images sur papier.
arielleffe
Posté le: 02-03-2014 10:56  Mis à jour: 02-03-2014 10:56
Plume d'Or
Inscrit le: 06-08-2013
De: Le Havre
Contributions: 805
 Re: Je ne voulais pas y aller
Très joli poème, plein de sensibilité.
Loriane
Posté le: 03-03-2014 16:37  Mis à jour: 03-03-2014 16:38
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9116
 Re: Je ne voulais pas y aller
Quel bel univers poétique !
C'est un bel instant.
Je suis venue et je ne le regrette pas.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
26 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 26

Plus ...