| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le Nuage - Poèmes - Textes
Poèmes : Le Nuage
Publié par plouf-17 le 19-03-2014 13:50:00 ( 575 lectures ) Articles du même auteur



Le Nuage

Flottant au vent
Il suit son destin
L'air frais l'emportant
Il s'envole vers le lointain

Léger comme une plume
Semblant à la brume
Léger comme du coton
Cumulonimbus ou mouton

Tellement de délicatesse
Le royaume des déesses
Tel à un rêve
Observer sa danse,la plus belle des trêves

Tiffany.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
maurizioB
Posté le: 19-03-2014 13:51  Mis à jour: 19-03-2014 13:51
Plume d'Argent
Inscrit le: 02-03-2014
De:
Contributions: 423
 Re: Le Nuage
Haaaaa là, tu envois vraiment du lourd
Le tonnerre gronde ma jeune amie
Délicieux, en lisant tes mots cela me donne envie de lever les yeux plus souvent
Merci et encore bravo
plouf-17
Posté le: 19-03-2014 14:23  Mis à jour: 19-03-2014 14:24
Mascotte
Inscrit le: 11-03-2014
De: Vénus
Contributions: 97
 Re: Le Nuage
Oh...merci monsieur!
J'ai fais cela dans la cour du collège, en regardant ces merveilles de là haut, et en pensant à vous tous, ne voulant pas vous décevoir !
Je suis heureuse que cela vous plaise
Titi
Posté le: 19-03-2014 15:32  Mis à jour: 19-03-2014 21:22
Administrateur
Inscrit le: 30-05-2013
De:
Contributions: 1497
 Re: Le Nuage
Bravo Plouf, ton nuage passe avec beaucoup de charme et de grâce, à l'image de tes écrits, et me penser au poème de Baudelaire dont le titre est :

L'étranger

Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis? ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.
- Tes amis?
-Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté?
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L'or?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!



Bravo et continue, ton gout pour l'écriture est patent

Amitiés
plouf-17
Posté le: 19-03-2014 16:30  Mis à jour: 19-03-2014 16:30
Mascotte
Inscrit le: 11-03-2014
De: Vénus
Contributions: 97
 Re: Le Nuage
Quel beau poème..
Je vous remercie!
maurizioB
Posté le: 19-03-2014 16:44  Mis à jour: 19-03-2014 16:44
Plume d'Argent
Inscrit le: 02-03-2014
De:
Contributions: 423
 Re: Le Nuage
Jeune demoiselle sachez qu'il est bien rare que ce qui est écrit avec cœur et émotion ne déplaise
Encore bravissimo!!!
Loretta
Posté le: 22-03-2014 21:36  Mis à jour: 22-03-2014 21:36
Plume d'Argent
Inscrit le: 22-05-2013
De: Mulhouse
Contributions: 104
 Re: Le Nuage
C'était très agréable à lire, je te remercie.
Je me suis sentie apaisée en le lisant, car je m'imaginais un petit nuage moelleux dans lequel je pouvais me reposer (Comme dans la pub kinder, tu sais ?)

J'ai relevé quelques fautes :

"Il suis son destin" => suit

"Léger comme un plume" => une plume

"Tel à un rêve" => Je crois que l'on doit n'écrire que "Tel un rêve". Toutefois je ne suis pas certaine.

Merci pour le poème,
Loretta :)
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
40 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 40

Plus ...