| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Où sont-ils allés ? - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Où sont-ils allés ?
Publié par Donaldo75 le 17-06-2014 20:25:33 ( 1329 lectures ) Articles du même auteur



Où sont-ils allés ?


Philippe n’était pas revenu dans ce bourg depuis des années. Jamais il n’avait pensé remettre les pieds ici ; ses souvenirs d’une époque révolue paraissaient lointains. Pourtant, à l’occasion d’un rendez-vous, il avait décidé de s’offrir une halte sur le chemin du retour ; rien ni personne ne l’attendait à Lyon depuis sa rupture avec Hélène et revenir au bureau ne l’enchantait guère. Il gara sa voiture sur la place de l’église.

Philippe entendit cinq coups de cloche sonner ; dans le temps, quand il habitait dans le coin, c’était l’heure de rentrer à la maison après une longue journée de collégien. Il se rappelait le retour en vélo avec ses camarades de classe ; combien de fois il avait raccompagné la fille du moment, celle qui faisait chavirer son cœur, jusque devant sa porte dans l’espoir secret d’un frottement de lèvres ?
Sa dernière année, celle de la classe de quatrième, avait été la plus heureuse ; il avait connu son premier grand amour en la personne d’Angélique, la fille de l’esthéticienne. Avec ses deux grands copains Corentin et Thomas, il était allé à la piscine au début de septembre, un peu avant la rentrée scolaire, pour profiter des dernières chaleurs estivales ; c’était là qu’ils avaient rencontré les trois jeunes grâces, comme ils les appelèrent plus tard. Angélique, la poupée blonde, lui avait plu dès le premier regard ; ses deux amis lui avaient facilité la tâche en se concentrant sur ses deux copines Mireille et Christelle.

Philippe décida de se promener le long de la rue principale ; il ne fut pas surpris outre-mesure de constater que le salon de la mère d’Angélique n’existait plus ni d’ailleurs la boutique de mode des parents de Mireille. En quinze ans, Brignais avait bien changé ; le bourg isolé avait intégré la grande banlieue lyonnaise et les cadres moyens de la capitale régionale s’étaient rués sur ses terrains bon marché pour s’installer loin de la pollution urbaine. Les magasins de seconde zone avaient laissé place à des commerces cossus et tout le monde avait suivi ce miracle économique.
Philippe tourna sur la gauche et passa devant l’école primaire où il avait appris à lire et à compter ; il se souvint de ses interminables parties de billes dans le petit parc attenant ainsi que de ses cours de solfège du mardi soir. Enfin, le collège apparut dans son champ de vision ; cet ensemble octogonal paré de briques rouges représentait bien le style des années soixante-dix, quand la France se voulait moderne et habillait ses administrations de bistre. En face, se dressait la colline où habitaient Corentin et Thomas ; elle abritait en son sommet un ensemble résidentiel construit pour les classes moyennes d’ouvriers spécialisés et de contremaîtres, constitué de petites maisons identiques en tous points.

Philippe tourna à gauche et se dirigea vers un banc de fer forgé ; il s’assit et alluma une cigarette. Ses souvenirs refirent surface ; il revit Mireille et Christelle en train de rire aux pitreries de Corentin et Thomas tandis que les timides Angélique et Philippe se regardaient amoureusement. « Comment ai-je réussi à embrasser la jolie blonde ? » se demanda-t-il. Il ne trouva pas la réponse à cette question et à l’évidence elle ne l’intéressait pas ; il préférait largement conserver un semblant de mystère sur ce symbole des jours heureux, du temps de l’insouciance et des amours sans conséquences. Angélique avait été son dernier rayon de soleil dans la campagne de Brignais, avant qu’il ne déménage pour Lyon où son père avait enfin trouvé la maison de ville conforme à son statut social de médecin spécialiste ; Philippe avait détesté cette décision et reproché à sa mère de ne pas l’avoir empêchée. Ses bouderies n’avaient pas fait pencher la balance en sa faveur et il n’avait finalement récolté que des punitions et une bonne paire de gifles. L’année suivante, il s’était retrouvé à Lyon, au milieu du béton et des voitures ; il avait intégré un grand établissement scolaire qui faisait à la fois office de collège, de lycée et de classe préparatoire aux grandes écoles. Sa mère, professeur de lettres de son état, lui avait vanté les mérites de l’enseignement prodigué en ce lieu mythique et la qualité des élèves triés sur le volet. « C’est autre chose que les petites brutes et les évaporées que tu côtoyais à Brignais » lui avait elle jeté à la figure, un jour où il avait encore boudé en regrettant son ancien collège.
Philippe devait reconnaître, après des années de déni, qu’elle n’avait pas eu tort ; il n’aurait certainement jamais réussi ses études supérieures en restant dans un environnement aussi peu exigeant. D’ailleurs, il était le premier à se vanter de sa mention au baccalauréat scientifique, de son entrée à Sciences Po et de son réseau d’anciens élèves issus des plus grandes familles lyonnaises. Il avait également rencontré Hélène dans ce lycée ; elle était depuis devenue sa fiancé et le sel de sa vie.
« Tout ça c’est du passé et Hélène m’a laissé tomber pour de bon » se dit Philippe dans un dernier sursaut ; la plaie ouverte de sa rupture lui faisait encore mal et il ne connaissait pas de meilleure remède que la nostalgie des années héroïques, quand il se baladait en vélo avec Angélique sur les routes fleuries de Brignais.
« Où sont-il allés ? » se demanda-t-il en pensant à Angélique, Mireille, Christelle, Corentin et Thomas puis il se leva et reprit le chemin de son présent.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
arielleffe
Posté le: 18-06-2014 09:34  Mis à jour: 18-06-2014 09:34
Plume d'Or
Inscrit le: 06-08-2013
De: Le Havre
Contributions: 805
 Re: Où sont-ils allés ?
https://www.youtube.com/watch?v=buPbgI9CSCQ

Très joli texte, complètement différent de ce que tu écris d'habitude, j'ai beaucoup aimé. Philippe va-t-il les retrouver ???
Donaldo75
Posté le: 18-06-2014 10:17  Mis à jour: 18-06-2014 10:17
Plume d'Or
Inscrit le: 14-03-2014
De: Paris
Contributions: 1111
 Re: Où sont-ils allés ?
Merci Arielle,

Ce texte fait partie d'une série que je réalise en ce moment (en tout cas que j'ai planifié) sur la base d'une technique d'écriture nouvelle pour moi.

Globalement, je prends un morceau de musique, je le passe en boucle et j'écris dessus en fonction de ce qu'il m'inspire; je choisis de la musique anglo-saxonne car même si je comprends les paroles, elles vont moins m'influencer que dans ma langue natale (comme c'eut été le cas avec la chanson de Bruel que tu m'as attaché dans ton message).

Ici, le titre est: "Decades". C'est une chanson de Joy Division dans l'album "Closer" qu'elle conclut en beauté avec le refrain où Ian Curtis scandait 'where have they been'.

J'ai établi une préliste de douze titres, dont celui-ci, sur lesquels je vais continuer à expérimenter cette technique; je verrai ce que cela donne au fur et à mesure. J'ai besoin d'être au calme pour écrire de cette façon, seul, ce qui signifie que je ne vais pas pondre douze textes en douze jours.

Philippe va-t-il les retrouver ? Who knows !

A bientôt,

Donald
arielleffe
Posté le: 19-06-2014 08:37  Mis à jour: 19-06-2014 08:37
Plume d'Or
Inscrit le: 06-08-2013
De: Le Havre
Contributions: 805
 Re: Où sont-ils allés ?
Joy Division ! One of my favourites. As-tu vu le film qui retrace la vie du groupe ?

http://www.youtube.com/watch?v=7c2_B_cWK_M
Donaldo75
Posté le: 19-06-2014 09:04  Mis à jour: 19-06-2014 09:04
Plume d'Or
Inscrit le: 14-03-2014
De: Paris
Contributions: 1111
 Re: Où sont-ils allés ?
Of course my dear,
Dès sa sortie je me suis précipité pour le voir et je n'ai pas été déçu du tout.
Sais tu que ces cons de New Order ont fait le service minimum pour ce film ? Les gars mesquins qui savent que sans Ian Curtis ils n'étaient qu'un petit groupe post-punk de plus, ils ont même émis des réserves sur le film.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
44 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 44

Plus ...