| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> L'Ile-Dieux - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : L'Ile-Dieux
Publié par dominic913 le 01-11-2014 11:09:31 ( 580 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles confirmées



C'est à peu près à 500 lieues à l'Est de la Frontière longeant les Territoires Extérieurs, alors que les Monts Brumeux sont encore vagues dans le lointain, que se découvre l'un des endroits les plus étranges de notre monde. Alors que l'on avance au milieu de cette plaine grise et morné constituée de terre grisâtre, de roches noirâtres recouvertes de moisissures multicolores, alors que l'on croise des myriades de buissons de ronces et d'épineux empoisonnés s'accrochant au sol, alors que l'on distingue des dizaines de fissures courant de part et d'autres des quelques sentiers mutilés qui la longe, c'est alors qu’apparaît quelque chose d'extraordinaire :
Il s'agit d'une île ; d'une île posée au sommet d'un amas de nuages. Celui-ci est monumental. Composé de nuées blanchâtres striées de vapeurs bleues et oranges, des striures couleur de sang les parcourent continuellement. Lorsqu'ils s'entrechoquent, leurs grondements sonores se diffusent brutalement. Des éclairs de feu s'en échappent et fendent le sol dans un hurlement assourdissant. Ils le percent, faisant éclater la roche brute en des milliers de morceaux épars. Ils le pénètrent profondément avant d'en ressurgir brusquement à plusieurs centaines de mètres de là. Parallèlement, un vent tempétueux disperse certaines des ses vapeurs rosées à des dizaines de lieues de là. Il brutalise les cairns et les mégalithes sculptés qui gisent parmi les rares herbes folles qui se discernent ça et là. Mais, le plus impressionnant, c'est l'ombre titanesque que cette île déploie tandis qu'elle se déplace.
Car, si cette imposante masse inonde l'horizon de son ombre majestueuse, elle se déplace aussi épisodiquement. Un jour, le voyageur qui parcourt les Territoires Extérieurs - et les Dieux savent qu'ils ne sont pas nombreux ; ils savent de même que peu d'entre eux en sont revenus vivants ou sains d'esprit - la discerne aux abords des Monts Brumeux. Le jour suivant, il peux l'apercevoir à proximité des ruines de l'antique Ytakh. Et le troisième, à moins d'une dizaine de lieues de la Tour des Princes-Mages d'Ekkroth ; autrefois dénommée "Citadelle des Ombres. Les vieux mythes d'avant l’avènement de l'Empire des mille Nations n'expliquent t'ils en outre pas qu'elle a été le Sanctuaire des Elfes Noirs lors des guerres fratricides qui ont ensanglantées le Continent à l'époque où les "Premiers Nés" étaient pratiquement les seuls à le parcourir ? Ne décrivent t'ils pas de quelle manière certains de ces derniers se sont révoltés contre leurs Créateurs, ont tenté de les chasser de la "Terre Promise", avant de s'y réfugier, puis d'y être maudits ? Ne relatent t'ils pas la traque sans merci dont ils ont été l'objet de la part de leurs Frères et de leurs Sœurs "bénis", et que c'est pour cette raison qu'ils n'en sont jamais redescendus ? Enfin, ne font t'ils pas revivre la tragique "Bataille d'Ykrem", qui a vu se scinder cette glorieuse engeance en tant de nations terrifiées dont aujourd'hui il ne reste plus que quelques fragments ?
En tout état de cause, les récits relatant leur odyssée s'est perdue depuis longtemps. Mème les somptueuses et labyrinthiques Bibliothèques creusées dans les sous-sols de la Cité de Crystal ne détiennent que des textes parcellaires les concernant. Tout ce que l'on sait avec plus ou moins de certitude, c'est que Géants et Dragons ont été mêlés à leur disgrâce d'une manière terrifiante. Et que c'est sur les ruines de leur Civilisation qu'est né l'Empire des Mille Nations, ainsi que les Cités-Etats libres Hunkaii et Kadath. Ce qui est certain également, c'est que personne ne s'y est aventuré depuis longtemps ; qu'il faudrait être fou pour oser s'approcher des cercles Mégalithiques qui parsèment les Territoires Extérieurs, puis qui, magyquement, permettent d'y être expédiés. D'autant que les formules déclenchant ce phénomène de téléportation ont été, elles aussi, perdues ; et que ceux et celles qui ont tenté l'expérience sans les connaître ont péri, parait t'il, dans d'horribles souffrances. Une rumeur ne prétend t'elle pas que plusieurs ont été retrouvés une moitié de leur corps figé dans la terre du "cercle de Réception", alors que l'autre moitié se trouvait encore au cœur de celui de Téléportation ? Et que leurs hurlements de douleur et d'effroi ont duré des journées entières avant qu'ils ne s'éteignent définitivement ? Ou que durant leur "transfert", ils ont été la proie de visions cauchemardesques élaborées des milliers d'années auparavant ?
Aujourd'hui, ce lieu porte un nom : "l'Ile-Dieux". Dire qui, pourquoi et comment il lui a été attribué, nul ne le sait vraiment. Mais il est vrai que, parfois, lorsqu'on s'en approche assez près et que l'on est assez prudent, on peux y distinguer de vagues lueurs argentées s'y propager. Parmi les roches, les amas de végétaux flétris, les eaux empoisonnées, ou les arbres rabougris qui s'y discernent, on y voit - exceptionnellement - les contours d'un vaste édifice. Est-ce un Pilier du Monde tels que ceux qui existent de l'autre coté de l'Océan qui n'a pas de nom ? Peut-être ? Est-ce ce fameux Temple dans les cryptes duquel les Elfes Noirs se sont repliés puis emmurés vivants, qui est capable de le révéler en vérité ? Mais, il est vrai que, parmi les endroits les plus énigmatiques du Continent, celui-ci recèle encore bien des mystères que seuls les Rois-Mages de jadis auraient pu expliquer, tant leur Savoir sur les Ages précédant le notre était brillant...

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
30 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 30

Plus ...