| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> L'Enfant des Mondes - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : L'Enfant des Mondes
Publié par dominic913 le 24-12-2014 12:00:00 ( 451 lectures ) Articles du même auteur



.Il y a tant de Mondes dont je suis l'Enfant. Il y a tant de Peuples dont je suis l'unique Survivant. Si jamais il y avait un lieu auquel je n'aurai pas besoin de me confronté, qui n e serai pas l'objet de mille Souffrances, de Cauchemars, où je ne serai jamais ni blessé ni mutilé, c'est au sein de cette Cité sans Nom. C'est au sein de cette Cité aux Secrets terrifiants, aux rue désertiques et sanguinolentes, aux Cieux informes et changeants. C'est au Cœur des ruines de cette Cité antique aux édifices outrageants. C'est surtout au fins fonds de ses cryptes labyrinthiques et de ses bibliothèques ancestrales ; là où, seul, oublié de tous, oublié de ceux qui m'ont si souvent ignoré ou torturé, je peux décrire les images ancrées dans ma Mémoire. Là où je peux détailler les routes que j'ai arpentées il y a longtemps ; là où je suis capable de modeler les Mythes et les Légendes de ces Nations déchirées, morcelées, ou décimées, qui vivent en moi jusqu'à la fin des Temps...

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...