| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Larmes et sang - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Larmes et sang
Publié par dominic913 le 02-01-2015 15:45:17 ( 440 lectures ) Articles du même auteur



De larmes et de sang, de rires déments et de cauchemars transcendants ; ce lieu sombre et désespéré qui hante mes nuits les plus infamantes. C'est en ce lieu et en cette heure annihilante que je me souviens de ces êtres décadents ; de ces créatures sans âme et sans avenir qui m'ont enchaîné à leurs malédictions invalidantes. C'est ici que j'ai aperçu ce que personne n'est capable de contempler sans craindre la colère d'un Dieu terrifiant. C'est ici que j'ai discerné l'ombre de ces Démons engendrés par le Néant ; que j'ai distingué leurs formes monstrueuses, leurs ailes filiformes, leurs bras et leurs jambes écorchés vifs et sanguinolents,leurs mains aux ongles griffus et longilignes. C'est encore ici que j'ai longuement parcouru les salles obscures, les cryptes séculaires abandonnées à leurs nombreux tourments ; que j'ai deviné les drames qui se sont joué en leur présence : incendies, meurtres, sabbats abominables, tortures et humiliations. Chaque mur, chaque meuble, chaque couloir, chaque escalier, chaque étage - de ses caves poussiéreuses et à éventrées à son grenier constellé de cadavres décharnés et figés - est imprégné de leur présence, de leurs souvenirs, de leurs visages grimaçants, de leurs regards incendiaires et suffisants. Je ne peux leur échapper ; ils s'accrochent à moi avec insistance ; leurs doigts froids comme de la glace aspirent toute ma force vitale, me vident de toute substance. Leurs silhouettes fantomatiques, leur présence balbutiante, m'anéantit. Je suis dans l'impossibilité de les fuir ou de les combattre ; juste à tenter de les repousser vainement chaque fois que la Nuit m'enveloppe de sa douce nonchalance. ; juste à tenter de m'en écarter quelques instants lorsque le Soleil parait et écarte momentanément de ses reflets cuivrés leurs ébats débridés ; leurs caresses syncopées à mon encontre que je n'ai pas l'audace ni la possibilité de refuser...

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Iktomi
Posté le: 04-01-2015 19:44  Mis à jour: 04-01-2015 19:44
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: Larmes et sang
Je ne te demande pas si tu es un aficionado de H.P. Lovecraft...
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
24 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 24

Plus ...