| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le mythomane surdoué - Fin. - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Le mythomane surdoué - Fin.
Publié par Bacchus le 26-05-2012 23:08:54 ( 984 lectures ) Articles du même auteur



25 février 1994. Une grave affaire vient d'éclater. Mme Yann Piat, député UDF du Var, ex élue du FN, est assassinée à Hyères par deux hommes à moto. Je ne fais pas là une bien grande révèlation, l'affaire ayant fait grand bruit à son époque.
Une embrouille pas possible tout autour de cette affaire dans laquelle chacun essaie de faire porter le chapeau à l'autre. Une rocambolesque mise en cause de deux hommes politiques bien en place, François Léotard et Jean-claude Gaudin,
La source de ces accusations émanait d'un livre écrit par le journaliste André Rougeot.
Ces accusations auraient été inspirées par les confidences d'un général en retraite dont le nom resta caché durant les premiers temps de l'enquète. Le général avait donné le surnom d' ' encornet ' et ' trottinette ' aux deux hommes politiques mis en cause.
L'éventualité d'un crime crapuleux a été évoquée pendant que les services secrets se demandaient de quel service ultra-secret pouvait être issu le fameux général, aucun d'eux ne le reconnaissant pour sien.
Nous avons enfin appris que le général répondrait à une interview au journal télévisé du soir
Le soir donc, j'étais confortablement installé devant ma télévision pour le suspens de cette affaire à épisodes.

Il avait changé et avait l'air fatigué, malade. Il portait une barbe et trônait comme un patriarche dans son salon . Mais son regard était vif, les yeux plissés et la voix persuasive avec son ton de connivence.
Il savait des choses qu'il ne pouvait pas révéler, et puis, je crois, on lui avait attribué des paroles qu'il n'avait pas dites.
Je n'ai pas ri, ce soir-là. Il y a des jeux de rôles qu'il ne faut pas pousser trop loin, pour autant qu'il jouait.


Adieu, général Dupont. en vérité, tu n'étais pas vraiment un mystificateur mais la victime des divers personnages qui prenaient ta peau en se servant de ton intelligence.
Je pense sincèrement que tu étais vraiment l'homme d'affaire, le brillant ingénieur et le militaire qui t'ont incarné, le temps d'y croire et de te passionner pour un autre rôle qui te faisait renaître.

Dans cette histoire, je n'ai rien apporté qui ne soit du domaine public, si ce n'est ce que j'ai pu vivre à son contact. Ces contacts m'ont permis d'humaniser le personnage qui n'était pas méchant ni malveillant.


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 27-05-2012 11:13  Mis à jour: 27-05-2012 11:13
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9074
 Re: Le mythomane surdoué - Fin.
OUi, il est aller très loin ce menteur pathologique. Habiter sa peau était au dessus de ses moyens et il à laisser sa trace sans gloire.
L'insupportable dans l'histoire est l'incapacité des humains de repérer le manipulateur, il s'en aperçoive seulement quand la cata est faite, le "menteur" est plus que tout autre masqué et même Marie-France Hirigoyen qui tente de les définir, ne saurait les repérer, pas plus n'importe quel psy d'ailleurs.
Belle histoire, très bien racontée.
Merci .
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
39 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 39

Plus ...