| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Léo (Extrait n°3) - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Léo (Extrait n°3)
Publié par malhaire le 04-01-2015 16:14:41 ( 740 lectures ) Articles du même auteur



Avant de rencontrer Yves (mon père adoptif), Hélène était serveuse dans une boulangerie. Yves a grandi dans une ferme parmi ses neuf frères et sœurs. Je n’ai jamais vraiment pu m’y retrouver dans ce trop grand troupeau.
A mes yeux, sa mère était avant tout une merveilleuse grand-mère. Louise était un vrai cliché. Le gros chignon blanc et les petites lunettes rondes, la blouse bleue aux minuscules fleurs roses imprimées, les charentaises, des formes généreuses mais pas disgracieuses. Même âgée, elle avait su garder un tendre et joli visage. Elle était pieuse au possible. On aurait pu lui donner le bon Dieu sans confession, mais voilà, non loin d’un grand tableau qui représentait la Vierge Marie, elle avait apposé sur le mur de la grande salle à manger un poster de Mireille Mathieu…
A l’abri du regard de son époux avare, à chacune de nos visites mensuelles, elle donnait quelques centimes de francs à ses petits- enfants, et à noël, de délicieux sucres d’orge. (En écrivant ces mots, j’ai l’impression d’avoir au moins cent ans !)

Ce grand-père me faisait peur. Armand avait tout d’un bougre. Aigri, il lapait sa soupe dans une cuillère en émettant d’insupportables bruits. Je crois qu’il me dégoûtait.
Il avait tout d’un machiste et d’un chef de famille à l’ancienne. Il était d’une radinerie incroyable. Je me souviens qu’il coupait l’eau de la chasse pour ne pas trop en utiliser.
Il fallait attendre un gros amoncellement de matières fécales pour enfin avoir le droit de déverser par-dessus l’eau de pluie récupérée dans un broc d’eau métallique, rouillé.
Je ne me souviens pas que cet homme m’ait un jour adressé la parole. Coincé entre sa vielle casquette et son affreuse moustache, son regard était rêche et ne m’inspirait que de la crainte.
Bien des années plus tard, j’ai appris de la bouche d’Hélène, qu’à plusieurs reprises ma pauvre grand-mère l’avait retrouvé dans le lit conjugal avec la bonne à tout faire du moment. Je n’avais jamais aimé cet homme et depuis cette révélation, sans aucun sentiment de culpabilité, j’eus pu le haïr puissamment, définitivement.

En apparence, rien de trop inquiétant ne semblait être venu troubler l’enfance d’Yves.
Pourtant, le silence qui entoure parfois les blessures qui pourraient nous sembler bénignes, détermine souvent des douleurs aux conséquences redoutables.
Yves a manqué d’amour.
Louise et Armand avaient certainement travaillé très dur à la ferme, et avec tous ces enfants, l’attention accordée à chacun d’entre eux ne devait être que parcimonieuse.

Préadolescent, Yves tomba gravement malade, si bien qu’il fut condamné à l’exil.
Il vécu plus d’une année quelque part dans les Alpes, dans un préventorium.
Pourtant, jamais devant moi, le mot « Tuberculeuse » ne fut associé à celui de « Pleurésie ». Je crois savoir que la tuberculose était à l’époque perçue comme la maladie honteuse des pauvres, telle une affection maudite.

Bref, à une période cruciale de sa vie, Yves fut séparé de sa famille, privé d’un bel amour maternel (sans doute déjà bien accaparé), mais aussi écarté, de la rigidité d’un père froid et distant, comme sans doute devait l’être la plupart des pères de cette époque ?

Aujourd’hui encore Yves reste pour moi un homme que je qualifie d’adulte affectivement carencé.
Est-ce pour cette raison qu’il se dit inlassablement souffrant ? Est-ce pour cette raison aussi que depuis toujours, Hélène endosse auprès de lui davantage le rôle d’une mère attentive et dévouée, plutôt que celui d’une épouse ?
Je sais qu’il ne m’a jamais aimé et qu’à ce jour, je lui rends bien.
Que représentais-je pour lui, si ce n’est cet enfant souffrant autant que lui de carences affectives, réclamant toute l’attention de sa femme, qui déjà à l’époque lui servait de mère ?
Je suppose qu’inconsciemment, mais rapidement, nous nous sommes perçus comme de redoutables ennemis en proie à une concurrence ardue.

•••


Après leur rencontre, Hélène et Yves se marièrent assez rapidement. La mère d’Hélène ne voulut plus entendre parler de sa fille qui soudain ne lui reversa plus son salaire. Hélène quitta sa famille, comme libérée, mais terriblement meurtrie.
Eternellement reconnaissante envers son jeune époux (un bel homme, grand et élancé), qui venait de la sauver d’une existence misérable, elle passera ainsi le reste de sa vie à le cajoler, le plaindre, le servir, ne vivant qu’au gré de ses caprices ou de ses exigences.
Aujourd’hui encore, elle semble n’être que totalement bienheureuse que dans cette relation pathogène que je qualifie de servitude probablement inconsciente, mais inébranlable.
Ces deux là se sont trouvés. Totalement dépendant l’un de l’autre et liés par un amour carencé et douteux, je crois qu’au fond, Hélène et Yves auraient très bien pu ne jamais avoir d’enfants, pour finalement se suffire à eux même.

D’ailleurs, après quelques années de mariage, le sort leur réserva un fort mauvais tour. Impossible d’avoir un enfant naturel. Yves est stérile. La vie d’Hélène s’effondra. Elle avait ce désir profond de devenir mère et de voir un jour son ventre s’arrondir. Elle tenta de convaincre Yves de passer par une implantation embryonnaire.
Bien des années plus tard, Hélène me rapporta les mots d’Yves quant à cette possibilité.
« Si c’est ça que tu veux, tu peux aussi bien te faire sauter par le voisin ! »
Hélène se résigna et son ventre ne s’est jamais empli du bonheur qu’elle espérait tant. Malgré son existence si peu enviable et ses nombreuses souffrances, je crois bien que cette douleur fut la pire que le sort puisse avoir infligé à Hélène.

J’ai toujours trouvé la réaction d’Yves terriblement cruelle et égoïste. Adulte, j’ai tenté de me glisser cent fois dans sa tête afin d’imaginer qu’elle aurait pu être ma décision si j’avais un jour été confronté à cette situation. Je me suis résigné, réalisant alors que cet endroit était décidément top étroit pour moi...
Je voudrais bien m’efforcer de ne pas le juger, mais au fond, je ne sais pas si je lui en veux parce qu’il a privé sa femme de ce qu’elle avait envisagée comme étant l’aboutissement merveilleux de sa vie, ou simplement parce que son choix circonstanciel aux conséquences irréversibles, engendra bien malgré moi que sa vie soit venue malencontreusement affliger la mienne plus encore.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
couscous
Posté le: 04-01-2015 17:09  Mis à jour: 04-01-2015 17:09
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Léo (Extrait n°3)
On découvre le père adoptif. Encore un écorché de la vie, un être en mal d'amour. Et ce grand-père on n'a pas envie de le croiser. La grand-mère sauve un peu la mise. Et le pauvre petit Léo est toujours en manque d'attention dans tout cela.
C'est presque une nouvelle version des "Misérables" que tu nous livres...

J'attends de savoir comment Léo s'est fait adulte, équilibré, une vie de famille ??

Merci.
Iktomi
Posté le: 04-01-2015 19:06  Mis à jour: 04-01-2015 19:11
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: Léo (Extrait n°3)
Il avait tout d’un machiste... qu'est-ce que c'est un machiste ?

Pas trouvé dans le dico.

Ah, je sais ! c'est un néologisme : macho + fasciste = machiste... Bien trouvé, non ? Surtout que c'est une engeance qui court les rues un peu partout depuis quelques années.
malhaire
Posté le: 04-01-2015 20:23  Mis à jour: 04-01-2015 20:23
Plume d'Or
Inscrit le: 20-05-2012
De:
Contributions: 335
 Re: Léo (Extrait n°3)
Non, je n'avais pas l'idée d'un néologisme. En revanche, plusieurs définitions du mot machiste sont proposées sur le net (Qui a tendance à discriminer négativement les femmes, adepte du machisme.). Finalement je ne sais plus si je peux utiliser ce mot ? Mieux vaudrait-il lui préférer "macho et phallocrate" ? Du coup, je suis perdu...
Loriane
Posté le: 04-01-2015 23:27  Mis à jour: 05-01-2015 10:44
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9123
 Re: Léo (Extrait n°3)
Machiste ou plus exactement machisme est un mot assez ancien et dérivant de l'espagnol macho (mâle), c'est un terme désignant les personnes estimant que la virilité est supérieur à la féminité, ce mot implique la phallocratie, le paternalisme, ou toute autre forme de misogynie. Mais machisme est bien référencé dans les dicos. les plus importants : le petit Robert, le DFC, le Lexis, le grand Larousse, le trésor de la langue française, Littré, et les encyclopédies Universalis, Bordas, Larousse.
Tu peux l'utiliser sans problème.
Je passais juste par là mais je ne suis pas très disponible, nous avons failli perdre L'ORée : un robot nous a pris pour cible et nous a noyé sous 20000 inscriptions. Tout était bloqué. Le système aurait pu casser.
Poutous
Iktomi
Posté le: 06-01-2015 12:38  Mis à jour: 06-01-2015 12:40
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: Léo (Extrait n°3)
Loriane a fait un commentaire fort pertinent, qui me donne l'occasion d'apporter la précision suivante : "machiste" existe bien dans le dictionnaire, mais seulement en tant qu'adjectif, alors que dans ton texte tu l'utilises en tant que substantif, tournure qui est donc fautive.

Tu trouveras bien un synonyme.

Bien à toi.
Loriane
Posté le: 06-01-2015 14:41  Mis à jour: 06-01-2015 14:41
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9123
 Re: Léo (Extrait n°3)
Iktomi
Machiste est effectivement un substantif qui peut selon la catégorie grammaticale (voir Tesnière), avoir la place de l' adjectif , mais il est employé également comme nom , (Petit Robert et grand Larousse, Littré) Mais pour évacuer cette contestation possible j'avais proposé machisme qui lui est un substantif, un signifié, qui ne peut être employé que comme nom.
sb1poesie
Posté le: 06-01-2015 17:09  Mis à jour: 06-01-2015 17:19
Accro
Inscrit le: 14-11-2013
De:
Contributions: 207
 Re: Léo (Extrait n°3)
La lecture de ce troisième extrait vient encore confirmer ce que j'ai dit sur l'extrait deux:

"Salut malhaire, je voulais juste te dire que je t'avais lu moi aussi,bon j'ai pas de critiques à faire sur ta nouvelle mais je trouve qu'elle est bien rédigée (je ne peux donner des critiques expertes car je suis encore débutante) mais si je compare ta nouvelle à la mienne (La vie de Linda) je me rends compte que ta façon d’écrire est bien meilleure plus détaillée et beaucoup mieux tout simplement, je devrais prendre exemple sur toi pour mes prochains textes et éventuellement si je veux encore améliorer ma nouvelle "La vie de Linda" , pour résumer je te dis juste bravo."

Bonne continuation
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
36 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 36

Plus ...