| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Réflexion littéraire intermédiaire - Essais confirmés - Textes
Essais confirmés : Réflexion littéraire intermédiaire
Publié par dominic913 le 11-02-2015 14:01:01 ( 907 lectures ) Articles du même auteur
Essais confirmés



Après la rédaction de ce petit texte, je me mets à écrire la suite de ce récit de préadolescent, d'adolescent et de jeune adulte évoquant le parcours qui m'a conduit à devenir écrivain. C'est la première fois que j'aborde avec tant de détails cette période riche en émotions, en joies et en malheurs, qui m'a conduit là où je suis actuellement professionnellement. C'est un texte très long, je l'avoue. Au moment où j'effleure les touches de mon clavier d'ordinateur, j'en ai déjà six pages, et je devrais en rédiger autant aujourd'hui. Mais il y a tant de choses, tant d'événements disparates qui entrent en ligne de compte que je me dois de les relater avec le maximum d'exactitude ; même s'il doit y avoir quelques lacunes dans leur chronologie, elles sont minimes. Quant aux événements importants qui ont fait, au fil des années, l'homme que je suis actuellement, je vais essayer de tous les relater.
Ce qui m'ennuie, ce qui m'attriste le plus pourtant, c'est que je sais qu'il y a que peu de personnes qui vont lire en entier ce texte lorsque je l'aurai terminé. Une fois encore, la paresse intellectuelle qu'Internet induit chez la grande majorité de ses utilisateurs aura frappé ; comme je l'ai expliqué dans mon texte précédent. Je mets, comme beaucoup de mes confrères ou consœurs, beaucoup d'énergie, d'enthousiasme, de travail, dans chacun de mes récits ; qu'il soit court ou long. Et quand je me rends compte à quel point ce travail est négligé par ceux et celles qui se concentrent - par facilité, par paresse intellectuelle - uniquement sur les deux ou trois premières lignes de ceux-ci, ainsi que sur l'image qui l'accompagne, je suis désabusé. Je me sens profondément meurtri, humilié même parfois. Alors que, en plus du plaisir que je prends à écrire des textes qui me semblent intéressants, enrichissants, pleins de partage, j'essaye d'apporter du plaisir aux utilisateurs de ce site, je m'aperçois qu'il n'y en a que peu de retour.
Bien sur, ce n'est pas ce qui va m’empêcher de poursuivre mon œuvre littéraire. Que mes textes soient très longs ou courts, peu importe. Je trouve seulement que cette attitude est un manque de respect total envers l'écrivain. Il se donne du mal, il prend du temps, de l'énergie, pour offrir à d'autres des parcelles de soi même. Et ceux et celles qui parcourent ce site s'en moquent, sont incapables de prendre quelques minutes afin de lire ce qu'il désire partager avec eux. C'est dans ce genre de circonstances qu'on s’aperçoit que la chose écrite n'a plus la même valeur que jadis, que le plus important est l'immédiat, l'instantané, et que l'effort intellectuel, la concentration nécessaire au plaisir de la lecture sont de plus en plus négligés et négligeables. C'est aussi grave que terrifiant dans une société telle que la notre. C'est par ce genre de détail - à première vue insignifiant - que l'on se rend compte à quel point notre civilisation est en plein déclin...

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
sb1poesie
Posté le: 11-02-2015 14:56  Mis à jour: 11-02-2015 14:56
Accro
Inscrit le: 14-11-2013
De:
Contributions: 207
 Re: Réflexion littéraire intermédiaire
Je t'ai lu et je suis tout à fait d'accord avec toi, les auteurs se donnent beaucoup de mal pour écrire et partager avec nous leurs écrits , alors la moindre des choses est de les lire.
Au plaisir de te relire

Merci

Missi
Iktomi
Posté le: 13-02-2015 18:15  Mis à jour: 13-02-2015 18:15
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: Réflexion littéraire intermédiaire
Je crois te l'avoir déjà dit, mais je saisis l'occasion pour te le redire (il vaut mieux se répéter que se contredire), tes textes sont toujours habités par une vraie réflexion et, sois juste avec nous, nous sommes quand même un certain nombre à l'avoir compris.
On peut être d'accord ou pas avec tes arguments, bien entendu ; pour ma part (et ça aussi je te l'ai déjà dit il me semble), dans les grandes lignes je partage ton point de vue.

Bien à toi.
emma
Posté le: 13-02-2015 19:25  Mis à jour: 13-02-2015 19:25
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Réflexion littéraire intermédiaire
Accabler le lecteur de reproche ne l'aidera certainement pas à s'améliorer.
C'est vrai que nous vivons dans une société de l'instantané où l'introspection, la vie intérieure sont tout à fait négligées.

Néanmoins je pense que ce site n'est pas le pire endroit pour ce que tu dénonces et que tu as beaucoup de lecteurs silencieux mais néanmoins fidèle ici.
dominic913
Posté le: 13-02-2015 19:45  Mis à jour: 13-02-2015 19:45
Plume d'Or
Inscrit le: 06-02-2012
De: Valognes
Contributions: 312
 Re: Réflexion littéraire intermédiaire
Je n'accable personne ici, je vous l'assure tous et toutes. C'est un texte que je publie ici et dans d'autres lieux, mais il ne s'adresse pas à mes lecteurs de ce site ; je l'ai juste publié ici comme je le fais ailleurs. Je suis désolé si ce texte a heurté ici ; il était juste publié pour partager celui-ci et ce qu'il décris avec vous..
emma
Posté le: 13-02-2015 19:59  Mis à jour: 13-02-2015 19:59
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Réflexion littéraire intermédiaire
Merci pour l'échange, Dominic, mais ce n'est pas grave si certains sont choqués.
Après tout, qu'ils le soient.

Tu écris un texte qui interpelle, si certains comme moi le prennent pour eux, alors tant pis ou tant mieux.

Autrement dit : y a pas de mal ! On est dans l'échange !
Loriane
Posté le: 14-02-2015 13:46  Mis à jour: 14-02-2015 13:46
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9132
 Re: Réflexion littéraire intermédiaire
Ton observation et surtout ce sentiment de solitude dans l'écriture sont tout à fait exactes.
Mais je sais pour avoir enseigné que ce langage "de sourd", ce prêche dans le désert, est applicable à toutes communications. L'interlocuteur est souvent dans une superficialité généralisée. Il en est de même dans le dialogue, dans le plus simple échange comme dans l'échange littéraire.
Il arrive que les premiers mots, une simple phrase prise au premier degré sera le paravent à toutes tentatives de réflexions plus profondes.
Il s'agit bien effectivement de paresse intellectuelle et de raccourcis qui vident souvent le discours de tous sens.
En revanche il est naïf de rendre internet responsable de ce genre de comportement, internet n'est qu'un outil de communication et non pas la communication elle-même. L'incapacité à écouter et approfondir est bien antérieure à la pratique du clavier et de l'écran.
La "chose écrite" n'a jamais eu la valeur que l'on lui prête, il y a pléthore d'ouvrages anciens qui ne sont que pseudo vérité, que mensonges et sottises, je vois même un important progrès dans le fait que les écrits perdent leur autorité, l'absence de culture a souvent conduit à considérer l'écrit comme l'expression indiscutable de la science de certains, comme une certitude : " c'est vrai, puisque c'est écrit ", cette naïveté de l'inculte a souvent fait le lit de la dictature du "savant" détenteur de tous savoirs. Avec l'abondance d'écrits, avec l'accès de tous au dialogue, l'esprit critique se développe et se désacralise.
Maintenant lorsque l'on écrit il est certainement plus sage de ne rien attendre en réponse, l'autre est rarement au rendez-vous. Cela ne signifit pas qu'il n'a pas lu, mais juste qu'il ne sait quoi dire.
Il faut juste savoir qu'avec ou sans réponse les mots ne sont jamais perdus, ils font leur route dans les esprits, le pire est toujours de ne rien dire.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...