| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Réflexion littéraire intermédiaire - Essais confirmés - Textes
Essais confirmés : Réflexion littéraire intermédiaire
Publié par dominic913 le 11-02-2015 14:01:01 ( 744 lectures ) Articles du même auteur
Essais confirmés



Après la rédaction de ce petit texte, je me mets à écrire la suite de ce récit de préadolescent, d'adolescent et de jeune adulte évoquant le parcours qui m'a conduit à devenir écrivain. C'est la première fois que j'aborde avec tant de détails cette période riche en émotions, en joies et en malheurs, qui m'a conduit là où je suis actuellement professionnellement. C'est un texte très long, je l'avoue. Au moment où j'effleure les touches de mon clavier d'ordinateur, j'en ai déjà six pages, et je devrais en rédiger autant aujourd'hui. Mais il y a tant de choses, tant d'événements disparates qui entrent en ligne de compte que je me dois de les relater avec le maximum d'exactitude ; même s'il doit y avoir quelques lacunes dans leur chronologie, elles sont minimes. Quant aux événements importants qui ont fait, au fil des années, l'homme que je suis actuellement, je vais essayer de tous les relater.
Ce qui m'ennuie, ce qui m'attriste le plus pourtant, c'est que je sais qu'il y a que peu de personnes qui vont lire en entier ce texte lorsque je l'aurai terminé. Une fois encore, la paresse intellectuelle qu'Internet induit chez la grande majorité de ses utilisateurs aura frappé ; comme je l'ai expliqué dans mon texte précédent. Je mets, comme beaucoup de mes confrères ou consœurs, beaucoup d'énergie, d'enthousiasme, de travail, dans chacun de mes récits ; qu'il soit court ou long. Et quand je me rends compte à quel point ce travail est négligé par ceux et celles qui se concentrent - par facilité, par paresse intellectuelle - uniquement sur les deux ou trois premières lignes de ceux-ci, ainsi que sur l'image qui l'accompagne, je suis désabusé. Je me sens profondément meurtri, humilié même parfois. Alors que, en plus du plaisir que je prends à écrire des textes qui me semblent intéressants, enrichissants, pleins de partage, j'essaye d'apporter du plaisir aux utilisateurs de ce site, je m'aperçois qu'il n'y en a que peu de retour.
Bien sur, ce n'est pas ce qui va m’empêcher de poursuivre mon œuvre littéraire. Que mes textes soient très longs ou courts, peu importe. Je trouve seulement que cette attitude est un manque de respect total envers l'écrivain. Il se donne du mal, il prend du temps, de l'énergie, pour offrir à d'autres des parcelles de soi même. Et ceux et celles qui parcourent ce site s'en moquent, sont incapables de prendre quelques minutes afin de lire ce qu'il désire partager avec eux. C'est dans ce genre de circonstances qu'on s’aperçoit que la chose écrite n'a plus la même valeur que jadis, que le plus important est l'immédiat, l'instantané, et que l'effort intellectuel, la concentration nécessaire au plaisir de la lecture sont de plus en plus négligés et négligeables. C'est aussi grave que terrifiant dans une société telle que la notre. C'est par ce genre de détail - à première vue insignifiant - que l'on se rend compte à quel point notre civilisation est en plein déclin...

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
dominic913
Posté le: 13-02-2015 19:45  Mis à jour: 13-02-2015 19:45
Plume d'Or
Inscrit le: 06-02-2012
De: Valognes
Contributions: 312
 Re: Réflexion littéraire intermédiaire
Je n'accable personne ici, je vous l'assure tous et toutes. C'est un texte que je publie ici et dans d'autres lieux, mais il ne s'adresse pas à mes lecteurs de ce site ; je l'ai juste publié ici comme je le fais ailleurs. Je suis désolé si ce texte a heurté ici ; il était juste publié pour partager celui-ci et ce qu'il décris avec vous..
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
45 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 45

Plus ...