| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Il faut qu'on parle... - Essais confirmés - Textes
Essais confirmés : Il faut qu'on parle...
Publié par couscous le 14-02-2015 19:29:09 ( 936 lectures ) Articles du même auteur



réponse au défi St Valentin :
http://www.loree-des-reves.com/module ... hp?topic_id=3267&forum=21

J’appelle Marthe, qui partage ma vie depuis tant d’années maintenant. Je l’entends ronchonner devant son fourneau, alors j’insiste en annonçant haut et fort : « Il faut qu’on parle ! ». Une fois son essuie de cuisine lancé sur son épaule, elle prend place sur une chaise de la salle à manger rustique et croise les mains, comme à son habitude, en me prêtant enfin une oreille attentive.

– Ecoute, cela fait plusieurs mois que j’aurais dû t’en parler. Mais j’étais hésitant… j’avais peur que tu t’emballes. Il me fallait être sûr de moi.
– Tu en fais des histoires. C’est quoi ce charabia ? Je ne comprends rien. Va droit au but s’il-te-plaît, je voudrais finir de préparer le repas de midi et mettre une machine en route.
– Oui, d’accord… Voilà : je fréquente quelqu’un. Elle s’appelle Candice.
– Avec un prénom pareil, c’est sûrement une femme qui vend ses charmes aux hommes pour un billet de vingt.
– Arrête ! Elle est très gentille et attentionnée. Nous nous sommes rencontrés lors d’un colloque à Bruxelles. Elle est commerciale pour une grande firme pharmaceutique.
– Je parie qu’elle se gave de ses échantillons pour rester jeune ou qu’elle t’a drogué pour que tu tombes dans ses bras.
– Cesse de raconter n’importe quoi !
– Tu la connais à peine !
– En fait, toutes ces soirées où je te disais que j’étais en réunion au bureau, je la rejoignais. C’est mon âme sœur, je le sens, je le sais.
– Et moi ? Tu as pensé au fait que tu m’abandonnes ? Je t’ai tout sacrifié. C’est moi qui t’ai ramassé à la petite cuillère après ta rupture avec Barbara.
– Tu sais que je t’en serai toujours reconnaissant. Ce soir, c’est la Saint Valentin. Je l’ai invitée au restaurant et je vais faire ma demande en mariage.
– Quoi ? Tu te rends compte de ce que tu m’annonces ? Tu veux me faire mourir ?
– Tu ne peux pas m’empêcher d’être heureux. Tu sais que je t’aimerai toujours mais je n’en peux plus de nos repas avec la télé comme troisième convive, de tes manies envahissantes, sans oublier ta panoplie de reproches incessants. Je veux changer de vie.
–Soit ! cria Marthe en quittant la pièce d’un pas pressé.

Le soir, je suis face à Candice. Sa robe moulante met en valeur ses formes généreuses et son sourire semble plus éclatant que jamais. Je lui relate ma discussion mouvementée de la matinée avant de sortir un écrin rouge vif de ma poche. Les joues de ma promise s’empourprent. Elle ouvre délicatement la boîte et je lui susurre :

– Candice, veux-tu m’épouser ?
– Tu es sûr que cela ne posera pas de problème à…
– Non ! Aucune crainte à avoir.

Pendant que je lui passe la bague sertie d’un saphir au doigt, mon téléphone émet un son caractéristique. Je le prends et souris en lisant le message qui s’affiche. Je tends l’appareil à Candice en disant :

– Voici la preuve que tout ira bien.

Mon aimée prend connaissance du SMS : « Invite-la à manger un bon couscous à la maison lundi soir. Bisous. Marthe ». Ma mère ne changera jamais !

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Anonymes
Posté le: 15-02-2015 21:51  Mis à jour: 15-02-2015 21:51
 Re: Il faut qu'on parle...
Bonsoir chère Couscous,

Ah quelle chute!
Il vrai que les relations entre une mère et un fils, d'après Freud, peuvent être ambigues. Cela se discute!

Merci pour ce bon moment.

Bonne semaine à toi.

Amicalement.

Jacques
couscous
Posté le: 16-02-2015 08:04  Mis à jour: 16-02-2015 08:04
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Il faut qu'on parle...
Bonjour Istenozot,

Merci pour ta lecture et ton commentaire.

AMitiés

Couscous
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
48 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 48

Plus ...