| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Le Crépuscule des Demi-Dieux - Première Partie - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Le Crépuscule des Demi-Dieux - Première Partie
Publié par dominic913 le 06-02-2012 14:30:00 ( 743 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles confirmées



23 Mai – 21 Juin 1650                                                      Campagne Vampire

 

Chapitre Un : Moissac - Toulouse

 

 

Les personnages et leurs familles habitent depuis toujours la petite bourgade de Moissac aux Puys. Ils peuvent également habiter l’un des villages des environs. En tout cas, ils vivent tous au sein du même comté ; lequel est situé aux fins fonds de la province d’Aquitaine.

Lorsque l’aventure débute, les personnages se trouvent sur la place du village, en train de vaquer à leurs occupations habituelles. Soudain, ils voient arriver, sur un chariot encombré de bric à brac et tiré par un mulet, un vieux marchand qui se dirige vers l’auberge du lieudit ; celle-ci se nomme « la Patte Folle ».

Le vieillard stoppe sa carriole devant le bâtiment, alors que la foule présente sur les lieux commence à l’entourer avec curiosité. Il entre à l’intérieur de l’auberge sans répondre aux questions que les gens lui posent.

Une fois dans la salle commune de l’auberge, il demande une chambre à Eric, le tenancier de l’établissement. Puis, il s’installe à une table avec un repas. En même temps, il sort tout un tas de feuilles des sacoches qui pendent à sa ceinture. Il se met à écrire, tout en mangeant. Et, une fois qu’il a terminé à rédiger ses textes sur les parchemins, il demande à l’un des curieux qui l’ont suivi à l’intérieur de la salle commune, de placarder ses affiches aux quatre coins du village. S’il s’agit de l’un des personnages, celui-ci pourra de fait lire le Document 1.

Bien sur, les personnages peuvent se présenter au vieillard pour se proposer de l’aider. Celui-ci les examine alors de haut en bas, puis, sous toutes les coutures. Il leur dit finalement qu’il va réfléchir à leur candidature. Et, il se tourne vers d’autres personnes afin de les ausculter à leur tour.

 

A la nuit tombée, tandis que chacun est retourné à ses occupations habituelles, le petit Matthieu – le fils de l’aubergiste – vient chercher les personnages chez eux. Il leur dit de venir rapidement à la Patte Folle. Les personnages suivent donc le petit Matthieu jusqu'à l’établissement du père de celui-ci. Il les amène directement devant le vieillard, qui se présente dès lors à eux sous le nom de Jean de la Rochette. Ce dernier, à ce moment là, est en train de ranger un certain nombre d’affaires dans ses sacoches. Il demande aux personnages de l’aider à mettre celles-ci dans son chariot installé devant l’auberge. Dans la foulée, il leur demande d’y monter ; ce qu’il fait également. Puis, il fait sortir sa carriole de Moissac aux Puys, tout en expliquant aux personnages qu’il veut faire un tour en forêt pour y cueillir des herbes sauvages.

Au bout d’un moment à suivre la route donc, le chariot pénètre dans la « Forèt du Puys ». Puis, Jean de la Rochette l’arrête bientôt au milieu d’une clairière au cœur de laquelle se trouve une énorme roche. Celle-ci ressemble d’ailleurs à un visage triste et couché à moitié recouvert de lierre et d’herbes folles. Le vieillard descend rapidement de la voiture. Il commence à fouiller le sol de la clairière, ainsi que ses alentours broussailleux. Au loin, des hurlements de loups se font entendre. Sans s’en inquiéter, il se met ensuite a tourner autour de la grosse roche en l’examinant sous tous les angles.

Quelques instants plus tard, il remonte finalement dans le chariot en bougonnant. Il décide de rentrer à l’auberge de Moissac aux Puys pour finir sa nuit. Arrivé devant la Patte Folle, il demande aux personnages de le rejoindre dans la salle commune de l’établissement à 21 heures le soir suivant. Et, il les abandonne, pénètre dans le bâtiment, et monte directement dans sa chambre.   

 

En effet, à 21 heures le lendemain soir, Jean de la Rochette attend les personnages, assis à la table qu’il a déjà occupée la veille. Une nouvelle fois, il y est en train de ranger son bric à brac dans ses sacs ; il a le visage soucieux. Une fois qu’il a terminé, il demande une nouvelle fois aux personnages de l’accompagner jusqu'à son chariot, puis de s’y installer. Il lui fait une nouvelle fois suivre le chemin sortant du village, et s’enfonçant dans la forêt. Il le stoppe aux abords de la clairière laissant apparaître la grosse pierre au visage triste et couché. Il en descend aussitôt, pour se diriger vers cette dernière. Il fouille ses alentours, et au bout d’un instant, demande aux personnages de l’aider à la scruter. Après quelques minutes d’investigation, il se met à chercher un objet au fond de l’un des sacs accroché en bandoulière à ses habits. Il en sort un petit cube dont les reliefs évoquent des inscriptions hiéroglyphiques. Il pose ce dernier à l’endroit le plus élevé de la roche. Et, enfin, il demande précipitamment aux personnages de le ramener immédiatement au village ; tout en les surveillant afin qu’ils ne touchent pas au cube.

Ils remontent dès lors tous dans la carriole, et reviennent rapidement au village. Arrivés devant l’auberge, Jean de la Rochette ordonne aux personnages de l’aider à sortir tout le matériel qui est rangé au fond de la voiture. Il leur dit qu’il désire maintenant bâtir un étal de marchandises au centre de la salle commune de l’auberge. Il désire également que celui-ci soit prêt pour la fin de l’après midi. Les personnages n’ont donc plus qu’à s’exécuter afin de l’aider dans cette tache. Et cette installation dure une bonne partie de la nuit et de la journée suivante. Tandis qu’au terme de ce laps de temps, Jean de la Rochette se met à installer avec minutie tout un tas d’objets hétéroclites sur le comptoir ainsi fabriqué.

Evidemment, au bout de quelques instants de ce remue-ménage au milieu de la nuit, l’aubergiste Eric va voir Jean de la Rochette afin de lui demander des explications. Les deux hommes s’éloignent aussitôt dans un coin calme dans le but de discuter à l’abri des regards indiscrets. Au bout de cinq minutes à peine, sans cris ni heurts, Eric repart dans son arrière boutique. Et il a un visage souriant et satisfait.

De fait, dès la nuit tombée, tout est prêt : Jean de la Rochette se tient derrière son comptoir improvisé, et attend ses clients. Au début de la soirée, il demande simplement aux personnages d’ètre présents afin de surveiller les marchandises étalées sur l’estrade. Par ailleurs, au même moment, de nombreux villageois commencent à se réunir dans la salle commune de l’auberge afin d’y passer la soirée. En effet, beaucoup sont curieux d’assister à l’étrange spectacle qui s’y déroule. Et tout en buvant un verre offert par Eric, ils observent la scène tout en discutant à voix basse entre eux.

Plusieurs heures s’écoulent ainsi dans le calme et la tranquillité. Seuls quelques villageois un peu plus curieux que les autres vont, à un moment donné, examiner les bibelots présentés sur la petite estrade. Mais aucun n’en n’achète, et aucun client ne se présente durant de longues heures.

Enfin, vers Minuit, un inconnu ouvre la porte de la Patte Folle. Il s’avance jusqu’au comptoir de Jean de la Rochette, et se met à inspecter attentivement chaque objet étalé devant lui. Au bout de quelques instants, il choisit un petit cube sur lequel sont inscrites des marques hiéroglyphiques. Il va voir Jean de la Rochette, et ensemble, ils s’éloignent dans un coin tranquille afin de marchander un instant sur le prix de l’objet. L’homme donne une petite bourse au vieillard, puis, ressort vivement de l’auberge et disparaît dans la nuit.

Encore un moment plus tard, un autre homme entre, et achète aussi un cube du même genre en faisant le même manège que l’individu précédent. Encore un peu plus tard, une jeune femme d’allure noble accompagnée de quatre gardes du corps ainsi que d’un valet, pénètrent à leur tour dans la salle commune de l’auberge. La jeune femme observe l’étalage durant près d’une minute. Elle demande à acheter une petite sculpture en pierre évoquant un oiseau déployant ses ailes. Mais c’est son valet qui marchande l’achat de l’objet avec Jean de la Rochette dans un coin retiré de la salle commune. Pendant ce temps, la jeune femme entourée de ses gardes du corps demande une chambre pour la nuit à Eric. Une fois qu’elle en a obtenu les clefs, elle monte à l’étage en compagnie de son escorte. Et elle pénètre dans sa chambre, tandis que deux de ses soldats se mettent à monter la garde devant sa porte.

Finalement, encore un peu plus tard, un dernier homme entre pour examiner attentivement les objets présentés sur l’étal de Jean de la Rochette. Il choisit le dernier cube constellé de hiéroglyphes qui s’y trouve. Il s’éloigne lui aussi avec Jean de la Rochette pour en marchander le prix. Une fois l’objet acheté, il ressort de l’auberge aussi précipitamment que les précédents, et disparaît dans la nuit.   

De fait, les lueurs de l’aube apparaissant dans le ciel, Jean de la Rochette décide de fermer boutique et d’aller se coucher. Il donne donc rendez vous aux personnages le soir même à 21 heures dans la salle commune de l’auberge.

 

Durant la nuit, les personnages peuvent décider de suivre les trois – ou un des trois – inconnus venu acheter un cube constellé de hiéroglyphes à Jean de la Rochette. Dans ce cas, ils voient chacun de ceux-ci sortir de la Patte Folle et remonter sur son cheval. Ils les voient sortir du village et prendre la direction de la Forèt du Puys. Ils les voient y entrer, et finalement, arrêter leur course à proximité de la clairière au centre de laquelle se trouve la grosse roche en forme de visage triste et couché. Ils les voient s’en approcher, et attendre à cet endroit durant le reste de la nuit et tout le long de la journée suivante.   

Si les personnages décident de suivre la jeune femme, ses quatre gardes du corps, et son valet, ils voient que leur groupe se rend immédiatement dans la chambre que la jeune femme a louée pour la nuit. La jeune femme y pénètre, accompagnée de deux de ses gardes du corps et de son valet. Quant aux deux autres soldats, ils montent la garde devant la porte de la chambre durant le reste de la nuit.

Document Un :

 

Braves gens de Moissac aux Puys, oyez. Maitre Jean de la Rochette informe la population de ce comté et de ses environs, qu’il cherche à recruter plusieurs hommes. Ceux-ci seront engagés afin de veiller à sa protection. Grace à leur connaissance de la région, ils l’aideront également à accomplir la mission qui l’amène ici. Chaque individu qui acceptera de le seconder dans sa charge sera payé cinq louis d’or par jour en échange de ses bons et loyaux services.

Salutations                                                                                        Jean de la Rochette

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 06-02-2012 19:25  Mis à jour: 06-02-2012 19:25
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9075
 Re: Le Crépuscule des Demi-Dieux - Première Partie
Je suis vraiment très contente que tu nous rejoignes. 
Pour nous l'aventure commence pour toi elle continue. 
Tu es une source s-inspiration. 
Merci
dominic913
Posté le: 06-02-2012 19:47  Mis à jour: 06-02-2012 23:36
Plume d'Or
Inscrit le: 06-02-2012
De: Valognes
Contributions: 312
 Re: Le Crépuscule des Demi-Dieux - Première Partie
Pas de souci, je suis heureux de contribuer modestement ; la suite demain, puis ensuite, jour après jour un petit peu de cet épisode de 1650 ; un parmi d'autres a venir, se déroulant après et avant cette histoire... mais nous n'en sommes pas là. Pour l'instant, le récit débute. Bonne lecture. Et n'hésitez pas a me faire part de vos commentaires, ils sont les bienvenus.
Dominique
emma
Posté le: 06-02-2012 20:10  Mis à jour: 06-02-2012 22:15
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1495
 Re: Le Crépuscule des Demi-Dieux - Première Partie

Hello !

Avant d’y aller de mon petit commentaire, je précise d’abord que je n’ai pas lu d’heroic fantazy depuis une bonne dizaine d’années (même si ce style m’a toujours intéressée) et que je lis presque exclusivement de la poésie depuis environ 2 ans.

Cela étant dit, j’ai lu ton texte avec attention, et même si je ne l’ai pas trouvé très facile à pénétrer, je vais essayer de fidéliser ma lecture. Peut-être la suite du récit nous éclairera ?

Au plaisir de te lire de nouveau !

dominic913
Posté le: 06-02-2012 20:15  Mis à jour: 06-02-2012 20:15
Plume d'Or
Inscrit le: 06-02-2012
De: Valognes
Contributions: 312
 Re: Le Crépuscule des Demi-Dieux - Première Partie
Petite précision, il s'agit a l'origine d'un scénario de jeu de roles ; c'est pour cette raison que je dis "les Personnages" et que je dis "les Personnages peuvent, ou, ont la possibilité, etc. Les Personnages ont plusieurs options d'action que j'ai pris en considération, l'histoire évoluant au gré de leurs choix. Malgré tout, le récit suit une ligne directrice commune qui va, essentiellement, dans la mème direction. Pour de plus amples précision, n'hésite pas a me poser des question. Par ailleurs, il ne s'agit pas d'héroic ou de médiéval fantastique, mais de l'Historique-Fantastique.
chti56
Posté le: 06-02-2012 23:35  Mis à jour: 06-02-2012 23:35
Administrateur
Inscrit le: 13-12-2011
De:
Contributions: 9
 Re: Le Crépuscule des Demi-Dieux - Première Partie
J'attends la suite avec impatience !!
emma
Posté le: 07-02-2012 10:39  Mis à jour: 07-02-2012 13:37
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1495
 Re: Le Crépuscule des Demi-Dieux - Première Partie
Héroique fantastique ? Un genre que je ne connais pas encore. Je prends comme bonne résolution de sortir un peu de ma poésie cette année...

Je comprends mieux ta démarche, c'est vrai que je trouvais l'emploi du terme "les personnages" un peu obscure.
Comme Chti et loriane, j'attends de voir la suite !
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...