| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La nuit des ovnis. - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : La nuit des ovnis.
Publié par Bacchus le 01-06-2012 22:10:00 ( 763 lectures ) Articles du même auteur



C'était en 1974. Je m'éfforce toujours de retrouver les dates, ça fait marcher ma mémoire.
Après notre journée de travail, je pris le temps de raccompagner chez lui Jean, un jeune homme que j'avais embauché depuis un an et que j'estimais beaucoup.
Il habitait dans un petit ensemble de HLM, dans un quartier de la banlieue est de Marseille.
Arrivés devant chez lui, il est descendu et a rejoint, directement, le groupe de copains qui discutaient devant son immeuble.
Le temps de manoeuvrer pour faire demi-tour et repartir, j'ai été intrigué par le sérieux de la conversation que Jean avait entrepris avec eux.
J'avais le temps, et comme je connaissais plus ou moins la plupart de ces jeunes garçons, je m' arrêtais et descendis de voiture pour aller les saluer.
C'est vrai, j'étais également curieux de savoir ce qui pouvait les rendre aussi graves.
Je m'approchais sans qu'ils m'aient encore remarqué, captivés qu'ils étaient par celui qui parlait. J'entendis à peu près ceci;
- ' Bon, d'accord ? on se retrouve là ce soir vers 8h et on va voir ça ? '
Je leur demandais alors ce qu'ils comptaient aller voir le soir.
Et là, je me suis trouvé totalement captivé par ce que j'ai entendu.
Je dois vous dire, au préalable, qu'à cette époque, j'étais un inconditionnel des ovnis. N'ayant pas la chance de croire en un dieu quelconque, même en ayant fait des efforts, l'hypothèse tout à fair crédible d'une existence extra-terrestre représentait, pour moi, une forme d'espoir en un au-delà à la portée de mes limites de crédulité.
Je possédais une documentation très poussée sur le sujet. Je tenais un dossier sur les témoignages à travers le monde et ne manquais aucune conférence sur les ovnis quand l'occasion se présentait.
Aussi, ce que j'entendis ce soir-là, entouré par ces jeunes gens à la mine sérieuse et grave, me tétanisa.
De quoi? Dans la campagne reculée, près de Trets, il y avait un endroit fréquenté régulièrement par des ovnis ? Ils arrivaient par vagues et disparaissaient brusquement ? L'ovni-mère reste immobile dans un coin du ciel pour les guider ?
Non ! ce serait trop beau !
- 'Oui oui, c'est vrai ! j'y suis allé deux fois et je les ai vu ! '
J' en étais abasourdi. On accède au champ d'où on peut les voir en passant par ce que le narrateur appelle ' le tunnel du bonheur', parce qu'en le parcourant, on éprouve une sensation de bien-être et de quiètude ?
Et puis même, il il a un étrange panneau à la clôture du champ, un panneau écrit dans une langue inconnue ?
-' Hé, les copains ! ça fait beaucoup, là. Vous étes surs que vous n'en rajoutez pas un chouia ? '
Oh que non ! tout est vrai ! D'ailleurs, ils y vont tous ce soir, dès la tombée de la nuit, pour le montrer à ceux qui n'y sont pas encore allés.
Vous pensez bien que je n'allais pas rater ça ! Ils voulaient bien que je les accompagne? Ils voulaient bien.
Rendez-vous ici même, ce soir, vers 20 h.
Je rentrais chez moi, tout fébrile , pas enclin le moins du monde à douter de l'incroyable.
je relatais l'histoire à mon épouse. Habituée à entendre ce genre d'information, elle en digéra une de plus avec philosophie et était contente pour moi. C'est vrai, quoi.Ils y a des maris qui sont infiniment plus casse-pieds que moi avec des lubies plus onéreuses. Alors, que j'aille respirer, le soir après le boulot, un bon bol d'air pur à la campagne, elle n'avait rien contre.
Je me douchai, me changeai et pris un repas , vite fait: je n'avais pas la tête à la dégustation.
A 20h tapantes ( je suis toujours ponctuel ), j'étais au rendez-vous.
Tous les jeunes gens participant à l'expédition étaient déjà là, pour la bonne raison qu'ils habitaient tous dans l'ensemble d'immeubles.
En fait, ils m'attendaient.
A la façon dont nous avons embarqués dans les voitures, on aurait pu penser que nous partions pour une mission périlleuse, tant à nous voir marcher avec un tel visage...
Nous nous sommes entassés dans trois voitures. Pour une fois, je me laissais conduire.
Pratiquement pas un mot durant le voyage vers Trets, alors que la nuit tombait. En voyant les chemins de campagne empruntés, en cahotant sur les ornières, je me suis dit que, la prochaine fois, je serai bien dans l'impossibilté de retrouver le chemin.
Quand nous nous sommes arrètés, enfin, la nuit était noire et profonde. L'ambiance idéale pour le programme prévu. Ceux-qui-savaient nous guidaient dans le noir. On m'a soulevé des barbelés pour que je passe des clotures et puis on m'a annoncé que nous étions dans le tunnel du bonheur.
A partir de cet instant, je me mis à assimiler tout ce qui se déroulait.
- ' Vous sentez, hein ! vous sentez le bien-être qui nous envahi ?'
Je hochais la tête, pas contrariant.
Nouvelle cloture. On m'a emmené devant le panneau en langue extra-terrestre. Sous les regards interrogatifs, je hochais de nouveau la tête, d'un air convaincu.
Nous avons traversé des buissons épais, puis un cri :
- ' L'ovni-mère ! '
Dans le ciel noir, un point rouge, immobile. Mes compagnons étaient figés, le regard tourné vers 'l'objet'.
Et ce fut après avoir émergé des buissons qu'ils se sont écriés :
- ' Les voilà ! '
Tous étaient figés, tétanisés par l'incroyable spectacle des lumières blanches qui apparaissaient puis disparaissaient, brusquement,toutes provenant du même point , quelque part au loin, dans le ciel.

Je suis resté un moment à regarder les' ovnis ', puis je me suis intéressé aux jeunes gens qui étaient autour de moi et je me suis dit : - ' Chapeau...ils sont parfaits. '
Et je n'ai pas pu me contenir plus longtemps:
- ' Bon...ça va, les gars. C'est bon, vous m'avez bien eu. '
Ils m'ont alors tous regardé, la bouche béante.Devant leur silence, je m'expliquais:
- ' Jean vous a raconté que je m'intéressais aux ovnis et vous m'avez monté un sacré bon canular. J' apprécie. Non, vraiment, j'apprécie. Maintenant, c'est bon, on rentre à la maison, je bosse, demain.
Ils avaient toujours l'air stupéfaits, alors j'ai continué:
- ' Les ovnis, ce sont les phares des voitures sur l'autoroute Nice-Aix, hé patates ! Les gros ovnis, ce sont des camions et les petits ovnis, ce sont des voitures ! Ils apparaissent à la sortie d'un virage et disparaissent dans un autre virage ! ' et puis je les ai bien regardé, l'un après l'autre. ' Non mais ! vous n'espériez pas que j'avalerais ces bobards ? Allez, on rentre.'
Ils m'ont suivi, sans un mot. L'ovni rouge brillait encore dans le ciel/
-' Votre ovni-mère ! une balise pour les avions, en haut d'un pylone ! '
On a continué. Le tunnel du bonheur.
- ' Une percée dans les arbustes.ça sent bon, mais c'est pas grisant . '
Et nous sommes arrivés au panneau bizarre. Je me suis penché dessus .
- Je reconnais que l'écriture est tarabiscotée, mais en cherchant bien : " Terrain privé. Propriéte des Roses-Croix "
Nous avons repris la route et mes compagnons de voyage n'ont pas dit un mot, pendant que je ricanais sans retenue. Ils avaient eu tort de pousser le bouchon trop loin. Mais j'appréciais. ça oui, j'appréciais.
Même silence dés notre arrivée, quand chacun est reparti chez soi.
Je suis rentré, un peu vexé et beaucoup déçu.
Je pensais qu'on en resterait là, mais le lendemain, Jean m' a juré, et j'ai toujours foi en sa parole, que ce n'était absolument pas un coup monté et que ses copains y avaient cru dur comme fer, à leurs ovnis.
Je savais qu'il ne me mentait pas. N'empêche que je n'ai jamais digéré cette soirée, même aujourd'hui.
Depuis cette date, Jean est venu me rendre visite en Corse pratiquement tous les ans. Et chaque année, il y a quelques mois encore, il faut qu'il me confirme que ce n'était pas un canular.
Même moi, en me relisant, je n'arrive pas à me persuader que quelqu'un y croira, à mon histoire, n'est-ce pas ?

Et pourtant, je vous ai relaté chaque instant de cette soirée, sans fioriture....
.




Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 02-06-2012 17:03  Mis à jour: 02-06-2012 17:03
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9079
 Re: La nuit des ovnis.
Ça, c'est une histoire qui sent la" vérité vraie "comme me disait ma fille lorsqu'elle était petite, (alors qu'elle n'est jamais allée au catéchisme.)
Voilà pourquoi je suis d'une méfiance de sioux quand aux croyances de tout bois. Les humains qui veulent croire sont prêts à prendre n'importe qu'elles vessies pour des lanternes.
Nous avons tous envie de nous raconter de belles histoires et à défaut d'un dieu, bien absent et silencieux, pourquoi pas des copains plus malins que nous, sur un autre caillou que le nôtre.
En Afrique j'ai vu une ethnie, en fin fond de forêt, qui avait un dieu incroyable : une immense statue en bois au milieu des huttes le représentait. C'était une longue carlingue d'avion, et là on ne peut pas leur reprocher de ne l'avoir jamais vu. Ce dieu là, qui en outre leur parlait tous les matins,(!!!) habitait bien le ciel et les visitait souvent.
Ignorance, Interprétation, et désir pathologique de croire, ça peut nous amener au délire.
Les pauvrets, amoureux des ovnis, tu leur a cassé la baraque !
Comme dit l'autre, on ne nous dit pas tout, et nous ne savons pas tout, si bien qu' en revanche, je ne rejette pas du tout l'idée que d'autres vies grouillent quelque part dans le cosmos mais sous quelle forme, it is the question !
Encore un bon moment.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
45 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 45

Plus ...