| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Je ne crois pas, je crois. - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Je ne crois pas, je crois.
Publié par EXEM le 15-04-2015 05:52:02 ( 899 lectures ) Articles du même auteur



Je ne crois pas en Dieu, au risque de déplaire
A tous ceux dont la vie se déroule en prière.
Pour eux, le cas est clair, et, pour ne pas pleurer,
Ils jugent, à genoux, qu'il vaut mieux se leurrer.
Différent de ceux-ci, ayant la raison forte,
Je ne puis me résoudre à penser de la sorte.
Je ne pourrai jamais aimer ce que mes yeux
Ne peuvent percevoir, tout là-haut dans les cieux.
Sur terre, revenant, si je lis l'évangile,
A ce roman d'amour, je préfère Virgile.
La Croix est un symbole amusant mais son bois
Ne peut pas me servir à réchauffer ma foi.

Par un doux soir d'avril, la mort, j'ai contemplée.
Elle venait m'offrir moins d'un sou pour mon sort.
J'attendais ce moment depuis bien des années
Pour me prouver enfin que je n'avais pas tort.
Mais, lorsque j'aperçus cette noire présence
Qui venait mettre un terme à ma jeune existence,
M'empoisonner le sang de son parfum hideux,
Pour m'achever enfin, d'une seul coup ou bien deux,
Je ne pus résister, pour me sauver la vie,
A l'instinct naturel qui me donnait envie,
De joindre mes deux mains, dans la nécessité,
Contre une indigne foi, d'échanger la santé.

Voici donc ce qu'alors, ma pauvre raison folle,
Résuma dans ma tête, en ces quelques paroles.

- Je ne crois pas, je crois. Mais maintenant, je crois.
Si ce n'est point la foi, si je crois c'est donc quoi ?
Je ne l'aurais pas cru, c'est vraiment incroyable,
Et cru bien moins encor, qu'à ce point, elle accrût,
Au point que j'eusse pu y voir la main du diable
Si à ce malotru j'avais encor plus cru.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
VikThor
Posté le: 15-04-2015 10:58  Mis à jour: 15-04-2015 10:58
Aspirant
Inscrit le: 26-06-2012
De:
Contributions: 34
 Re: Je ne crois pas, je crois.
c'est une belle réflexion sur la foi, chacun en gardera sans doute ses propres convictions mais la question restera... j'ai bien aimé cette lecture introspective

Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 15-04-2015 11:35  Mis à jour: 15-04-2015 21:14
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9049
 Re: Je ne crois pas, je crois.
C'est très bien écrit et facile à lire mais attention, sujet très délicat.
Mais là, il s'agit de croyances et non de religion donc ... pas de problème.

Pour ma part ma religion est le doute, j'attends de voir ce qu'il y a derrière la porte, mais je conserve un sérieux rejet des dogmes et des grandes certitudes.
Quand à la foi qui vient quand nous frôle la mort elle est la preuve que la religion formelle n'est qu'un médicament .
Lecture riche .
Merci

Auteur Commentaire en débat
emma
Posté le: 15-04-2015 20:50  Mis à jour: 15-04-2015 20:50
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1495
 Re: Je ne crois pas, je crois.
qui, dans l'adversité, la malchance, la maladie, n'a jamais demandé de l'aide ou du réconfort à un être ou une présence qui le dépasse? Celui là je veux bien le connaitre...

''ne peut pas me servir à réchauffer ma foi''
une allitération aurait mieux servi ce vers de fin de strophe comme :
''ne saurait me servir à réchauffer ma foi''
mais ce n'est qu'une idée...

Auteur Commentaire en débat
tchano
Posté le: 15-04-2015 21:24  Mis à jour: 15-04-2015 21:24
Plume d'Or
Inscrit le: 18-01-2012
De:
Contributions: 288
 Re: Je ne crois pas, je crois.
Tout en souscrivant à ton propos, (j'ai particulièrement aimé la 1ère strophe et son final), je dois avouer que parfois la perspective de la mort me ferait presque regretter de manquer de foi.

Répons(s) Auteur Posté le
 Re: Je ne crois pas, je crois. Istenozot 16-04-2015 13:54
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
20 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 20

Plus ...