| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Pourquoi Ecrire ... - Poèmes - Textes
Poèmes : Pourquoi Ecrire ...
Publié par julessteph le 20-04-2015 19:45:53 ( 756 lectures ) Articles du même auteur



Je ne veux plus écrire
Je ne veux plus relire
Je ne veux plus te dire
Je ne veux plus médire
Car écrire éclaire le mal
Invoquer des rimes
Encenser le rythme
Parler à l’oral
Sentir l’aura

Je ne rêve plus jusqu’ au bas de la page
Je ne veux plus de rab sur la table
Je ne veux plus la voir le soir
Mais Elle est jeune le jour
Je la contemple même dans le noir
Elle engendre un plaisir fou

Elle apprécie quand le poids de la plume la caresse dans le sens du poil

Elle déteste l’enclume telle une oie qui s’envole vers l’espoir

Elle me pousse à mettre ce poil sur la langue de Molière

Mais ce poil est enfoui dans la poêle de ma main


J’assiste comme une toile à la scène moite
Je suis borné par le manque
Morne est le temps
Cette voix te hante
Morne est le temps
Et tu la répète sans cesse
Car morne est le temps
Il te remplit d’allégresse
Morne est le temps et tu t’en prends à ton aise


Immobile en écrivant ce poème


Le temps est morne mais je dors dans la bohème
Comme toi qui boit mes problèmes

J’écris trop

Mais je n’arrive pas à m’arrêter de la sorte
Donc de là, je mords les mots car tel est mon sort
Je ne peux pas m’arrêter
Les verres sur la table attestent
Les meilleurs partent en premier
Mais je n’ai pas fini de décrire mon verre d’accord ?
Je recherche l’aura de la métaphore
Ma personne est-elle démagogue ?
Et si je joue le rôle de pédagogue
Dans les deux cas je ravive les temps de Gog et Magog




Faire mon trou ?
Ou me taire pour qu’on m’enterre ?
Quel choix faire ?
Est-ce un crime d’avoir un faible pour le vocabulaire ?


Ne cherche pas le graal dans ce texte
Tu penses que c’est mon prétexte
Non ! Ouvre l’œil

Personne ne peut précéder cette belle feuille
Elle prépare toujours son deuil
Car quand l’encre s'arrète
Son cœur ferme l’œil
Et toi tu la regarde, tu l’admire
Tu te targue mais tu n’as rien à dire

Tu finis tôt ou tard par toucher le bas
Le fond, l’État de conscience qui plombe Tel une épave
Est-ce que les meilleurs partent en premier dans un état second ?
La réponse ?

Ne reste pas figer là

Personnellement les rimes sont plates
Actuellement je me lasse comme toi

N’attends pas les secondes

Est-ce qu’écrire procure du mal ?
Médite là cette phrase ! Ouvre l’œil
Car elle demeure dans un état second.

Jules stephane


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
emma
Posté le: 21-04-2015 10:56  Mis à jour: 21-04-2015 10:56
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1495
 Re: Pourquoi Ecrire ...
Bonjour,

Tu perds un peu l'orthographe vers la fin du texte (peut-être un signe d'épuisement ?).
C'est un peu dommage car c'est un texte qui a beaucoup de puissance. Un questionnement à la fois intime et universel.
J'aime le passage qui commence par "j'écris trop" et où l'écriture glisse dans une métaphore de la dépendance alcoolique. C'est un glissement qui se fait de façon subtil mais avec insistance. C'est assez réussi.


et puis ce questionnement de l'absurde :

"Est-ce que les meilleurs partent en premier dans un état second ?"

Au plaisir de te lire de nouveau !
julessteph
Posté le: 21-04-2015 19:43  Mis à jour: 21-04-2015 19:43
Régulier
Inscrit le: 29-11-2013
De:
Contributions: 59
 Re: Pourquoi Ecrire ...
merci beaucoup Emma
je travaillerai la fin du texte
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
46 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 46

Plus ...