| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Depuis l'univers - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Depuis l'univers
Publié par audrey le 16-06-2015 22:40:00 ( 468 lectures ) Articles du même auteur



Depuis l’univers, je vous observe, j’entends vos prières, vos rancœurs, vos chagrins et vos colères. J’entends vos appels et de mes ailes blanches, je viens à votre secours. De mes mains cajoleuses, je dépose un baiser de lumière sur vos âmes malheureuses assombries par autant de tourments.

Les siècles passent et la tristesse humaine décuple. Vos joies sont également les miennes ; vos souffrances, je les ressens aussi.

Je m’efforce d’apporter mon soutien, de glisser quelques conseils avisés dans le creux de vos oreilles et de m’incruster de manière déguisée au cœur de vos songes ou en messages subliminaux pénétrant avec insistance dans vos subconscients inquiets.

Parfois, mes messages sont respectés à la lettre, mais la plupart du temps, j’ai affaire à des sourds, ignorant chacun de mes avertissements qui conduisent inévitablement à une issue néfaste.

Alors, je pleure parce que je me sens inutile. Mon rôle de protecteur n’a aucun poids face à l’orgueil, l’avidité et la haine d’une espèce basculant progressivement vers les ténèbres. Malgré mes vastes efforts, je ne comprends plus vos souffrances inutiles. Celles-ci pourraient disparaître si chacun se donnait la peine de changer.

Changer, un si grand mot, mais que si peu de personnes ne parviennent à comprendre. Je me demande où nous avons échoué pour que le chaos règne en maître sur une terre hostile.

À chacun de vos actes haineux et cruels, c’est mon âme qui est torturée. Chaque enfant tué par les horreurs des guerres destructrices, c’est mon cœur qui saigne. Comment parvenir à rééquilibrer un monde qui approche lentement vers une fin inéluctable ? Comment aider les miséreux qui subissent autant de monstruosité tout en demeurant impuissant devant une société assoiffée de pouvoir et de richesses ?

L’espèce humaine a-t-elle ouvert les portes du monde à un mal féroce se propageant comme une terrible épidémie incontrôlable ? J’ose croire que les hommes ouvriront leurs yeux et leurs cœurs avant qu’il ne soit trop tard !

De là-haut, je peux tout voir, tout entendre et je prie en silence que la sagesse vaincra la corruption. Parfois, je pense que l’avenir des hommes est incertain ; quelquefois aussi, j’aimerais maudire ceux de votre espèce, mais en vain. J’aime chacun d’entre vous d’un amour incommensurable. Je sais qu’il y a du bon dans chaque cœur qui bat à l’intérieur de vos êtres martyrisés et désemparés.

Mais lorsque je regarde les yeux innocents des enfants si jeunes et déjà si perspicaces sur l’évolution du monde, alors j’ai la foi que des jours meilleurs viendront dans un futur proche et qu’un monde nouveau clôturera définitivement un chapitre désastreux de l’humanité.

Dans l’attente de cette nouvelle ère de transformation, je poursuis ma mission d’ange protecteur et je garde mon optimisme en déployant une vague d’amour à tous ceux qui réclament mon soutien et survivent dans le désespoir.

Vous, les hommes, l’espèce qui provoquera un jour ou l’autre votre propre apocalypse, je vous envoie tout mon amour. Et tant qu’il aura une infime lueur d’espoir et de lumière enfouie au plus profond des cœurs les plus nobles, alors je serai toujours là.

Copyright Audrey-parme Estevant

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
51 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 51

Plus ...