| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Malheureux ou l'Inutilité de tenter de ne pas l'être - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Malheureux ou l'Inutilité de tenter de ne pas l'être
Publié par EXEM le 21-06-2015 18:26:11 ( 692 lectures ) Articles du même auteur



Assis sur une pierre, au bord de mon chemin,
Les genoux au menton, la tête dans les mains,
Un jour, je méditais sur ma pauvre existence
Qui m'avait fait souffrir avecque persistence,
Sans jamais, une fois, m'apporter le bonheur
Qu'on est en droit d'attendre quand on possède un cœur.

Je n’avais pas d’amis, j’étais seul, sans compagne,
Ou compagnon de route pour battre la campagne,
Je n'avais point d'argent, je n'avais pas de toit
Et même pour manger, je n'avais pas de quoi.

Assis donc sur ma pierre et plus malheureux qu'elle,
J'haranguais le Destin en lui cherchant querelle.
« Pourquoi ne m'as-tu pas, tout au moins, fait mourir,
Puisque tu n'as jamais satisfait mes désirs ? »

A ces mots, apparut, tenant dans la main gauche,
L'outil des paysans avec lequel on fauche,
Un être tout en os et tout vêtu de noir
Qui me dit que j'étais celui qu'il voulait voir.

La fable,connaissant, du “Pauvre Bûcheron”
Je compris aussitôt qui était le larron !
Retournant contre lui, son arme invulnérable,
Je lui portai un coup d'un geste formidable.
La Mort, (puisque c'était son vrai nom comme on dit)
Rejoignit, en morceaux, son royaume maudit.

Ce récit émouvant, n’eût pourtant sa fin là !
Si vous le permettez, la suite, la voilà !
Quand la Mort, aux Enfers, fut enfin retournée,
Soudainement, changea toute ma Destinée !
Comme si j'eusse été, par le Sort, entendu,
Je vis que mes vingt ans, m’avaient été rendus !
Comblé par cette chance, je jurai sur mon âme,
De réussir ma vie dans ce retour de flamme.
Abandonnant ma pierre, mon chemin, mes vieux ans,
Vers le bonheur, volai, comme un jeune alezan…

Assis sur une pierre, au bord de mon chemin,
Les genoux au menton, la tête dans les mains,
Un jour, je méditais sur ma pauvre existence
Qui m'avait fait souffrir avecque persistence…..

FIN (C'est jamais la FIN.......)

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Istenozot
Posté le: 21-06-2015 20:16  Mis à jour: 21-06-2015 20:16
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2052
 Re: Malheureux ou l'Inutilité de tenter de ne pas l...
Cher Exem,

Moi qui me disais avant la dernière strophe, et me congratulais peut être : aurais-je transmis un peu de mon espérance et de mon optimisme à Exem? Pardonne moi cette prétention, mon frère.

Comme c'est bien écrit, cher Exem. Je suis ébaubi devant le naturel de tes vers. Le premier appelle le second qui, sans façon, ouvre le pas au troisième. Et jusqu'au dernier, ce naturel est musical, mon ami.
Je te l'ai déjà dit; comme j'aime te lire. J'attends toujours avec empressement ton écrit suivant, en me disant : je sens qu'il va écrire sur ce sujet-là... Non, sur cet autre là. Je me trompe assez souvent, mais, toujours est-il, je crois lire souvent mes émotions dans les tiennes.

Merci pour ce grand moment. J'ai une sensation de vie intense en te lisant. Je ne suis pas capable de te dire le comment. En revanche, le pourquoi oui. Parce que c'est Exem!

Bises et amitiés de Bourgogne.

Jacques
maurizioB
Posté le: 21-06-2015 23:49  Mis à jour: 21-06-2015 23:49
Plume d'Argent
Inscrit le: 02-03-2014
De:
Contributions: 426
 Re: Malheureux ou l'Inutilité de tenter de ne pas l...
Bien le bonsoir ami EXEM

Bravos et merveilleuse lecture, c'est vrai ont aimeraient que cette belle écriture( ici la tienne) qu'elle n'ai pas de " Fin"
Ce poème devrait être triste, mais grace à tes mots à toi, moi perso j'ai bien ri ( sans t'offenser )
Et cette fin magistrale, l'étèrnel recommencement...

Encore merci pour cette belle lecture
Amitiées

Maurizio
dumont011
Posté le: 22-06-2015 00:44  Mis à jour: 22-06-2015 00:44
Plume d'Or
Inscrit le: 10-02-2012
De: tunisie
Contributions: 308
 Re: Malheureux ou l'Inutilité de tenter de ne pas l...
salut Exem
quand une métaphore livre la guerre à une allégorie ça donne ce très beau poème
mais le rêve est toujours permis, à l'infini permis
EXEM
Posté le: 22-06-2015 03:57  Mis à jour: 22-06-2015 03:57
Plume d'Or
Inscrit le: 23-10-2013
De:
Contributions: 1480
 Re: Malheureux ou l'Inutilité de tenter de ne pas l...
Merci à tous pour vos commentaires. Je les accepte avec la joie de savoir que j'ai tant d'amis sur ce site. Merci, vous êtes des gens de première classe. Je ne sais comment vous remercier. Sachez pourtant que vous m'avez rempli de joie.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
45 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 45

Plus ...