| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Je voudrais tant, poète de l'orée - Poèmes - Textes
Poèmes : Je voudrais tant, poète de l'orée
Publié par Athéna le 01-08-2015 12:10:49 ( 616 lectures ) Articles du même auteur



J’ai senti, j’ai écouté, j’ai appris, j’ai lu…..
Et J’ai écrit
Tout simplement
Comme tout enfant

J’ai appris de toi, mon frère
J’ai découvert, j’ai lu
Je me suis interrogée, j’y ai cru
Alors parfois j’écris et me décris
Mais ai-je compris ?

J’apprends de toi davantage chaque jour
Je te lis, parfois j’arrive presque à te sentir
Mais ne t’entend point
Et pourtant tu cries

La plume, la vue ou la voix et l’ouïe ?
Je veux apprendre encore
Mais t ’entendre, te sentir ?
Mais surtout j’aimerais tant t’écouter
Toi, poète de l’orée

Car j’ai compris

Qu’ à mes yeux tes chants, ami poète
Seraient encore plus beaux si ta voix les flattait davantage
J’aimerais tant t' entendre et me laisser bercer
Par toutes tes mélodies

Pourquoi pas ?

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Ermite
Posté le: 01-08-2015 17:00  Mis à jour: 01-08-2015 17:00
Plume d'Or
Inscrit le: 31-03-2014
De:
Contributions: 1578
 Re: Je voudrais tant, poète de l'orée
D'un frère poète et après tout, tout poète l'est , merci.
C'est le cri d'un poète
Que de poètes, j'aime lire ici !
Bises de l'ermite.
Istenozot
Posté le: 01-08-2015 20:58  Mis à jour: 01-08-2015 20:58
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2088
 Re: Je voudrais tant, poète de l'orée
Chère Athéna,

D'un frère à l'autre, je te dis tout simplement merci car qu'en ces termes là, ces choses sont bien dites.
Mais, si tu préfères m'" entendre et me laisser bercer par toutes tes mélodies", je vais te les chanter ma soeur dans la poésie et sans doute t'en faire une symphonie.
Tiens, j'en publie justement une, allegro ma non troppo.

Merci pour ces vers musicaux.

Bises confortablement installé sous l'olivier à Beaulieu en Languedoc à regarder le ciel étoilé.

Jacques
emma
Posté le: 02-08-2015 17:36  Mis à jour: 02-08-2015 17:36
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Je voudrais tant, poète de l'orée
Voici un vibrant appel qui ne laissera pas indifférent !

Amitié,
Loriane
Posté le: 02-08-2015 17:59  Mis à jour: 02-08-2015 17:59
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9153
 Re: Je voudrais tant, poète de l'orée
Oui, pourquoi pas ?
Sais-tu qu'avec Bacchus nous échangions avec beaucoup d'étonnement, comme une étonnante découverte, sur la profondeur de la communication épistolaire, sur la force de nos poèmes qui laissaient passer notre moi, sur nos vers et nos écrits qui disaient tant de nous, parfois même à notre insu ?
Tu nous touches au coeur.
Je t'ai mise en page d'accueil, en texte à l'affiche.
Belle lecture et bel échange .
Merci.
Athéna
Posté le: 02-08-2015 18:24  Mis à jour: 02-08-2015 18:24
Plume d'Or
Inscrit le: 10-07-2014
De: vignes de la pettie fin
Contributions: 407
 Re: Je voudrais tant, poète de l'orée
Merci à vous tous

Et surtout merci à Loriane d'avoir mis mon texte en page d'accueil

Et pourtant je n'étais pas contente de moi du tout

Belle et lumineuse soirée

Athéna
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
45 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 45

Plus ...