| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> SPQR - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : SPQR
Publié par emma le 05-09-2015 13:20:00 ( 815 lectures ) Articles du même auteur



A Rome
La vie idéale
A Rome
Le raisin fertile
Des muses
Agitent des cymbales
Le soir
On lit du Virgile

Les Huns
En mille régiments
Pieds joints
Sautent la Volga
Forts
Armés jusqu’aux dents
Et raides
Comme la taïga

A Rome
On rit au sénat
On joue
Une sérénade
Le luth
Chante des aubades
Et couvre
L’inquiétant tumulte
Lointain
Des tribus nomades


Les germains
Poussés par les Huns
Passent passent
Le bleu Danube
La mort
Pleut dans un déluge
A Rome :
Trouver un refuge !


A Rome
Mollement on s’ébranle :
« Autant de migrants
Ce n’est pas normal !
Qu’on chasse ces indigents
Au loin du fleuve de l’Oural ! »
A Rome
On prie les idoles
La plèbe
Faiblement s’indigne
Le drame
Descend des rigoles
Mais Rome
N’entend pas les signes
Car Rome
A ses mille légions
Oui Rome
Ne craint le danger
Rome
Est bien protégée
Par ses fidèles oies du Capitole

Odoacre,
Un siècle plus tard
S’empare
De l’SPQR
Odoacre
Simple barbare
Un illettré héréditaire
Et Rome
Cinq fois centenaire
Plonge
Plonge dans l’enfer
Le temps
D’un nouveau Léthé
Noyée
Tête la première

Tout ce simulacre
De tranquillité
De luxe
Et de volupté…
Demandez à Odoacre
S’il existe
Un seul lieu au monde
Un seul
Où bien se cacher

La terre
La terre est ronde
Et le temps
N’est qu’un cycle
Le temps
Lessive les siècles
Lent mouvement
Des rêves ataviques
Parfois
Un pain de culture
Des centigrades
Des ambitions
Une couche de peinture
Quelques strates
De sédimentation

Mais l’Homme
Lui, l’Homme
Est du même tissu
Des mêmes contusions
Le même
Toujours le même
A chaque couture
Le même
A chaque occasion

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Ermite
Posté le: 05-09-2015 14:09  Mis à jour: 05-09-2015 14:09
Plume d'Or
Inscrit le: 31-03-2014
De:
Contributions: 1652
 Re: SPQR
Que j'aime cette manière d'écrire !
Rien que pour cela, merci.
Pourquoi quand tu dis Rome, je pense Europe ?
Je crains que nous ne sachions réagir à tant de douleurs.
Amitiés, Louis.
Istenozot
Posté le: 05-09-2015 15:31  Mis à jour: 05-09-2015 15:31
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2303
 Re: SPQR
Chère Emma,

Oui, l'homme est le même partout, et dans tous les espaces et dans tous les temps, avec des petites variantes en matière d'horreur.

Tiens, je pourrais traduire ton magnifique poème dans un version mésoaméricaine. Les mayas, les Toltèques, les Toltéco-Mayas, les Mixtèques et leurs vosins les Zapothèques, et enfin les Aztèques, se sont tous bien tapés dessus et sont les principaux responsables de la disparition de leurs civilisations si riches.

Merci pour ce poème vif, incisif qui exprime si bien le temps qui passe si vite avec des cycles, des hauts et des bas, les "vaches grasses" et les "vaches maigres".

Amitiés de Bourgogne.

Jacques
Marco
Posté le: 05-09-2015 17:33  Mis à jour: 05-09-2015 17:33
Plume d'Or
Inscrit le: 17-05-2014
De: 24
Contributions: 725
 Re: SPQR
En croyant être le centre du monde
On se pense surpuissant,
On devient trop confiant
Donc par conséquent, négligeant.

On sous estime la puissance des autres peuples guerriers.

Le revers de cette médaille,
C'est chute dont on ne se relève pas !

Tes vers courts donnent un rythme élevé et
une puissance à la lecture.

J'ai encore beaucoup appris, merci emma, et bravo

Amitiés
Marco
Donaldo75
Posté le: 06-09-2015 11:00  Mis à jour: 06-09-2015 11:00
Plume d'Or
Inscrit le: 14-03-2014
De: Paris
Contributions: 1111
 Re: SPQR
Un poème puissant, rythmé, sans concessions.
Non seulement c'est d'actualité mais en plus le thème est bien vu et se décline selon plusieurs axes, pas uniquement celui de l'actualité.
J'aime beaucoup la poésie engagée.
Merci Emma
Donald
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
33 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 33

Plus ...