| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Opération Troll - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Opération Troll
Publié par Donaldo75 le 10-09-2015 21:53:16 ( 944 lectures ) Articles du même auteur



Opération Troll


Frankie se regarda dans la glace, pour la quatrième fois, sourit à son propre reflet puis rajusta son nœud papillon. Pour la première fois depuis des années, il sortait de chez lui.

Le professeur Glouque, spécialiste des neurosciences, tourna la tête de droite à gauche d’un mouvement désapprobateur.
— Frankie n’est pas prêt, Robert, et vous le savez, affirma le savant.
— Tout dépend du point de vue de l’observateur, répondit l’agent de renseignement. Pour vous, petite grenouille à grande bouche, Frankie est un mélange de symptômes et de comportements acquis, un objet d’études et non un patient.
— Ne jouez pas au médecin, Robert ! Vous travaillez pour une agence inhumaine, peu regardante sur les effets de bord tant que l’Amérique gagne à la fin.
— Je n’ai rien dit de tel, professeur Glouque. Pour moi, Frankie n’est pas un patient, c’est juste un malade mental dont j’ai besoin aujourd’hui.
— Vous ne pouvez pas l’exposer ainsi au monde extérieur.
— Et pourquoi pas, monsieur le sachant ?
— Parce que c’est contre l’éthique.

Robert Wilkinson, plus connu sous le nom de Magic Bob, se mit à rire comme une loutre.
— Vous avez raté une carrière de comique, professeur. Depuis quand respectez vous l’éthique ?
— Depuis mes premiers pas dans la science, Robert.
— Et quand l’Agence vous a ouvert un compte en suisse, avec de beaux millions de dollars à la clé, qu’est devenue cette supposée éthique ?
— Un peu plus américaine, je dois l’avouer.
— Alléluia !

Le professeur Glouque regarda de nouveau la console de surveillance. Depuis le début du programme, Frankie faisait l’objet d’une attention de tous les instants. Des caméras, des micros et autres dispositifs d’espionnage parsemaient son appartement. Chacun de ses gestes étaient analysés, décortiqués, numérisés par une équipe d’experts en comportement. Pour l’Oncle Sam et ses maniaques de la guerre, Frankie représentait l’arme absolue de la guérilla invisible entre les puissants de ce monde. Incolore, inodore, anodin, anonyme, Frankie pouvait se glisser dans n’importe quelle strate de la société, en manipuler les esprits les plus faibles et transformer une simple querelle en affaire d’Etat. A ce titre, Frankie héritait des qualités de générations de trolls, des obscurs devenus surhumains à l’apparition d’Internet et des forums de discussion.

Fils d’un couple de trolls, une Française en mal d’amour depuis sa naissance et un Américain complexé par ses mensurations ridicules, Frankie avait grandi seul, sans frère ni sœur, dans un environnement dominé par l’univers numérique et la peur du dehors. Il avait montré très tôt ses dispositions exceptionnelles à emmerder le monde, à énerver les autres internautes, à créer du conflit dans des zones d’échanges amicaux, dès son premier forum BLEDINA. L’Agence, grâce à son programme de flicage électronique, le célèbre réseau ELEPHANT, l’avait repéré avant sa puberté, alors qu’il enflammait un site dédié aux maquettes d’avions. Depuis, elle ne l’avait plus lâché, même quand ses parents eux-mêmes l’avaient fait interner parce qu’il s’était retourné contre eux, telle la créature de Frankenstein.

Des dizaines d’agents assermentés l’avaient suivi à leur tour, décryptant ses communications sur le Net, transcrivant ses messages sur les espaces de discussion, organisant la surveillance de ses victimes afin de qualifier à quel point elles étaient mises en pièces par le troll Frankie. Son cas avait tellement effaré les psychologues dépêchés par l’Agence que le Directeur Wilson, un chef à plumes du Pentagone, avait demandé l’assistance du meilleur neurologue au monde. Le professeur Glouque, magicien des synapses, digne fils de Pavlov, le seul capable de modéliser le cerveau d’un fan de Céline Dion pendant ses concerts, avait décroché la timbale. Il avait monté un programme de dressage de trolls, sur la base d’artificiels forums de discussions, d’utilisateurs fabriqués de toutes pièces, et de conversations plaquées toc.

Malheureusement pour les Etats-Unis d’Amérique, l’opération avait été finalement repérée par les services secrets de Chine et de Russie. Alors, pressée par le temps et les mesures défensives de Pékin et Moscou, l’Agence avait prié le professeur Glouque d’accélérer la cadence, sous la tutelle bienveillante d’une star de l’espionnage et de la manipulation de masse, le célèbre Robert Wilkinson. Le protocole scientifique en avait souffert mais le troll Frankie semblait désormais bon pour le service, prêt à affronter le monde réel et ses pairs bipèdes. Le grand jour était arrivé, celui du premier test à grandeur réelle, en plein cœur de New-York, le repaire des mordus du smartphone et des indices boursiers.

Frankie rentra dans le bar indiqué dans l’invitation concoctée par Robert Wilkinson. En théorie, il avait rendez-vous avec une jeune institutrice prénommée Belinda, native de l’Ohio et fraichement embauchée par une école primaire de Manhattan. Le but de l’expérience consistait à évaluer en combien de temps le troll Frankie allait transformer une zone de détente en règlements de comptes à OK Corral, avant l’arrivée de ladite Belinda.

La suite fut classée secret-défense, dans la pure tradition des grands fiascos de l’Agence. Le troll démarra en fanfare, créant des problèmes où il n’y en existait pas cinq minutes avant son arrivée, brouillant des amis de trente ans en moins d’une demi-heure, poussant le barman à sortir son fusil à pompe de sous le comptoir et pacifier l’espace devenu soudain moins respirable. Le troll Frankie trépassa à la cinquième cartouche, au grand dam des experts en neurosciences, atterrés mais impuissants devant leur écran de surveillance. Washington nia l’existence du programme, invoqua le Patriot Act pour enfumer la presse puis ordonna à Robert Wilkinson de nettoyer sa merde.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
emma
Posté le: 13-09-2015 16:12  Mis à jour: 13-09-2015 16:12
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Opération Troll
Ah ! Ah ! J'ai bien ri !
Comme quoi... Les meilleures idées ne donnent pas toujours de bons résultats...
Heureusement que sur les forums la violence demeure virtuelle sans quoi toutes ces mauvaises ondes en auraient achevé plus d'un.
Un texte qui, bien que délirant, me parait presque réaliste...
Istenozot
Posté le: 13-09-2015 21:16  Mis à jour: 13-09-2015 21:16
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2303
 Re: Opération Troll
Cher Donald,

Derrière cette histoire fantasque, il y a la réalité des apprentis sorciers qui jouent avec le feu et qui, tels des Icare, se brûlent les ailes.
J'ai à la fois souri à la lecture de quelques unes de tes expressions mais j'ai aussi été glacé.

Comme j'ai aimé "le professeur Glouque, magicien des synapses, digne fils de Pavlov, le seul capable de modéliser le cerveau d’un fan de Céline Dion pendant ses concerts".
Où vas tu chercher tout cela! Je suis admiratif.

Merci pour cet excellent moment de lecture.

Amitiés de Bourgogne.

Jacques
couscous
Posté le: 15-09-2015 12:41  Mis à jour: 15-09-2015 12:41
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Opération Troll
Le troll, une espèce que je n'aime pas trop croisé sur le net. Un de moins, c'est pas trop grave.
Merci pour ce partage délirant
Bises

Couscous
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (8 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...