| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Jour, nuit. - Poèmes - Textes
Poèmes : Jour, nuit.
Publié par AhmedAmila le 16-11-2015 22:56:59 ( 476 lectures ) Articles du même auteur



Un beau jour, une douce nuit, un plaisir
Un plaisir de la vie, de toujours, de jamais
Doux amer qu'il soit, il réussit quand même à nous enchanter
Un beau jour, une douce nuit, un plaisir
Un plaisir d'homme dont les Dieux fantasment
Un rêve de Dieu dont les hommes s'enthousiasment
Un doux jour, une belle nuit, un sourire
Un échange, paroles cachées dans un regard
Des larmes qui pleurent un rêve le rendant cauchemar
Un doux jour, une belle nuit, un sourire
Une larme qui s'échappe vers une autre joue, familière
Une joue qui partage, qui guérit, une joue particulière
Un jour de beauté, une nuit de douceur, une étincelle
En haut de la joue, des yeux, qui voient et absolus
Des yeux où je me perds et qui m'ont lu
Un jour de beauté, une nuit de douceur, une étincelle
Des yeux... Une âme... ensorcelants, irrésistibles, envoutant
Gracieuse couverture d'un esprit, oh ! mais savant
Un jour de douceur, une nuit de bonté, une étreinte
Seulement mes doigts effleurant les siens, point je n'oserai
Salir de moi, cet être, cette femme, cette pure pureté
Un jour de douceur, une nuit de bonté, une étreinte
Ma joue, sous ma larme, toute rouge, vérification de son doute
La bout de son doigt, contre le mien, se sentent, s'écoutent
Une beauté matutinal, une douceur vespéral, une joie
Dans sa cage, il se bat, il frappe, il exige sa liberté
Un appel au loin, émanant de sa poitrine, le réclamait
Une beauté matutinal, une douceur vespéral, une joie
Elle s'en va et à chaque pas l'âme se déchire
Et le coeur se fragmente pour la recoller, la guérir
Matutinal douceur, vespérale beauté, un au revoir
Bientôt n'ayant plus d'âme, le coeur, oui, la remplace
Ainsi l'âme romantique, rien à du coeur sa place
Matutinal douceur, vespéral beauté, un au revoir
Quoi ?! Elle revient en courant avec elle et mon âme
Et mon coeur, prend ma main, efface ma larme
Eternelle douceur, inexorable beauté, l'Amour
S'approche, encore, encore, ses lèvres brûlantes
Sur les miennes suppliantes, une union amante
Eternelle douceur, inexorable beauté, l'Amour
Explosion de mon être, débris de mon âme, tout de mon coeur
Je vis, je fus, j'aimasse et confie le reste à mon âme-soeur.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
AhmedAmila
Posté le: 16-11-2015 23:05  Mis à jour: 16-11-2015 23:05
Régulier
Inscrit le: 04-03-2014
De:
Contributions: 58
 Re: Jour, nuit.
En ces temps d'injustice, de désarroi, de barbarie, de folie humaine, de violence et de tueries, je partage avec vous ce poème et le dédie à notre âme-soeur, à notre chérie Paris, à notre mère la Terre, au meurtri Monde, à nos morts, à notre deuil, le deuil d'un monde tout-entier, un deuil qui dure depuis trop longtemps et durera encore plus longtemps. Je suis triste. J'ai peur. Je suis en colère. Je me retourne vers mon sauveur, puisse, dans ces temps affreux, l'Amour subsister et exister. N'oublions point qui nous sommes et ce que nous ne voulons pas devenir, soyons véritables à nous mêmes, et nous vaincrons la bêtise humaine, car vous savez la bêtise humaine est franchement stupide.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
21 Personne(s) en ligne (3 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 21

Plus ...