| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Plus près - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Plus près
Publié par Donaldo75 le 27-11-2015 21:54:18 ( 527 lectures ) Articles du même auteur



Plus près


La dernière nef vient de s’envoler. Je ne suis pas monté avec les autres, ma femme, ma famille, mes amis. A l’heure qu’il est, bien calés dans leur stase, ils doivent rêver à des lendemains qui chantent, sur une planète toute neuve. Personne ne s’est aperçu de mon absence dans le tohu-bohu des enregistrements et des mises en silos. Tant mieux, je n’aurai pas de remords.

La ville est désormais à moi et aux quelques malheureux qui n’ont pas compris l’absolue nécessité de quitter une Terre aux abois, un monde destiné à mourir sous une pluie de cailloux venus de l’espace. Je ne sais pas si malheur est le terme exact ou approprié. Peut-être sont-ils seulement des sages ?

J’ai toujours été différent de mes contemporains, du moins selon mon boss et mes parents, des figures d’autorité percluses de certitudes et de théories prédigérées. Le jour de l’Annonce, quand les officiels ont décrété l’exode massif de douze milliards d’humains, au nom de notre survie collective, j’ai senti venir le coup fourré. Habiller un hypothétique voyage en quête de la terre promise, déguiser une vie de sardine anesthésiée dans sa boite en fer blanc en nec plus ultra de la conservation de l’espèce, organiser la fuite en avant de millions de navettes au prétexte d’essaimer dans la Voie Lactée, ont été autant de la propagande réussie que de la vilaine manipulation de masse. Heureux les convaincus, aujourd’hui congelés dans des tubes de verre, demain pionniers dans un Eldorado spatial !

Je marche dans les rues de Paris. Elles me paraissent si belles dans le silence forcé. Même les oiseaux n’en reviennent pas. Aucun ne siffle, ne chante, ne raconte ses amours et ses déboires à son voisin de branche d’arbre ou de fil électrique. La Seine coule lentement dans son lit, le vent d’automne balaie tranquillement les façades et moi j’avance un pied devant l’autre sans but.

La journée a été longue. Je n’ai croisé personne, une première dans une métropole de dix millions d’habitants, autrefois capitale d’un peuple savant et donneur de leçons. Les lumières de la ville se sont éteintes lentement, alimentées par un soleil déclinant et bientôt remplacé par la lune. J’ai repéré un petit pavillon sur la butte Montmartre, une maison simple et typiquement parisienne. Je vais élire domicile en ces lieux. Pressés comme ils l’ont été, les propriétaires ont dû laisser à boire et à manger, des draps propres et du linge de toilette. Avec un peu de chance, il y aura même une jolie cheminée à foyer ouvert.

Enfin, je suis installé. Ma nouvelle demeure, probablement la dernière si les astéroïdes ne dévient pas de leur trajectoire mortelle, m’a accueilli comme l’invité surprise, celui qu’on attendait plus tellement les choses étaient décidées à l’avance et planifiées par les grandes personnes. Elle a craqué un peu sous mes pas, a toussé quand j’ai mis le feu aux bûches dans l’âtre trop longtemps confiné aux rôles décoratifs. Nous avons alors communié dans la chaleur des flammes. Pour l’occasion, j’ai débouché une bouteille de Brouilly, un cru ignoré des palais délicats mais apprécié des esprits libres restés sur Terre. Mon repas est frugal. Je dois économiser les conserves trouvées sur place, au cas où mon séjour dans le monde des vivants s’éternise au-delà de la prévision initiale, de la date estimée du premier impact.

Je ne compte plus les jours. Les promenades dans Paris me reposent autant qu’une bonne nuit de sommeil. Je commence à croire que je suis le seul habitant de la Terre. Il n’y a ni chat ni chien, même pas un rat à se mettre sous la dent, un rongeur à adopter pour ne pas finir ermite. Pourtant, malgré ce contexte minimaliste, je ne sens pas la solitude me monter à la tête. Au contraire, je suis serein.

L’hiver arrive, avec son cortège de gouttes froides et de brouillards matinaux. La date fatidique approche. Normalement, elle devrait me permettre de fêter Noël une fois encore, pour l’éternité. Je me suis mis en quête d’un beau sapin pour donner à la fête un parfum d’authenticité. Je fabriquerai les guirlandes et les décorations religieuses moi-même, avec les moyens du bord, comme au temps de nos ancêtres les Lutéciens.

Je me suis réveillé avec un mal de crâne inattendu. Mon réveillon a été alcoolisé, je dois l’avouer. Les caves des voisins regorgeaient de nectars bourguignons et bordelais, de spiritueux verts ou jaunes et de rares liqueurs conçues par des moines d’antan. Je n’ai pas résisté. Si j’avais eu de l’électricité, j’aurais mis de la musique, dansé sur des rythmes exotiques jusqu’à la fin de mes jambes. A la place, j’ai imaginé la place de la République illuminée par les lumignons des bals populaires. Le film s’est alors mis en place, dernier souvenir d’une humanité désormais congelée dans une barquette géante volant vers Sirius ou Orion.

Le feu d’artifices a commencé, le trente-et-un décembre à onze heures. La météo a été favorable, avec un ciel clair, pas de vent et peu de nuages. La première fusée a éclaté loin à l’horizon, trop bas pour l’observateur novice mais je l’ai quand même vu du haut de mon grenier. Les suivantes ont jailli au-dessus de ma tête, venues du fin fond de l’espace, quelque part entre Neptune et Pluton. Des vertes, des bleues, des rouges des jaunes, tout le spectre lumineux a donné de la couleur au firmament étoilé. Le grand artificier a ajouté des feux de Bengale, brûlant le Sacré-Cœur et la Tour Montparnasse comme de simples sacrifices aux divinités célestes vexées de n’avoir pas assez de public.

Il fait chaud en ce début de Nouvel An. L’hiver boréal s’annonce torride avec son cortège de flammes, son atmosphère en feu et ses gros nuages noirs. Je me mets à rêver des pauvres dinosaures, spectateurs eux aussi d’une apocalypse planétaire. Personne ne les avait prévenus. Moi si. J’ai choisi de rester avec mes amis les fossiles.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
a-encre
Posté le: 30-11-2015 19:10  Mis à jour: 30-11-2015 19:10
Aspirant
Inscrit le: 07-05-2015
De: Eaubonne
Contributions: 40
 Re: Plus près
Donald,

Je ne connaissais pas ce texte de toi. Je suis toujours friand de ces histoires post-fin du monde. Si tu cherches un compagnon pour déambuler dans le Paris vide, je suis là.

Un texte d'évocations, de bruits et de couleurs, et si on peut toujours ouvrir une bouteille de Brouilly quand la terre sera peuplée de 12 milliard d'êtres humains, ou inhumains, alors il n'y aura pas de raison de désespérer.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...