| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Minuscule - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Minuscule
Publié par arielleffe le 05-08-2016 08:33:41 ( 86 lectures ) Articles du même auteur




Une nouvelle journée de travail commence, je me dirige vers la mine avec ma soeur Merveille. Nos parents nous ont donné de jolis prénoms, ils sont fiers de leurs enfants, je suis leur premier garçon, j'ai sept ans, il y en a cinq plus jeunes maintenant. Il fait déjà chaud, le soleil brille au Katanga, le travail va être pénible.



Le contremaître nous voit arriver.

- Tiens voilà le minus avec sa gueule d'ange.

Il me bouscule comme chaque matin, c'est un grand, il a douze ans.

- Gloire à toi Seigneur Minus! Va avec Christ, j espère que vous allez ramener beaucoup de cobalt aujourd'hui, pas comme hier, tas de fainéants!

Je prends ma pelle et mon seau et je vais là où le contremaître a dit. Le blanc vient voir pour s'assurer que tout est en ordre.

- OK, tu as mis Gloire et Christ sur la veine D. Où est sa soeur?

- Elle transporte le minerai jusqu'au tas là-bas.

- Bien Arthur. Gloire, Christ et Merveille, on n'a pas idée de donner des prénoms aussi ridicules à ses enfants, bande de dégénérés.

Le blanc n'aime pas nos noms de baptême, il ne nous aime pas. Nous ne l'aimons pas non plus.



Je creuse la terre pour remplir mon seau, puis je verse le minerai dans un panier que les filles placent sur leur tête. Elles partent lentement vers la zone d'entreposage. J'aime bien travailler avec Christ, on s'amuse bien. Il fait le fou, il imite le blanc.

- Bouge ton cul Bamboula.

Il pince les lèvres et s'essuie le front, les blancs ont toujours chaud, ils suent et sentent mauvais.

Nous rions en cachette, nous rions tellement fort que Christ se met à tousser, il y a trop de poussière rouge ici. Quelquefois, un peu de sang sort de sa bouche.

On nous donne de l'eau et à manger, mais on a toujours faim. Enfin j'ai toujours faim. Christ ne mange pas beaucoup. Maman dit que c'est parce que je grandis. J'ai hâte d'être comme papa, il est fort, mais parfois il tousse aussi. Avec Christ on faisait des concours avant. C'était à celui qui remplissait son seau le plus vite, ou qui avait récolté le plus de minerai. Maintenant, c est toujours moi qui gagne.

Comme nous sommes petits, nous pouvons creuser des galeries plus profondes, et aller là où les grands ne peuvent pas aller. J ai peur quelquefois, il fait très sombre. Un jour, j ai entendu des cris dans une galerie voisine. Tout s'est écroulé, mes cousins qui travaillaient là, ne sont jamais revenus. Papa a beaucoup pleuré, il se cachait mais je l'ai vu, il essayait de consoler ma tante, mais ce n était pas possible.

Pour se donner du courage, on chante. A la maison, on a une radio, et on écoute Mickael Jackson, j ai vu sa photo, il n est pas blanc, il est comme moi, et il est très bien habillé. Je ne sais pas s'il a déjà travaillé à la mine. Je ne pense pas. Il parle une langue de blanc.

Keicha, la soeur de Christ marche plus lentement ces derniers temps, elle a 11 ans, son ventre a grossi, elle mange peut être trop. Le blanc est toujours après elle.

- Tu n'as pas fait ton quota, tu viendras me voir dans mon bureau.

Il la regarde bizarrement. Un jour, j ai vu mon père serrer les poings en regardant le blanc, il avait l'air en colère, mais il n'a rien dit.

Il y a de nouveaux blancs sur le site de la mine. Ils se disputent avec les chefs et leur montrent des papiers.
Une dame m'a dit qu'on allait bientôt aller à l'école après le travail. Elle a dit :

- Maintenant, vous ne travaillerez plus que sept heures, et vous irez deux heures à l'école tous les soirs. Comme ça, vous apprendrez à lire et à écrire.

Au début, papa n'était pas trop d'accord, il avait peur que les blancs ne nous payent pas assez. Si tu ne travailles pas, tu ne gagnes rien et tu ne manges pas. Mais là dame lui a dit que nous continurions à recevoir nos deux dollars par jour. Elle a dit que Merveille devait venir aussi. Au début, mes parents ne voulaient pas, elle devra se marier bientôt, mais la dame a réussi à les convaincre.

Un monsieur habillé en blanc, nous a examiné l'autre jour, il a secoué la tête en voyant Christ. Il a dit qu'il devait se soigner et arrêter de descendre dans la mine. Mais ce n'est pas possible. Il prend des bonbons qui soignent, mais ça n est pas bon et ça n'a pas l'air très efficace.

Le maître d'école m'a dit qu'il travaillait à la mine aussi quand il était petit. Il me dit que je ne suis pas obligé de faire ce travail toute ma vie. Je préférerais plutôt devenir Mickael Jackson.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 10-08-2016 16:45  Mis à jour: 10-08-2016 16:45
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8856
 Re: Minuscule
Le pauvre noir exploité et le vilain blanc pédophile, ça date sacrément mais comme toutes les images populaires ça perdure c'est manichéen mais voilà, il faut entretenir la culpabilité.
C'était bien avant Michaël Jackson.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
24 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 24

Plus ...