| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Vacances et plus si affinités (défi du 6 août) - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Vacances et plus si affinités (défi du 6 août)
Publié par couscous le 07-08-2016 09:14:10 ( 1137 lectures ) Articles du même auteur



Vladchamoulov, le 31 août 2016
Cher Monsieur Omer Dalors,

Je vous écris la présente tout en étant dans mes petits souliers, ce qui n’est pas gênant pour taper sur le clavier me rétorquerez-vous. Cela fait quinze ans que je travaille pour vous, au service du personnel plus précisément. Je suis le garçon qui éternue en faisant un bruit de pneu qui éclate et qui emprunte le papier des toilettes, en nombre toujours insuffisant, pour se moucher.
Pour mieux me situer, je vous ai apporté un jour votre café. Il était trop froid à votre goût et vous me l’avez jeté à la tête. Je suppose que mon visage se dessine maintenant de façon encore floue dans votre mémoire. Pour plus de précisions, je suis roux (du côté de ma mère), les yeux marron (du côté du facteur), avec l’allure d’Alain Delon (mais de loin) et le charme de Sean Connery (dans le noir). Est-ce assez précis ?
Revenons à nos moutons, même si j’y suis grandement allergique. Je suis actuellement en vacances en Tcherkovénie. C’était la seule destination étrangère accessible avec le maigre salaire que vous me versez malgré ma grande implication dans mon travail rébarbatif. En visitant la capitale, j’ai sympathisé avec une jeune femme prénommée Donalda qui m’a invité à un repas traditionnel dans sa famille. J’ai dégusté des moules vivantes en entrée et puis un plat de pieds de mouton aux algues. C’était plus étonnant que bon mais j’ai fait bonne figure et ai terminé mon assiette grâce au chien de la maison qui squattait sous ma chaise. Pour couronner le tout, j’ai dû partager mon verre de digestif (un alcool de corail pas piqué des vers, de vase bien entendu) avec Donalda.
À la fin du repas, tout le monde était extrêmement joyeux et me félicitait en me broyant à tour de rôle, les phalanges de la main droite. J’ai pensé qu’ils ne devaient pas avoir vu beaucoup d’étrangers faire ainsi honneur à leurs plats trop locaux.
Le lendemain matin, je fus étonné d’être sorti de mon sommeil par le maire de la ville, venu à ma rencontre à l’hôtel, afin de me faire signer des papiers. Un traducteur a pu m’expliquer que le repas de la veille était en fait une cérémonie de fiançailles et que le partage du verre d’alcool marquait mon accord pour le mariage. Il a fallu que je m’assoie pour ne pas défaillir.
Je me suis enquis auprès du traducteur de la façon de me rétracter de mon engagement avec tact, en lui expliquant que je n’avais pas perçu toute l’implication de ce digestif indigeste partagé. Il me fit comprendre qu’il était risqué de faire marche arrière car Donalda fait partie d’une famille riche et puissante, membre actif de la pègre locale. J’ai bien envisagé de m’enfuir en écourtant mes vacances et en réintégrant plus rapidement mon poste, pour votre plus grande joie. Mais cela me fut fortement déconseillé sauf si j’avais la possibilité de changer d’identité et de faire une croix sur ma vie actuelle. Dans ce cas, j’aurais dû vous abandonner, ce que je ne peux envisager.
C’est pourquoi, je dois attendre que les noces soient célébrées. Mais le mariage n’est programmé que le vingt-neuf septembre. En effet, il nous faut préalablement obtenir la bénédiction des divers clans tcherkovéniens et des membres de la famille de mes futurs beaux-parents, cela revient à parcourir le pays de long en large (heureusement qu’il ne fait que quinze mille mètres carrés).
Vous comprendrez donc entre les lignes que je ne pourrais être de retour au premier septembre. Il va de soi que je ferai mon possible pour écourter le voyage de noces qui est censé durer un mois, selon la tradition locale, et ce, afin de concevoir rapidement un enfant. Je vous promets d’honorer mon épouse chaque jour afin d’être libéré de cette tâche qui est, je vous l’avoue, plus agréable que celle que vous me confiez.
J’oubliais… il me faut acheter un costume et ma valise ne comporte que des shorts, des chemises à fleurs et un jean troué. Pourrais-je pousser le vice jusqu’à vous solliciter afin d’obtenir une avance sur mon salaire ? En retour, vous serez le parrain de notre premier enfant.
Tout en vous remerciant de toute la sollicitude et la compréhension dont je ne doute que vous ferez preuve en lisant cette lettre, je vous prie d’agréer, Monsieur Dalors, mes excuses les plus plates (comme la poitrine de Donalda).

Alex Cusbidon

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 10-08-2016 09:46  Mis à jour: 10-08-2016 09:46
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9500
 Re: Vacances et plus si affinités (défi du 6 août)
Il est gonflé Alex Cusbidon, il aurait pu inviter son patron à ses noces et le faire annoncer avec élégance à son entrée dans la réception : "Mr Omer Dalors" dit à forte voix ce serait très classe !
Un homme qui subit un mariage forcé, oui c'est nouveau.
Mais je crois que ce mec je le connais, un gars qui éternue sans arrêt et vide les rouleaux de PQ pour se moucher, j'ai du le recevoir comme étudiant chez moi.
J'ai bien fait de fermer ma porte pour m'isoler un moment et te lire, car je m'ai bien marré;
Merci
Istenozot
Posté le: 10-08-2016 19:26  Mis à jour: 10-08-2016 19:26
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2303
 Re: Vacances et plus si affinités (défi du 6 août)
Chère Delphine,

Mais dis-moi, Alex Cusbidon, serait-il un enfant illégitime? Madame aurait-elle fauté avec le facteur? Oh, le scandale!

A tout hasard, j'ai cherché dans mon encyclopédie des fées la Tcherkovénie, et je l'ai trouvé. Je te l'assure. Après avoir contourné de mes yeux l'angle antéro postérieur droit de la Delphogénie, pays troisième producteur au monde des fées, de lutins joueurs, puis laissé par l'angle postéro latéral gauche la Couscousménie, je suis tombé dessus, sans trop me faire de mal. Et je peux comprendre alors tout ce qui a pu arrivé à ton Alex.

Donalda ne serait-elle pas apparentée à notre ami Donald?

Si tu veux, je peux intervenir auprès de Monsieur Omer Dalors pour l'octroi des vacances d'Alex qu'il mérite tant.

J'ai beaucoup ri à la lecture de ton texte comme de celui de tous nos amies et amis.

Bises.
Amitiés de Beaulieu en Languedoc.

Jacques
couscous
Posté le: 11-08-2016 18:59  Mis à jour: 11-08-2016 18:59
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Vacances et plus si affinités (défi du 6 août)
Je visualise tout à fait la scène Loriane.

Cela fait du bien de s'isoler parfois.

Je suis très heureuse que tu te sois marrée ! J'ai donc atteint mon but.

Merci

Bisous

Couscous
couscous
Posté le: 11-08-2016 19:01  Mis à jour: 11-08-2016 19:01
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Vacances et plus si affinités (défi du 6 août)
Merci d'avoir acheté les encyclopédies de ma famille, j'en suis très flattée.

Donalda est en fait la demi-cousine du côté de l'oreille gauche du beau-frère germain de notre canard...

Merci Jacques

Bises

Couscous
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
44 Personne(s) en ligne (16 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 44

Plus ...