| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Réponse au défi du 13 aout : La récompense du péquenot - Poèmes - Textes
Poèmes : Réponse au défi du 13 aout : La récompense du péquenot
Publié par Athéna le 13-08-2016 19:10:00 ( 478 lectures ) Articles du même auteur





Quelle effervescence !
Les maux sont oubliés, et les jeux exaltés !!!!!!


Ma cité est-elle bouleversée à présent ?
Aujourd’hui peut-être, mais hier assurément
Par un bouleversement tectonique
Tec... qui là ? Moi je préfère le tonique….

Précieuse, tel le cristal.
Corcovado et Pao de Azucar
Sont les résultats de ce grand bazar
Elle est étonnante et magistrale.

Ma Rio

Quelle effervescence !
Olympie et Rio
Se partagent la puissance
Des jeux, des hourras, des bravos.

Et moi je suis si heureux

Esclave de jadis, ouvrier d’un présent
J’attendais avec impatience cet instant
Où ce lever de coude sera le plus fort
Et obtiendra à n’en pas douter une médaille d’or.

Ce n’est pas un sport facile
Ne jamais être fébrile,
Pour appréhender un tel defi
Boire c’est facile, la savourer vous épanouit

Oui je suis heureux

Elle vous emporte
La savoir amie fidèle des athlètes
Me transporte
Je jubile de voir tous ces corps onduler
Aux premiers effets de mes bienfaits.


Elle est enfin sur le devant de la scène
Elle se pratique partout
Sur les parcours, sur le terrain,sur la ligne
Elle va devenir un vrai phénomène

Quel bonheur !!!!!!

Esclave de jadis, paysan d’un jour
Carioca de toujours
Je vous dis haut et fort
A vous mesdames, a vous les champions
Soyez en surs, c’est un sport de haute condition
Levez le coude entrainez-vous !
Avec elle, surtout, c’est un vrai bijou
De saveurs et de popularité.

C’est moi, le paysan qui l’a créée
Il y a un bon nombre d’années.
Toujours abimé, souvent bafoué,
Aujourd’hui je suis rasséréné.

Ma boisson favorite,
Grâce à vous,
Va devenir émérite.
Elle m'est chère cette Caipirinha, je l'avoue.

Le mot caipirinha vient de caipira : paysan, péquenot.

A votre santé chers lecteurs!
Mais comme le dit ce dicton brésilien : "Unes eule ce n'est pas assez, trois c'est trop.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Jaclou
Posté le: 13-08-2016 23:07  Mis à jour: 13-08-2016 23:07
Modérateur
Inscrit le: 29-07-2016
De:
Contributions: 4
 Re: Réponse au défi du 13 aout : La récompense du p�...
Bonsoir Athéna,

Comme modérateur, j'ai ramené le paysan et le péquenot à leur unicité.
La valeur d'un texte est toujours unique. L'empressement sans doute t'a poussé au dédoublement.

Ce texte est savoureux.

Je te souhaite un magnifique dimanche.

Jacques
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
53 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 53

Plus ...