| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> A une âme voyageuse - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : A une âme voyageuse
Publié par mercier le 08-09-2016 00:50:00 ( 479 lectures ) Articles du même auteur



A une âme voyageuse
Tu partais de très loin,
Du frisson d'une épave,
Ombre irisée d'instants musicaux,
D'un refus
Parvenu aux oreilles d'une musaraigne,
Qui, du fond de son miroir,
Décide d'une trajectoire singulière,
Celle de ton regard.

Oh, tu partais de très loin,
D'un horizon diapré de brume
T'invitant à ses impossibles régates
Au clair de lune.

Tu partais d'un port
Taillé dans l'ambre des ressacs
Que tu files en étoffes soignées.
Leurs fibres, harpes improvisées,
Accueillent le vent
Dont les mots aigus
Composent l'ironie des étoiles.

Tu partais d'une plage vermillon
Pleurant ses végétaux de silex
Sur l'écaille des espaces rampants.

Tu soustrais aux dogmes
Le refrain sacré des matins royaux.
Tu les vois se déployer en runes discrètes
Dont les enluminures décorent ton avenir
Dans la marge des minéraux précieux,
Dans la nervure des algues,
Et sur l'aile dentelée des lézards précurseurs.

Il y a tant à faire tu sais!
Depuis le belvédère de tes peurs,
Tu contemples l'or disponible
Qui scintille sur le lac fauve
Où les prouesses enfantines
Glissent, infatigables.

Des ondes maternelles
Perdues, mais avides de rencontres,
Sculptent au creux des louanges
De modestes statues
Dont l'argile transmet
Jusqu'en tes intuitions
Des berceaux d'aventure
Coulant vers l'azur.

Tu les vois
Bordés de rayons de lune
Féconder tes silhouettes d'avant-garde.

Le burin de tes rêves
Grave l'incisive d'un loup
Dans la falaise de la pluie.
,
Lors, un papillon de nacre
Cisèle le regard doré des récoltes.
Ce soir un accord fragile,
Que fredonnent les bourdons de Juin,
Bavarde avec les rumeurs du soleil
Et te dédie le corail mystérieux
Des mers chaudes disparues.

Tes pas devinent la nature du relief
Et s'emboîtent en milliers d'élans
Donnant à ton espoir
L'intensité des nuits sacrées.

Rien n'était décidé,
Pas même la destination
ni le véhicule,
Et te voilà passager d'une oraison
Qui tend dans le ciel d'un matin rocailleux
Son arc
Dont la flèche fend l' émeraude du Nord.

Rendue la dote encombrante
Aux elfes enchaînés,
Masqué le murmure des sources fébriles,
Et surfeur d'argent
Tu déclares enfin le jeu ouvert...

Ton carrosse rustique
Te mène au château
Où tu découvres
Que tes mémoires innombrables
Sentent bon le foin et le feu des villages.

Tu naquis dans le feuillage fébrile des haies,
Tu es un nain,
Un moucheron,
Un géocroiseur intelligent.


Ton cocktail est rafraîchissant
Les pelures du vent
Décorent tes festins:
Le dessert ici
Est une écorce de savane
Pliée dans l'encolure des antilopes.

Mais qu'importe!
Tu connais la légende
Des siècles composés de lavis subtiles
Décorant tes façades
De baies de verre.
Celles-là donnent
A la jeune étoile centrale
L'occasion de se diviser
En corolles de soie,
Tu sais,
Celles qui habillent les demoiselles des marais
de leurs livrées de pastel.

Elles rendent pareilles
A des licornes étourdies
Tes ombres parties
A la recherche de cèdres savants.

Tu distribues aux passants
La beauté des gestes nocturnes.
Surveille tes arrières:
Il y a encore tant d'énigmes à ta poursuite...
La tentation du vide
Est un luxe à éviter.

L'étincelle des lampyres
Saura guider ta danse hésitante
Vers la broderie d'un givre nourrissant,
Ton double, là, t'y attend...

4/5 et 7 Septembre 2016

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
mercier
Posté le: 10-09-2016 10:42  Mis à jour: 10-09-2016 10:43
Plume d'Or
Inscrit le: 29-01-2013
De: 53c rue de Belfort
Contributions: 199
 Re: A une âme voyageuse
merci Loriane pour ton commentaire si bien placé qui traduit une sensibilité à l'écoute de mon monde .
Belle journée.
Gérard Mercier
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
46 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 46

Plus ...