| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Toi ce Je - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Toi ce Je
Publié par modepoete le 24-11-2016 13:40:00 ( 394 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l





Courroucé par le temps, une gifle à mon Je
Pourquoi es tu là ? Que fais tu là ? dit moi!
Tu embarrasses ma conscience, un émoi
Perfide Je, laisse-moi ce n’est pas un jeux

Toi le Je de l’humanité, puis-je te connaître
Prend conscience de l’existence, réveille- toi
Comprend que mon esprit supporte un poids
Ne pas comprendre, ce qui t’a fait naître

Regarde- toi Je, qui serais-tu seul dans l’immensité
Un rien ! Si peut être un de ces astres qui orbite mort
Tu ne peux exister sans la présence dés lors
Des autres Je, ils te donnent ce parfum de la réalité

Toi le Je, as -u conscience de ta conscience
De savoir que tu es, fakir des connaissances
Tu te crois expert d’un devenir d’espérance
Ne sourie pas, te voilà dans la turbulence

Si tu es Je, ne corrompt pas ma science
Tu n’es qu’une poussière parmi les poussières
Surpris de ce corps matière de ta réalité fière
Qui t’apprend ton passage furtif sur cet austère

Mon Je n’écoute pas, ce Je de fausse finitude
Ton entendement, n’est pas source de privations
Profite dans ton monde, des délices de ta raison
Imagine- toi le grand espace, de tes certitudes

Ne t’inquiète pas mon Je, le temps est violent
La matière est violente, déchirant les espaces
Nul être parfait n’est capable, d’en prendre la masse
La matière est venue du néant, repartira au néant

Toi le je, objet des grands cycles, du primat des mondes
Tu ne reviendras plus, tu as posé tes bagages ici
Je sais! Tu n’a pas fait le choix, non ne reste pas assis
Dépêche toi, ce temps t’est compté ; C’est la fin de ta ronde
☼ŦC


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (17 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...