| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Voilà - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Voilà
Publié par dumont011 le 05-02-2017 17:02:43 ( 529 lectures ) Articles du même auteur



Et demain je m’en irai
Par des chemins lourds
Portant sur l’épaule
Mon fusil et ma bravoure

Par les chemins hagards
La main sur la gâchette
Je tuerai
L’ennemi barbare

Le méchant ennemi
Sans foi ni loi
Lui
Qui n’a pas de mère
Qui espère son retour.
Qui n’a ni frère ni sœur
Ni femme ni amante.
Lui qui n’a pas d’enfants
Déchirés par son départ
Cet ennemi barbare.
Lui qui n’a aucun souvenir cher
Qu’il emporte avec son arme
En bandoulière.
Lui
Qui n’a pas d’idole
Qui n’a pas d’idées
Qui n’a pas d’idéal
Pas de rêves
Pas de projets

Je le tuerai
Cet ennemi barbare
Je violerai la sœur qu’il n’a pas
Cet ennemi barbare
Et l’amante qu’il n’a pas
Et la mère qu’il n’a pas
Si elle est encore jeune
Cet ennemi barbare
Je violerai ses souvenirs
Les souvenirs qu’il n’a pas
Je briserai ses rêves inexistants
Je décimerai sa progéniture
Celle qui n’existe pas
Cet ennemi barbare
Je brûlerai ses idées
Ses idoles
Son idéal
Tout ce qu’il n’a pas

Tout ce qu’il n’a pas

Moi, le vaillant soldat !

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
dumont011
Posté le: 11-02-2017 06:15  Mis à jour: 11-02-2017 06:15
Plume d'Or
Inscrit le: 10-02-2012
De: tunisie
Contributions: 308
 Re: Voilà
mon bon Jacques
tes mots font chaud au cœur par ces temps froids et de froideur.
lorsque le temps me le permet j'écris et je viens jeter un coup d’œil sur le site; malheureusement, le travail et les enfants me privent de toute oisiveté et loisir.
J'espère que tu vas bien également.
Peut-être aurons nous un jour la possibilité de causer davantage.
porte-toi bien
H.D
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
43 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 43

Plus ...