| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Obstination - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Obstination
Publié par dumont011 le 16-02-2017 22:15:50 ( 432 lectures ) Articles du même auteur



Je suis obsolète
Et je ne veux plus l’être
Eh les gars !
Paraît que j’suis ringard !
Dans la tradition
Je traîne mes guêtres !

À minuit majeur !
A moins dix,
Je suis encore novice !

« Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure »

Une chanson vieille
Berce mon cœur
Et là-bas
Une ferme où veille
Une girouette rouillée
Mais toujours debout
Sur les vestiges
D’un vécu mort
Et révolu.

« tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure »

Et cette voie
Que la ronce envahit
Fer battu
Vaincu
Que l’âge a grignoté
Et qui, honteux,
Se cache sous l’herbe
Et dans ce jour blafard,
Cette voie inutile
Qui ne mène nulle part !

« tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure »

Dans la bâtisse abandonnée
Qui croule sous le poids des jours
Une chaise amputée
Fait le guet
Auprès de la fenêtre
Elle voit au loin changer
Les choses de la vie
Et elle sait
Qu’elle est obsolète
Que son temps est passé
Qu’il n’y aura plus
Autour d’elle
Ni chants ni cri
Rien qu’une poussière
Qui se dépose
Dans la plus grande discrétion

Et pourtant
Elle ATTEND !

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
53 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 53

Plus ...