| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Fièvre - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Fièvre
Publié par mafalda le 01-04-2017 08:55:29 ( 45 lectures ) Articles du même auteur



L'esprit fermé dans un enclos
Etroit comme un cloître
Retenu en un lieu infecte et immonde
Un cloaque
Tréfonds de mon cerveau, pensées gluantes
L'âme prisonnière en un endroit sale et répugnant
La fièvre s'accroît
Les frissons s'étendent et esquintent
Le corps en feu, les mains en plainte.

Nerfs à vifs
Les yeux qui sortent des orbites
Mon ombre dans la vitre
Estomac famélique
La faim m'étreint
La peau est gercée par la soif
Vomir sa bile et son fiel
Tout est bon pour faire tomber la fièvre
Qui va et vient et s'éteint
Quand vous trouvez le repos, enfin.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
Istenozot
Posté le: 04-04-2017 09:28  Mis à jour: 04-04-2017 09:28
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 1743
 Re: Fièvre
Chère Mafalda,

Je fais une double lecture de ton poème : l'une littérale et l'autre symbolique.
Dans la lecture littérale, j'y aime les images fortes d'intériorisation des émotions, les images d'enclos, de prison, de frissons, de grande faim.
Dans la lecture symbolique, je ne peux m'empêcher d'y voir la prison actuelle de la pensée dans laquelle l'on veut nous enfermer. Et je veux y voir le désir de chasser les illusions et les représentations émotionnelles pour retrouver la liberté, le repos.

J'aime beaucoup les cascades de mots forts que tu nous proposes et le crescendo de leur puissance pénétrante.

Un simple merci pour ce bon moment poétique partagé.

Bises.

Amitiés de Besançon où je me trouve.

Jacques

Répons(s) Auteur Posté le
 Re: Fièvre mafalda 06-04-2017 05:56
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
23 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 23

Plus ...