| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> La Plaine des Confins du Monde, Troisième Partie - Nouvelles - Textes
Nouvelles : La Plaine des Confins du Monde, Troisième Partie
Publié par dominic913 le 29-08-2012 14:00:00 ( 797 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles



Mon amie, je continue à cheminer au cœur de cette plaine sans fin. Mes pas foulent une terre désolée et aride. A chacune de les enjambée, de la poussière se soulève du sol, avant d'y retomber, créant derrière moi durant quelques secondes un nuage grisâtre et nauséabond. Mais peu m'importe. L'arme à la main, je poursuis ma route en direction de cette Citadelle couleur de Nuit. Et même si, désormais, la pluie tombe à verse, fouettant mon visage avec fureur, je sais qu'aucun élément ne me détournera de mon but : ni les éclairs de plus en plus nombreux se fracassant au loin sur la steppe ; ni le fracas assourdissant du tonnerre roulant dans les Cieux ; ni les Créatures ailées que je devine en train de se mouvoir dans l'obscurité du firmament, prêtes à fondre sur moi, ne me dissuaderont de changer de destination. Maintenant, je dépasse donc l'amas pierreux situé à moins d'une demi-douzaine de mètres de moi. Lorsque je jette un coup d’œil dans sa direction, j'ai l'impression de discerner un empilement de cranes humains en partie recouvert de moisissures multicolores ; à certains endroits de celui-ci, je devine des monceaux de ronces aux épines empoisonnées. Un second frisson me parcourt l'échine ; de gouttelettes de sueur se mettent à perler de mon front ; et mes doigts se resserrent instinctivement davantage encore, autour du pommeau de mon épée. Je suis du regard les ombres ailées qui guettent avidement le moindre signe de distraction de ma part. Je ne leur ferai pas ce plaisir. Et, mon esprit concentré sur le moyen de te sortir du piège dans lequel tu t'es enferrée, mon amie, je progresse un peu plus encore en direction de cette Tour dont les contours se discernent désormais de manière de plus en plus détaillée...

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
39 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 39

Plus ...